Aller au contenu principal

Un ancien ministre PJDiste au cœur d'une controverse

Une publication Facebook de Mohamed Najib Boulif a suscité une forte polémique sur les réseaux sociaux. Ce dernier a été fortement critiqué pour sa position "anti-taux d’intérêt". Des déclarations qui ont pris de l’ampleur puisqu’elles interviennent après le lancement du programme d’appui au financement des entreprises, lancé le 2 février 2020 sous les Hautes instructions du roi Mohammed VI.

Par Mohamed Laabi, Publié le 19/02/2020 à 15:09, mis à jour le 19/02/2020 à 17:57
Teaser Media
Boulif Mohamed Najib

Halal ou Haram ? Les avis sur les taux d’intérêt proposés dans le programme intégré d’appui au financement des entreprises divergent. Si Ahmed Raissouni, ex-chef du Mouvement unicité et réforme (MUR), et actuel leader de l’Union internationale des oulémas musulmans, estime que les taux d’intérêt instaurés par le programme Intelaka (1,75% pour le rural, 2% pour l’urbain) ne vont pas à l’encontre des préceptes de l’islam, Mohamed Najib Boulif a quant à lui un avis différent.

L’ex-ministre en charge des Affaires générales et de la gouvernance a publié lundi un post sur son compte Facebook dans lequel il affirme qu’il n’y a aucune différence entre un emprunt bancaire avec un taux d’intérêt conséquent et un faible taux d’intérêt. Boulif estime que dans les deux cas, c’est de l’usure «Arriba» et que c’est Haram. «Si différence il y avait, Dieu le Tout-Puissant en aurait fait état», écrit-il. «Les banques participatives sont présentes afin d’accomplir le devoir qui est le leur, Dieu merci !», a-t-il ajouté.

Des propos qui ont mis l’homme politique «dans la tourmente», indique le quotidien Al Ahdath Al Maghribia. Le journal rapporte que Boulif a été la cible de nombreuses critiques, dont celle du professeur universitaire Omar Cherkaoui : «Ce que fait malheureusement Monsieur Boulif, c’est de l’hypocrisie sociale. Je me demande où était-il quand le gouvernement a adopté un projet de loi sur la fixation des taux d’intérêt bancaire ? Où était-il quand le gouvernement demandait des prêts de 80 milliards de dirhams de la banque mondiale ? Cela nous montre que l’accès au pouvoir fait oublier à certains quelques principes fondamentaux de sa mission gouvernementale».

Répondant à ces reproches, le dirigeant du parti islamiste a tenu à s’expliquer. Boulif a souligné qu’il défend simplement un concept qu’il a défendu depuis de longues années. «Il faut offrir aux banques participatives l’opportunité de participer au processus de développement du pays. Voilà ce que ma publication voulait signifier», note-t-il.

En tout cas, la position du PJdiste a fait beaucoup de bruit. Slimane El Amrani, secrétaire général adjoint du Parti de la justice et du développement (PJD) a déclaré lors d’une réunion du secrétariat général tenue lundi, que la position du PJD est clairement en faveur du programme d’appui au financement. Slimani estime que le programme permettra de renforcer la confiance auprès des jeunes marocains porteurs de projets.

MEN : suspension de deux circulaires portant sur les contrôles continus

Le ministère de l’Éducation nationale, du Préscolaire et des Sports a annoncé, ce lundi 29 novembre, la suspension de deux circulaires ministérielles publiées les 15 et 16 septembre, relatives aux con...

Maroc-Israël : coopération sécuritaire historique

C'est le premier accord sécuritaire d’un État arabe avec Israël. Rabat et Tel-Aviv ont conclu le 24 novembre 2021 une avancée historique en matière coopération militaire. Une avancée conclue lors du ...

Le PAM en conclave à Marrakech, lance un appel à ses militants

Le Parti authenticité et modernité (PAM) a appelé, samedi 27 novembre à Marrakech, ses membres et militants à adhérer aux différents chantiers de développement, aux stratégies majeures et à la diploma...

Le Maroc envisage d’acheter 36 hélicoptères de type Bell-412 EPI

Selon le site espagnol Defensa, spécialisé dans les questions militaires, l’armée de l’air marocaine compte acquérir 36 hélicoptères polyvalents de la société américaine Bell Textron Inc. Il s’agirait...

Le roi Mohammed VI plaide pour la restauration de la confiance entre Palestiniens et Israéliens

Le roi Mohammed VI a réitéré son appel pour la restauration de la confiance mutuelle entre Palestiniens et Israéliens, dans la perspective de trouver une issue favorable à la question palestinienne, d...

Le Maroc et l’Algérie grands absents de la réunion de l’Union pour la Méditerranée

Nasser Bourita, ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l'étranger et Ramtane Lamamra, chef de la diplomatie algérienne, ont tous deux décidé de ne pa...