Aller au contenu principal

Conseil de la Ligue arabe : les travaux ministériels de la 153e session

Le Maroc a participé, ce mercredi au Caire, aux travaux de la 153e session du conseil de la Ligue Arabe. Lors de cette session, huit points essentiels liés aux domaines de l’action arabe commune ont été discutés. Cette réunion a également été l’occasion de discuter de la cause palestinienne et de la crise en Libye, ainsi que plusieurs autres dossiers à l’échelle régionale et internationale.

Par Khansaa Bahra, Publié le 05/03/2020, mis à jour le 05/03/2020
Teaser Media
Conseil de la Ligue arabe

Ce mercredi 4 mars, le Conseil de la Ligue Arabe, s’est réuni au Caire, dans le cadre de sa 153e session ordinaire, au niveau ministériel. Représenté par la ministre déléguée auprès du ministre des Affaires étrangères, Nezha El Ouafi, le Maroc y a participé. Figuraient à l’ordre du jour des travaux de cette session, huit points essentiels liés aux domaines de l’action arabe commune aux niveaux politique, économique, social, juridique, mais encore les questions des droits de l’homme, de l’information et la communication, et des finances et de l’administration. Le suivi des développements politiques de la cause palestinienne, de la crise en Libye et des dossiers à l’échelle régionale et internationale a également été au programme.

L’Accord de Skhirate, seule référence pour le règlement politique en Libye

Lors des travaux de cette session, les ministres arabes des Affaires étrangères ont exprimé leur «soutien à la pleine mise en œuvre de l’Accord de Skhirate», qui est la «seule référence pour le règlement politique en Libye». Dans une résolution intitulée "Évolution de la situation en Libye", le conseil a appelé à «renforcer le rôle de la Ligue Arabe» pour assurer la mise en œuvre de cet accord, qui a été signé sous les auspices des Nations Unies. Le conseil a également rejeté toute intervention étrangère, qui empire la situation en Libye, quels que soient ses fondements, ses motifs et ses acteurs. En exprimant leur soutien aux efforts de la Mission d’appui des Nations Unies en Libye (MANUL), les ministres arabes ont appelé à l’accélération du processus de pourparlers afin de parvenir à un règlement de cette crise.

Réitération du rejet de «l’accord du siècle»

Outre la situation politique en Libye, le Conseil de la Ligue arabe a réitéré son ferme rejet du plan de paix proposé par le président américain, Donald Trump. Dans une résolution intitulée «La question palestinienne et le conflit arabo-israélien : suivre l’évolution politique de la question palestinienne et le conflit arabo-israélien et activer l’initiative arabe de paix», l’organe a dénoncé l'injustice de l’initiative américano-israélienne, qui «ne respecte pas les droits fondamentaux du peuple palestinien». À cette occasion, le Maroc a réaffirmé son soutien constant à la cause palestinienne. «Le Royaume du Maroc, sous la conduite de SM le Roi Mohammed VI, président du Comité Al Qods, réitère son soutien constant au peuple palestinien dans la défense de sa cause juste et de ses droits légitimes et inaliénables et insiste sur l’impératif de ne pas altérer le pluralisme religieux qui distingue la ville sainte et de préserver son statut juridique», a déclaré El Ouafi. Et d’ajouter que «le Maroc aspire au lancement d’une nouvelle dynamique à même de réaliser la paix et qui vise un règlement réaliste, applicable et pérenne de ce conflit qui a trop duré, en respectant les droits légitimes du peuple palestinien à l’établissement de son État indépendant, viable et souverain, avec Al Qods est comme capitale».

Le Liban et la Palestine rejoignent l’Accord d’Agadir

En marge des travaux de cette 153e session, le Liban et la Palestine ont rejoint l’Accord de libre-échange d’Agadir. Signée le 8 mai 2001, cette initiative crée une zone de libre-échange arabe, qui regroupe quatre pays, notamment l’Égypte, la Jordanie, le Maroc et la Tunisie. Il s’agit d’un prélude à la future zone euro méditerranéenne de libre-échange. Les ministres des Affaires étrangères des pays membres de l’accord ainsi que ceux de la Palestine et du Liban ont signé le procès-verbal d’adhésion. Cette adhésion, qui élève le nombre des États membres de l’accord à six, permettra aux deux pays d’élargir leur réseau de relations commerciales et d’ouvrir de nouveaux marchés pour leurs produits, a souligné Riyad Al Maliki, ministre palestinien des Affaires étrangères.

G7 : un sommet pour reconstruire le monde

Le Royaume-Uni accueille à partir d'aujourd'hui le sommet du G7. Les dirigeants des grandes puissances mondiales ont donné vendredi le coup d'envoi de leur conclave ambitionnant de remettre le monde s...

Covid-19 : les USA promettent 500 millions de doses à Covax

Le gouvernement américain compte acheter 500 millions de doses du vaccin contre la Covid-19 de Pfizer pour en faire don au programme Covax, chargé d’assurer l’accès des pays pauvres aux vaccins et aux...

Dieselgate : Peugeot poursuivi par la justice française

Après Renault en mai et Volkswagen mardi 8 juin, c’est au tour de Peugeot d’être rattrapé par le scandale du Dieselgate. Accusé d’avoir trompé plusieurs clients sur les taux de produits polluants émis...

Comprendre l'histoire du génocide culturel des Ouïghours

Depuis le début des années 2010, la Chine mène une politique répressive contre les Ouïghours, une minorité musulmane vivant en grande majorité dans le Xinjiang, région autonome du Nord-Ouest du pays. ...

Biden s'envole pour l'Europe et réhabilite TikTok

Joe Biden s’est envolé mercredi pour le Royaume-Uni, première étape d’une tournée européenne, la première depuis son arrivée à la Maison-Blanche. Juste avant de quitter les USA, le président améric...

ONU : le Conseil de sécurité octroie à Guterres un deuxième mandat

Ce mardi 8 juin, lors d’une brève session à huis clos, le Conseil de sécurité, qui joue un rôle clé dans le processus de nomination du secrétaire général des Nations Unies (ONU), a unanimement recomma...