Temps de lecture : 3 minutes


Modèle de développement : l’IRES appelle à une nouvelle gouvernance

Temps de lecture : 3 minutes

Catégorie Société , Gros plan

Temps de lecture : 3 minutes

L’Institut royal des études stratégiques (IRES) a publié cette semaine son rapport 2019/2020. Ce dernier s’est attardé sur la réflexion autour du nouveau modèle de développement au Maroc. Pour l’IRES, une nouvelle gouvernance est l’une des principales composantes sur lesquelles devrait être fondé le nouveau modèle de développement marocain. 

Temps de lecture : 3 minutes

Le nouveau rapport de l’Institut royal des études stratégiques (IRES) a été dévoilé cette semaine. Ce rapport se veut une contribution à la réflexion sur le nouveau modèle de développement demandé par le roi Mohammed VI le 13 octobre 2017, rapporte le quotidien les Inspirations Éco dans son édition du jeudi 2 juillet 2020.



Pour l’IRES, le Maroc a entrepris des réformes importantes comme celles sur le Code de la famille et sur la Constitution, «mais l’inertie, voire la résistance au changement, demeure forte, tandis que l’espoir des jeunes dans un avenir meilleur s’essouffle, ce qui engendre une fuite des cerveaux», constate le rapport.



L’Institut souligne que l’une des principales composantes sur lesquelles devrait être fondé le nouveau modèle de développement marocain est la « nouvelle gouvernance ». Cette dernière marquerait une rupture avec les pratiques du passé.



Le rapport dénonce, parmi les insuffisances du modèle de développement actuel, «une gouvernance publique qui empêche la réalisation d’un rythme de développement soutenu», rapporte le quotidien le Matin ce jeudi. L’Institut souligne que cela est dû, en partie «au manque de cohérence des politiques publiques, à un déficit en termes de coordination de l’action publique et aux dysfonctionnements administratifs, particulièrement dans les secteurs en relation directe avec le citoyen et au niveau préoccupant de la corruption».



Selon le document de l’IRES, des faiblesses persistent également en matière d’implémentation, de suivi et d’évaluation des politiques publiques ainsi que sur le plan de la déclinaison territoriale des programmes publics.

 



Mise en place d’un cadre précis de gouvernance



L’Institut souligne que pour la mise en œuvre du modèle de développement souhaité, il faut tabler sur un cadre global, mais précis de gouvernance. Un cadre qui pourrait se déployer sur quatre axes, obéissant à deux grands principes. Le principe de la justice et de l’éthique et le principe de la flexibilité et l’adaptation.



«La justice et l’éthique, car l’aggravation des inégalités entraîne à la fois la panne de l’ascenseur social, l’exacerbation du sentiment d’injustice et la hausse des exactions de tout genre, notamment la corruption. La flexibilité et l’adaptation, pour faciliter l’évolution de ce modèle, par essence transitoire», expliquent les rédacteurs du rapport.



L’IRES précise que le Maroc devrait saisir les opportunités offertes dans le cadre de la régionalisation avancée pour améliorer l’efficacité de l’administration centrale et instaurer les bases d’une gouvernance territorialisée des politiques publiques. «La nouvelle gouvernance devrait consolider le caractère exemplaire de l’État et lui conférer le rôle de visionnaire au service de l’intérêt général à long terme».


Vague de froid : les habitants de certaines régions en difficulté

Vague de froid : les habitants de certaines régions en difficulté

Le Maroc fait face à une vague de froid intense qui touche plusieurs régions. La baisse des températures a un impact dévastateur sur les populations des zones reculées, où les rude…
Khalid Aït Taleb

Réforme de la santé : Aït Taleb rassure

Invité dimanche de l’émission "Décryptage" diffusée par la radio MFM, le ministre de la Santé et de la Protection sociale, Khalid Aït Taleb, a répondu en direct, deux heures durant…
Grippe saisonnière : le citoyen inquiet

Grippe saisonnière : le citoyen de plus en plus inquiet

La grippe saisonnière inquiète tout le monde autant que la Covid-19. À l’échelle nationale, plusieurs citoyens ont affirmé présenter des symptômes grippaux plus sévères que d’habit…
Concours du barreau : Ouahbi entre le marteau et l’enclume

Concours d’accès au barreau : Ouahbi entre le marteau et l’enclume

Après sa déclaration provocatrice, le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, a provoqué un tollé. L’acharnement médiatique contre lui a commencé lorsqu’il a répondu à un journa…
Forum de la MAP : Ouahbi s'explique sur la polémique du concours d’accès aux barreaux

Concours d’accès aux barreaux : les explications de Ouahbi

Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, était, mardi 24 janvier, l'invité du Forum de la MAP, qui s’est tenu sous le thème "Code pénal : les enjeux de la réforme". Cette renc…
Grand froid : à la rescousse des zones enclavées

Grand froid : à la rescousse des zones enclavées

Sur instructions royales, la Fondation Mohammed V pour la solidarité a mis en place l’action solidaire "Grand Froid" dans les zones les plus touchées par la vague de froid inhabitu…
Le Maroc séduit toujours les retraités français

Le Maroc séduit toujours les retraités français

Même si la Grèce et le Portugal sont les nouvelles destinations favorites des Français à la recherche d'un supplément de qualité de vie, le Maroc conserve ses adeptes. Le Royaume a…
Stress hydrique : les dernières pluies sauveront elles la donne ?

Stress hydrique : les avantages et les inconvénients de la vague de froid

La sécheresse est l'un des principaux défis auxquels le Maroc est confronté. Ces derniers mois, la hausse des températures et la pénurie des précipitations, provoquées par le chang…