Aller au contenu principal

Délimitation des frontières maritimes : l'Espagne sous pression

La publication au Bulletin officiel des deux lois fixant la limite des eaux territoriales et instituant une zone économique exclusive a fait du bruit de l’autre côté de la méditerranée. Si le gouvernement espagnol n’a pas encore officiellement communiqué à ce sujet, les partis politiques ont mis une forte pression sur la ministre des Affaires étrangères, Arancha Gonzalez.

Par Mohamed L., Publié le 03/04/2020, mis à jour le 03/04/2020
Teaser Media
Bourita

Votées par le parlement marocain il y a plus de 3 mois, les lois 17.37 et 17.38 portant sur la compétence du domaine maritime marocain ont été officiellement publiées au Bulletin officiel ce lundi 30 mars. Cette action n’a pas tardé à faire réagir les partis politiques espagnols. L’opposition espagnole a convoqué la cheffe de la diplomatie espagnole, Arancha Gonzalez, et a exigé une réaction officielle du gouvernement, rapporte Aujourd’hui le Maroc dans son édition du vendredi 3 avril 2020. En effet, le parti populaire (PP), première force d’opposition parlementaire en Espagne, a convoqué la ministre des Affaires étrangères au Sénat pour présenter des explications. Asier Antona, parlementaire du parti populaire, a demandé à Arancha Gonzalez «d’expliquer la position du gouvernement vis-à-vis de l'attaque» du Maroc contre la «souveraineté» espagnole. «Nous exigeons de la force face à ces abus très graves», a-t-il ajouté, rapporte le site Yabiladi.

De son côté, le député du parti Nouvelle Canaries, Pedro Quevedo, est également monté au créneau. Dans une déclaration livrée au site espagnol Ok Diario, le représentant du parti se demande si «le dialogue entre les deux pays remplit la condition minimale de loyauté requise dans une relation de voisinage».Pour sa part, le président des iles Canaries, Angel Victor Torres, a révélé que la ministre des Affaires étrangères Arancha Gonzalez «s'est engagée à hausser le ton contre le Maroc, dès que le moindre chevauchement dans l'environnement des iles Canaries sera détecté». Ce même responsable avait déclaré en janvier dernier que ni son gouvernement ni celui de l’Espagne « ne permettront qu’un millimètre des eaux soit touché »

 

Un traçage en stand-by

Ces réactions espagnoles arrivent au moment où le Maroc ne s’est pas encore prononcé sur le «traçage» de ses frontières maritimes. Le ministre des Affaires étrangères, Nasser Bourita, avait affirmé lors d’une précédente intervention être ouvert au dialogue avec ses voisins sur cette question. Bourita a assuré que la délimitation des espaces maritimes nationaux est un acte de souveraineté qui se réfère à la convention des Nations Unies sur le droit de la mer. Il a également précisé que la délimitation revête une importance capitale pour le Maroc «dans le contexte de l’actualisation de l’arsenal juridique national relatif aux espaces maritimes». Le Maroc souhaite ainsi à travers la fixation de ses frontières maritimes fermer la porte à toute éventuelle mise en cause de sa souveraineté marocaine sur la totalité de son espace maritime. 


  • Partagez

Covid-19 : El Otmani sollicite la contribution des syndicats

Saad Dine El Otmani, Chef du gouvernement, a convoqué ce samedi 30 mai une réunion avec les central...

La presse rend un dernier hommage à Abderrahmane El Youssoufi

À tout seigneur, tout honneur. La presse marocaine a rendu ce lundi un vibrant hommage à Aberrahman...

Abderrahmane Youssoufi, modèle d’honnêteté de la classe politique

Abderrahmane Youssoufi, l’ancien Premier ministre marocain, est décédé, ce vendredi 29 mai à l'âge ...

Développement du sport au Maroc : le CESE étale ses propositions

Une étude du conseil économique social et environnemental (CESE) sur la politique sportive au Maroc...

Parlement : une stratégie de déconfinement réclamée par les élus

Après la prolongation de l’état d’urgence sanitaire et le confinement au 10 juin 2020, les députés ...

El Otmani optimiste quant au sort des Marocains bloqués à l'étranger

Les scénarios portant sur le processus de rapatriement des Marocains bloqués à l’étranger sont enfi...