Aller au contenu principal

Registre social unifié : la loi avance, les aides gelées en 2021

Le processus pour l’adoption de la loi relative à la mise en place du registre social unifié va bon train. Le ministère de l’Intérieur veut faire adopter le texte avant fin 2020. Les programmes d’appui seront suspendus en 2021 pour éviter que des partis politiques s’en servent à des fins électorales.

Par Mohamed Laabi, Publié le 11/03/2020 à 12:24, mis à jour le 11/03/2020 à 16:54
Teaser Media
Noureddine Boutayeb

Le ministère de l’Intérieur ne veut pas laisser traîner l’adoption du texte de loi relatif à la mise en place du registre social unifié (RSU). Noureddine Boutayeb, ministre délégué auprès du ministre de l’Intérieur, a indiqué, mardi, que l’adoption de ce texte devra se faire en 2020 pour se pencher sur les lois organiques et sur la création de l’agence nationale des registres (ANR). Selon L’Économiste, daté de ce 11 mars, la commission de l’intérieur doit se réunir, lundi prochain, autour de ce projet. Plusieurs articles passeront à la loupe. On apprend que ladite commission n’a pas encore fixé une date limite pour le dépôt des amendements des groupes parlementaires représentés au sein de la deuxième chambre. Le journal Les Inspirations Éco estime que le projet de loi aura sans doute le feu vert en première lecture avant l’entame de la prochaine session du printemps, le 10 avril 2020.

En attendant, le quotidien arabophone Akhbar Alyaoum révèle, dans sa Une, que les programmes d’appui social prévus dans le cadre du RSU seront suspendus durant l’année 2021 pour ne pas être exploités à des fins électorales. Le journal indique que ces programmes seront testés dans une première étape au niveau de la région Rabat-Salé-Kénitra, avant d’être généralisés sur les 12 régions du royaume à l’horizon 2025.

9,3 millions de Marocains concernés

Notons que durant cette première étape préliminaire du déploiement du registre social unifié, les conseillers insistent sur la mise en place d’un système de typologie des catégories ciblées. Le principal enjeu sera le respect du paramétrage, qui sera attribué à chaque famille éligible aux aides. Ces derniers seront classés des plus défavorisées aux moins défavorisées grâce à une collecte d’informations sur leur situation socio-économique (logement, factures eau électricité… etc.). Quelque 9,3 millions de personnes sont concernées par ces opérations d’enregistrement, selon les prévisions du gouvernement. Le nombre varie entre 8 et 11 millions de citoyens marocains, si l’on prend en considération les données des régimes d’assistance (Ramed, Tayssir et le Fonds de l’entraide familiale).

Démarrage du 2e sommet de Berlin sur la Libye, avec la participation du Maroc

Invité par le président américain, Joe Biden, le Maroc participe ce mercredi 23 juin au deuxième so...

Opération Marhaba : une subvention de 4,5 milliards de DH de l'État

Le Chef du gouvernement Saad Dine El Otmani s’est rendu ce mardi après-midi au Parlement pour prend...

Sahara : quelles perspectives 6 mois après la reconnaissance américaine ?

Ce mois de juin marque le sixième mois après la signature de la proclamation américaine reconnaissant la marocanité du Sahara et qui a été élaborée par l’administration Donald Trump. Depuis, le Maroc ...

Maroc-Espagne : des migrants clandestins marocains encore à Sebta

3.000 migrants clandestins marocains, dont 830 mineurs, sont encore sur le "territoire espagnol", et ce un mois après la crise migratoire de Sebta. C’est ce qu’a affirmé Juan Vivas, chef du gouverneme...

Un dîner en l'honneur de la délégation du Hamas

Dans son journal télévisé arabophone de 21h, la première chaine de télévision marocaine a révélé que le roi Mohammed VI a offert un dîner en l’honneur d’Ismail Haniyeh, le chef du Hamas. Ce dernier, a...

Élections 2021 : une commission de suivi créée

Sur instructions royales, la commission centrale chargée du suivi des élections a été créée ce mard...