Aller au contenu principal

Réunion de la Ligue Arabe : le Maroc réitère son soutien à la cause palestinienne

Lors de sa réunion d’urgence de ce samedi 1er février, la Ligue Arabe a fermement rejeté le plan de paix proposé par le président américain, Donald Trump. L’organisation a ainsi dénoncé que l’initiative américaine est «injuste» et qu’elle «ne respecte pas les droits fondamentaux du peuple palestinien». Le Maroc, qui a pris part à cette rencontre au sommet, a réitéré son ferme soutien à la cause palestinienne et a appelé à une «solution juste et durable» à ce conflit de longue date. Le président palestinien, Mahmoud Abbas, a de son côté déclaré rompre les relations sécuritaires de l’Autorité de son pays avec Israël et les États-Unis.

Par Nora Jaafar, Publié le 03/02/2020 à 17:15, mis à jour le 03/02/2020 à 18:18
Teaser Media
La Ligue Arabe rejette le plan de paix de Trump

Ce samedi 1er février, à la suite de la demande du président palestinien, Mahmoud Abbas, la Ligue Arabe a tenu une réunion d’urgence au Caire, en Égypte, pour discuter du plan de paix au Proche-Orient réalisé par l’administration Trump. Le Maroc, qui a participé à cette rencontre au sommet, a profité de cette occasion pour réitérer son ferme soutien à la cause palestinienne, tout en appelant à une «solution juste et durable» pour le conflit israélo-palestinien. Représentant le royaume, Mohcine Jazouli, ministre délégué des affaires étrangères, a affirmé que «la résolution de la question palestinienne est la clé de la stabilité au Moyen-Orient», rapporte Al Ahdath Al Maghribia ce lundi 3 février. Et d’ajouter : «Le Maroc soutient que la solution devrait garantir les droits légitimes des Palestiniens frères à obtenir un État indépendant et souverain avec Jérusalem-Est comme capitale. La solution devrait également permettre aux populations de la région de vivre dans la dignité, la prospérité et la stabilité».

Selon Maroc Diplomatique, tout en rappelant que le Maroc a pris connaissance de l’initiative américaine, Jazouli a précisé que le royaume continue d'examiner les points saillants de convergence du plan de paix proposé par le président américain. Surtout la solution des deux États, palestinien et israélien, que Rabat a toujours défendue. Le ministre délégué a également indiqué que le Maroc tient absolument au statut de ville sainte des trois religions et qu’il appelle à «une solution basée sur le dialogue, l’ouverture et la confiance entre les deux parties pour garantir la durabilité d’une solution définitive, mais juste». «La décision finale doit être discutée entre les parties, conformément à la légalité internationale», a-t-il précisé.

Bilan du sommet de la Ligue Arabe

Dans un communiqué publié à l’issue de sa réunion d’urgence, la Ligue arabe a rejeté le plan de paix négocié par les États-Unis, soulignant que cette proposition unilatérale ne répond pas aux droits fondamentaux ni aux aspirations du peuple palestinien et est en contradiction avec les normes internationales de paix et les résolutions des Nations unies. Les États arabes ont ainsi convenu de «ne pas coopérer avec l’administration américaine pour mettre en œuvre ce plan», ce qui constitue un nouveau revers pour ces efforts de paix qui se poursuivent depuis trois décennies, souligne Al Jazeera«La solution à deux États doit inclure un État palestinien basé sur les frontières de 1967, avec Jérusalem-Est comme capitale», relève le communiqué. Selon l’organisation, l’initiative de paix approuvée en 2002 reste la seule solution acceptable pour le monde arabe. Notons que cette dernière appelle à la normalisation des relations entre les États arabes et Israël, en échange d’un retrait complet d’Israël des territoires occupés, dont Al Qods Est (Jérusalem), et d’un «règlement juste» du problème des réfugiés palestiniens, conformément à la résolution 194 de l’Assemblée générale des Nations unies.

Par ailleurs le Conseil de Ligue Arabe a exhorté la communauté internationale à s’opposer à toute mesure prise par l’occupation israélienne, ajoutant que le nouveau plan américain est «inapte à réaliser une paix juste et durable, car il constitue un nouveau revers pour les efforts qui ont été déployés depuis trois décennies». De plus, l’instance a tenu à exprimer son soutien total à la lutte du peuple palestinien et de ses dirigeants nationaux, sous la direction du président, Mahmoud Abbas.

La colère de Mahmoud Abbas

Alors que l’Organisation de la coopération islamique (OCI) a annoncé son rejet du plan de paix dévoilé par Trump le 28 janvier dernierle président palestinien a, quant à lui, décidé de rompre toutes ses relations avec les États-Unis et Israël. «Je n’accepterai jamais cette solution américaine, largement alignée sur les exigences d’Israël. Je ne veux pas que l’on se souvienne de moi comme celui qui a vendu Jérusalem», a-t-il martelé dans un discours relayé par Le Monde. Selon Al Jazeera, c’est le même argument que le défunt leader palestinien, Yasser Arafat, avait avancé pour justifier le rejet des diktats américains et israéliens au sommet de Camp David en 2000. En outre, Abbas a lancé en s’adressant au président américain : «Si Jérusalem n’est pas sur la table, l’Amérique ne le sera plus également». «Les Palestiniens ont le droit de continuer leur lutte légitime par des moyens pacifiques pour mettre fin à l’occupation», a-t-il insisté. Enfin, il a assuré avoir transmis le message au Premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, et appelé l’État hébreu à «prendre ses responsabilités en tant que puissance occupante» des territoires palestiniens.

La guerre dans l'espace a-t-elle déjà commencé ?

En 2020, quelques semaines après l’annonce par l’ancien président américain Donald Trump de la création d’une Space Force, deux satellites russes auraient pris en chasse un satellite-espion américain....

FMI : l’accès inégal aux vaccins creuse les inégalités économiques

Ce mardi 27 juillet, le Fonds monétaire international (FMI) a publié ses prévisions économiques mondiales actualisées. Dans ce rapport, l’institution internationale, qui maintient sa prévision de croi...

Démarrage du plus grand procès pénal de l’histoire moderne du Vatican

Un cardinal catholique romain, autrefois proche allié du pape François, va être jugé au Vatican, pour avoir détourné des fonds de l’Église dans un projet immobilier ruineux à Londres. Le cardinal en q...

Biden met fin à la mission de combat des troupes américaines en Irak

Ce lundi 26 juillet, le président américain Joe Biden et le Premier ministre irakien Moustafa al Kadhimi ont signé un accord mettant formellement fin à la mission de combat de l’armée américaine en Ir...

Les projets transhumanistes financés par des milliardaires

Plusieurs idées révolutionneront le monde de demain : aller sur Mars, ne plus vieillir, survivre aux maladies, guérir d’un handicap ou conserver son esprit à tout jamais... Ces idées sont souvent port...

Les deux Corées rétablissent leurs canaux de communication

Ce mardi 27 juillet, la Corée du Nord et sa voisine du Sud ont annoncé le rétablissement de leurs canaux de communication, et ce, via leur hotline directe. Cette décision, qui a été simultanément anno...