les manifestants rejettent l’appel au dialogue de Michel Aoun (1)

Temps de lecture : 4 minutes


Liban : les manifestants rejettent l’appel au dialogue de Michel Aoun

Temps de lecture : 4 minutes

Catégorie Monde , Gros plan

Temps de lecture : 4 minutes

Les manifestants dans la capitale libanaise, Beyrouth, ont rejeté l’appel au dialogue lancé par le président Michel Aoun, tout en exigeant la démission du gouvernement avant que de tels pourparlers n’aient lieu.

Temps de lecture : 4 minutes

Dans une allocution télévisée diffusée le jeudi 24 octobre, Aoun a déclaré qu’il était disposé à rencontrer les manifestants qui protestent depuis huit jours et qui réclament que les dirigeants libanais assument les conséquences de nombreuses années de corruption et de mauvaise gestion de l’économie. Le président a affirmé que le gouvernement ne pouvait pas être renversé par les militants, mais il a proposé un remaniement gouvernemental et s’est engagé à soutenir une nouvelle législation visant à réprimer la corruption, avouant que ce sujet a « dévoré le Liban jusqu’aux os ». Aoun a également appuyé les réformes récemment dévoilées par le Premier ministre Saad Hariri — qui avaient laissé les manifestants indifférents — les qualifiant de « première étape pour sauver le Liban et éliminer le spectre de l’effondrement financier et économique ».



 



La colère des Libanais



Cependant, sur la place des Martyrs, au centre de Beyrouth, où divers groupes de la société civile ont installé des tentes, l’invitation au dialogue d’Aoun a été rapidement rejetée. Pour les Libanais, le message était clair : il n’y aura pas de négociations tant que le gouvernement ne démissionne pas.



 



La réaction au discours d’Aoun était similaire à celle de l’annonce des mesures de Hariri, qui comprenaient une promesse de ne pas augmenter les impôts, de modestes dépenses publiques pour les crédits immobiliers et de nouveaux programmes sociaux. Hariri a également déclaré que le gouvernement allait adopter une loi pour récupérer l’argent volé à l’État et une réduction de 50 % des salaires des ministres.



 



Les manifestations sont survenues au milieu d’une grave crise économique que le peuple impute aux politiciens sectaires qui ont dirigé le pays depuis la fin de ses 15 années de guerre civile, en 1990. Ils se sont également produits quelques jours après des incendies de forêt, les pires en plus de 10 ans, se sont déclenchés dans le liban, provoquant une indignation générale. La coalition au pouvoir affirme que les protestations ne font qu’aggraver les profonds problèmes économiques du pays. Elle a également accusé les politiciens de l’opposition de profiter de la vague de colère populaire pour promouvoir leur propre agenda politique.



 



Le pays est au point mort



Le mouvement de protestation, qui a lui-même transcendé les frontières religieuses et a été en grande partie sans leader, accuse les membres de l’élite politique de s’enrichir dans un contexte de faible croissance économique, de hausse des coûts des crédits et des taux élevés de chômage. Depuis le début des manifestations, les militants bloquent les routes du Liban afin de maintenir la pression sur le gouvernement.



 



« Les manifestants sont toujours dans les rues de la capitale ainsi que d’autres villes du pays », rapporte Al Jazeera, ajoutant que le discours d’Aoun n’a pas réussi à mettre fin à la « quasi-paralysie de la vie quotidienne » provoquée par les manifestations de masse. « Les écoles, les universités et les banques restent fermées… Le pays est au point mort », poursuit la source. « Ils (les manifestants) exigent un changement radical ; ils veulent de nouveaux visages au pouvoir qui ne sont pas affiliés aux partis au pouvoir et ils promettent de maintenir le Liban en quarantaine jusqu’à ce que cela se produise ».



Recommandé pour vous

Taïwan vs Chine : le monde est-il face à une nouvelle guerre ?

Temps de lecture : 5 minutes

La Chine a annoncé en début de semaine la poursuite de ses exercices d’artillerie, entamés la semaine dernière. Suite à cette information, l’a…

Affrontement Israël-Gaza : le calme après la tempête

Temps de lecture : 4 minutes

Après trois jours d’hostilité entre le groupe armé palestinien, Jihad islamique, et Israël, les violences semblent enfin se calmer. Les deux p…

Le dérèglement climatique deviendra-t-il notre nouveau quotidien ?

Temps de lecture : 7 minutes

Les incendies qui se sont déclarés au nord du Maroc, en Europe et en Amérique, ne sont que les conséquences du réchauffement climatique. En ef…

Tout savoir sur les «Uber files»

Temps de lecture : 7 minutes

Depuis dimanche 10 juillet, Uber fait l’objet de nombreux articles évoquant ses méthodes de lobbying parfois illégales, pour faire évolu…

Perspectives alimentaires : les catégories vulnérables, victimes de la crise mondiale

Temps de lecture : 4 minutes

«Les pauvres paieront plus, pour avoir moins». Un fait soulevé dans le nouveau rapport publié par l’Organisation des Nations unies pour l’alim…

RSF : une détérioration mondiale croissante de la liberté de la presse

Temps de lecture : 7 minutes

À l’occasion de la Journée internationale de la liberté de la presse, Reporters sans frontières (RSF) a livré ce mardi 3 mai son nouveau …

Les dépenses militaires mondiales atteignent un niveau record en 2021

Temps de lecture : 6 minutes

Le constat du dernier rapport de l’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm (Stockholm International Peace Research Instit…

Washington : participation active de la délégation marocaine aux réunions BM-FMI

Temps de lecture : 7 minutes

Une délégation marocaine conduite par la ministre de l’Economie et des Finances, Nadia Fettah Alaoui, a eu d’intenses activités à Washington à…

ONU/Sahara : le point sur les consultations du Conseil de sécurité

Temps de lecture : 6 minutes

Le Conseil de sécurité de l’ONU a tenu, ce mercredi à New York, sa réunion semestrielle de consultations à huis clos sur la question du Sahara…

Climat : le Giec appelle à « la révolution » pour sauver la planète

Temps de lecture : 5 minutes

Depuis sa création en 1988, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec) a consacr…

Migrations forcées : la guerre et le réchauffement climatique n’épargnent plus les civils

Temps de lecture : 4 minutes

Il a fallu attendre la journée mondiale de l’eau, le 22 mars 2022, pour rappeler les circonstances climatiques que connait le monde actuelleme…

Guerre en Ukraine : une cinquantaine de morts, réunion extraordinaire au Conseil de l’Europe

Temps de lecture : 6 minutes

Selon un communiqué des garde-frontières ukrainiens, cité par les médias, les forces terrestres russes sont entrées dans le pays et «des attaq…