la nomination controversée du nouveau Premier ministre (1)

Temps de lecture : 5 minutes


Liban : la nomination controversée du nouveau Premier ministre

Temps de lecture : 5 minutes

Catégorie Monde , Gros plan

Temps de lecture : 5 minutes

Hassan Diab, ex-ministre de l’Éducation et ancien universitaire, est devenue le jeudi 19 décembre Premier ministre sunnite du Liban. Sa nomination intervient à un moment où le pays souffre d’une grave crise économique et fait face à des manifestations massives, qui réclament le départ de l’élite politique et qui ont renversé son prédécesseur, Saad Hariri. Diab, fortement soutenu par le mouvement chiite du Hezbollah, promet d’engager des mesures radicales pour pallier l’effondrement du pays.

Temps de lecture : 5 minutes

Le Liban a un nouveau premier ministre sunnite. Ce jeudi 19 décembre et après deux longs mois de tergiversation, le président libanais, Michelle Aoun, a chargé Hassan Diab, un professeur peu connu et ancien ministre de l’éducation, de former la nouvelle coalition gouvernementale du pays. Suite à sa nomination, Diab a promis de s’atteler à désigner un nouveau gouvernement afin de « mettre fin à l’effondrement du pays et à rétablir la confiance » entre politiques et Libanais. Le nouveau premier ministre devra en effet faire face à une contestation populaire inédite et à la profonde crise financière qui saigne le pays depuis plusieurs années.



 



Depuis le 17 octobre 2019, les manifestants ont pris d’assaut les places des villes et bloqué les routes principales du pays, pour exprimer leur frustration suite à des années de corruption et de mauvaise gouvernance. Ce mouvement de colère a exacerbé la crise financière qui dure depuis longtemps au Liban, l’un des pays les plus endettés du monde. Notons que le pays est dirigé par un gouvernement intérimaire depuis que le Premier ministre sortant, Saad Hariri, a démissionné le 29 octobre dernier. Selon le New York Times, il semble peu probable que la nomination de Diab, vice-président sexagénaire de l’Université américaine de Beyrouth, puisse calmer les protestations. Le quotidien ajoute qu’il n’est même pas certain qu’il puisse prendre des mesures rapides pour amortir l’effondrement économique du pays.



 



L’ingérence du Hezbollah



Après que d’autres candidats n’aient pas réussi à obtenir le soutien parlementaire nécessaire, le Président Michel Aoun a nommé Hassan Diab Premier ministre. Ce dernier a décroché ce poste après avoir convaincu 69 membres du Parlement du pays, qui compte 128 sièges, de voter en sa faveur, explique Le Figaro. Le journal rappelle que dans le système politique sectaire du Liban, le Premier ministre doit impérativement être un musulman sunnite. Cependant, ajoute la même source, ce n’est pas la communauté sunnite qui a soutenu Diab, mais c’est plutôt le Hezbollah et ses alliés ainsi que les partis chrétiens qui ont appuyé sa candidature. Rappelons que le Hezbollah est un puissant mouvement chiite que les États-Unis et d’autres pays occidentaux considèrent comme une organisation terroriste, indique le New York Times.



 



Le quotidien américain précise que la dominance chiite pourrait entraver la capacité de Diab à former un cabinet représentatif. De plus l’ingérence du mouvement de Hassan Nassrallah pourrait aussi compromettre les efforts de la nouvelle coalition visant à débloquer des aides financières et militaires internationales. Selon Le Monde, la communauté internationale a conditionné toute mesure de sauvetage financier à la formation d’un cabinet réformateur. Le quotidien déplore qu’un gouvernement dominé par le Hezbollah risquerait de compliquer l’accès à cette aide.



 



Le scepticisme des Libanais



Certains analystes, interrogés par Reuters, ont exprimé leurs doutes quant à la capacité de Diab à résoudre les crises politiques, économiques et sociales qui sévissent dans le pays. « Le Liban a besoin de quelqu’un d’intègre et de visionnaire, quelqu’un qui comprend que le pays a atteint un tournant décisif tant sur le plan politique que financier, quelqu’un qui peut gérer cette transition », a déclaré Sami Atallah, le directeur du Centre libanais d’études politiques. Et d’ajouter : « Le pays besoin d’une équipe compétente pour se pencher sérieusement sur toutes ces questions, et je n’ai pas l’impression que Diab est la bonne personne pour piloter ni pour former une coalition efficace et efficiente ».



 



De leur côté, les manifestants se sont rassemblés à la Place des Martyrs dans le centre-ville de Beyrouth pour s’opposer à la nomination de Diab. Le mouvement de protestation sans leader réclame la formation d’un cabinet de technocrates indépendants du sérail politique au pouvoir depuis la fin de la guerre civile (1975-1990). Les militants exigent également le départ de la classe dirigeante, qu’ils accusent de corruption et d’incompétence. « Le Liban traverse une crise économique dure et difficile, et Diab n’a pas une baguette magique pour la résoudre », explique un activiste à Asharq Al Awsat. « Le nouveau premier ministre va former le même gouvernement basé sur le partage de pouvoir entre les sectes, et c’est contre cela que nous avons manifesté depuis plusieurs mois ».



Recommandé pour vous

Maroc-Royaume-Uni : décès d’Elizabeth II, sa visite au Royaume et les relations bilatérales

Temps de lecture : 6 minutes

Le décès d’Elizabeth II, reine d’Angleterre dans sa résidence d’été de Balmoral en Écosse, a é…

Pollution de l’air et santé : il est temps d’agir !

Temps de lecture : 3 minutes

Depuis novembre 2019, l’Organisation des Nations unies (ONU) a décidé que le 7 septembre de ch…

Le réchauffement climatique menace l’énergie mondiale

Temps de lecture : 4 minutes

La qualité de vie des habitants de la Terre dépend de l’énergie. Cette dernière contribue au d…

Protection des eaux internationales : des actions urgentes s’imposent

Temps de lecture : 5 minutes

Depuis le 15 août, les États membres de l’Organisation des Nations unies (ONU) ont entamé les …

Céréales : un marché international sous tension

Temps de lecture : 5 minutes

Cette année, le marché international des céréales connaît une volatilité sans précédent en rai…

Taïwan vs Chine : le monde est-il face à une nouvelle guerre ?

Temps de lecture : 5 minutes

La Chine a annoncé en début de semaine la poursuite de ses exercices d’artillerie, entamés la …

Affrontement Israël-Gaza : le calme après la tempête

Temps de lecture : 4 minutes

Après trois jours d’hostilité entre le groupe armé palestinien, Jihad islamique, et Israël, le…

Le dérèglement climatique deviendra-t-il notre nouveau quotidien ?

Temps de lecture : 7 minutes

Les incendies qui se sont déclarés au nord du Maroc, en Europe et en Amérique, ne sont que les…

Tout savoir sur les «Uber files»

Temps de lecture : 7 minutes

Depuis dimanche 10 juillet, Uber fait l’objet de nombreux articles évoquant ses méthodes…

Perspectives alimentaires : les catégories vulnérables, victimes de la crise mondiale

Temps de lecture : 4 minutes

«Les pauvres paieront plus, pour avoir moins». Un fait soulevé dans le nouveau rapport publié …

RSF : une détérioration mondiale croissante de la liberté de la presse

Temps de lecture : 7 minutes

À l’occasion de la Journée internationale de la liberté de la presse, Reporters sans fron…

Les dépenses militaires mondiales atteignent un niveau record en 2021

Temps de lecture : 6 minutes

Le constat du dernier rapport de l’Institut international de recherche sur la paix de Stockhol…