Temps de lecture : 5 minutes


Marocains bloqués à l’étranger : les précisions (et la colère) de Nasser Bourita

Temps de lecture : 5 minutes

Catégorie Politique , Gros plan

Temps de lecture : 5 minutes

À cause de la pandémie du coronavirus, plus de 22000 Marocains se sont retrouvés bloqués à l’étranger après la suspension des liaisons aériennes et maritimes du royaume. Nasser Bourita, ministre des Affaires étrangères, assure qu’une stratégie de rapatriement visant des nationaux est en cours d’élaboration. Tout en saluant les efforts de plusieurs diplomaties partenaires, le ministre a condamné celle des Pays-Bas, accusant le pays d’exploiter la crise sanitaire à des fins politiques.

Temps de lecture : 5 minutes

Nasser Bourita, ministre marocain des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, a déclaré jeudi que le retour des Marocains bloqués à l’étranger en raison de la pandémie du coronavirus doit se faire dans des conditions optimales, rapporte Médias24. «Le droit au retour est un droit naturel et incontestable. Ce qui est évident n’est pas nécessairement approprié dans ce contexte exceptionnel», a-t-il expliqué à l’issue d’une réunion de la Commission parlementaire des affaires étrangères, de la défense nationale, des affaires islamiques et des Marocains résidant à l’étranger. La même source affirme que, depuis la fermeture des frontières du pays et la suspension de toutes ses liaisons aériennes et maritimes, plus de 22000 nationaux, dont la plupart sont en France, en Espagne et en Turquie, ont jusqu’à présent contacté les différentes représentations diplomatiques du Maroc.



 



Toujours pas plan de rapatriement



Le ministre a avancé que l’État et le ministère de la Santé préparent actuellement une stratégie de rapatriement visant à protéger à la fois les bénéficiaires et leurs concitoyens au Maroc. Pour lui, «l’essentiel n’est pas le calendrier, mais l’impact d’une telle démarche sans surenchère et sans précipitation». Le ministre soutient qu’aujourd’hui la priorité du gouvernement est de garantir la bonne santé de tous les Marocains. D’après Telquel, sur les 22560 concitoyens coincés à l’étranger, 3884 ont été pris en charge par les représentations diplomatiques marocaines à travers le monde. Parmi eux, 147 ont bénéficié de l’assistance du réseau diplomatique marocain en vue d’effectuer des consultations médicales. L’hebdomadaire précise que le département de Bourita a abordé avec les autorités étrangères la régularisation des Marocains dont les titres de séjour sont arrivés à expiration. La tutelle est également intervenue auprès des pays d’accueil pour organiser les funérailles de ressortissants marocains dans les carrés musulmans de pays comme la France, l’Espagne et l’Italie. Nasser Bourita a assuré que son ministère continuera à «aider les Marocains bloqués à l’étranger dans le cadre de cette crise sans précédent».



 



Bourita condamne «l’opportunisme politique» des Pays-Bas



Alors que l’opération de rapatriement des étrangers et des binationaux vers les pays européens se poursuit, le ministre des Affaires étrangères a dénoncé «l’opportunisme politique» des Pays-Bas. Bourita a avancé que, jusqu’à présent, 40 pays ont œuvré de concert avec le gouvernement marocain pour rapatrier leurs ressortissants, dont des Marocains jouissant d’une double nationalité. «L’opération s’est déroulée dans de bonnes conditions, sauf pour un pays qui a fait preuve d’opportunisme politique», a-t-il martelé. Morocco World News explique que le ministère néerlandais des Affaires étrangères a accusé, le 23 avril, le Maroc d’entraver le processus de rapatriement en raison des tensions existantes entre les deux pays. Et de souligner que le royaume «semble être assez sélectif en termes d’octroi d’autorisation de vols de rapatriement, les Britanniques, les Canadiens et les Français étant très favorisés». Le journal néerlandais De Telegraaf ajoute, pour sa part, que c’est à cause de «la position de La Haye quant à la répression brutale des manifestations du Hirak du Rif», que le Maroc a tardé à rapatrier les Maroco-Néerlandais encore coincés sur son territoire.  



En réponse, Bourita a précisé que «le Marocain chez lui jouit de tous les droits et assume toutes les obligations à l’instar de ses compatriotes. Il n’a pas besoin de la protection ni de la tutelle de l’ambassade d’un pays tiers». Et de déplorer que «les Pays-Bas ont dès le départ affiché une attitude contraire et discriminatoire à l’égard des Marocains détenteurs de la double nationalité», ayant insisté sur le rapatriement des Néerlandais de souche en premier, indique Maroc Diplomatique.



Enfin, notons que la diplomatie marocaine, en collaboration avec ses homologues étrangers, a réussi à programmer des créneaux de vols prédéfinis, afin de mener près de 500 opérations de rapatriement qui ont été organisées au profit de 80000 d’étrangers. Elle a également veillé à ce que «les avions mobilisés soient vides et bien désinfectés à l’aller», afin d’assurer un retour sécurisé aux passagers.


RHN maroc espagne

Maroc-Espagne : une entente au beau fixe

Aziz Akhannouch et Pedro Sánchez ont réussi à inaugurer un nouveau chapitre dans les relations entre les royaumes du Maroc et d’Espagne. 24 heures ont suffi aux deux chefs de l’exé…
Maroc-Espagne : lancement de la Réunion de haut niveau

Maroc-Espagne : clôture de la Réunion de haut niveau

Le Maroc et l’Espagne entament une nouvelle phase dans leurs relations. Les deux pays ont tenu, ce jeudi 2 février à Rabat, la 12e session de leur Réunion de haut niveau (RHN). Cel…
Maroc-Espagne : début d’une nouvelle ère des relations

Maroc-Espagne : une nouvelle ère pour les relations bilatérales

Partenaires historiques du bassin méditerranéen, le Maroc et l'Espagne affichent l'ambition résolue de consolider leurs liens économiques, à la lumière de leurs récents rapprocheme…
Aziz Akhannouch et Pedro Sanchez

Maroc-Espagne : nouvel élan à la coopération bilatérale

Le brouillard épais qui enveloppait les liens entre les royaumes du Maroc et d'Espagne est en train de se dissiper. Depuis la fin de la brouille diplomatique déclenchée par l'accue…
Promotion de l’investissement : Akhannouch fait le point

Promotion de l’investissement : Akhannouch fait le point

Aziz Akhannouch a présenté la politique adoptée pour la promotion de l’investissement. Ce lundi, lors de la séance plénière consacrée aux questions orales à la Chambre des représen…
Union africaine : adoption d'un livre blanc pour exclure le Polisario

Union africaine : adoption d’un livre blanc pour exclure le Polisario

Les premiers ministres et les chefs africains de différents départements se sont réunis à Marrakech le 28 janvier. L'objectif de cette rencontre : exclure la "pseudo République ara…
Maroc-Irak : début d’une nouvelle ère des relations

Maroc-Irak : début d’une nouvelle ère des relations

Le Maroc et l’Irak sont décidés à entamer une nouvelle étape dans leurs relations. Ce samedi 28 janvier, le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Mar…
Le Maroc reconsidère son partenariat avec le Parlement européen

Le Maroc reconsidère son partenariat avec le Parlement européen

Le Parlement européen (PE) a vivement critiqué le Maroc. Ce dernier s’est arrogé le droit de juger la justice marocaine de manière flagrante, partiale et n’a accordé aucune considé…