Aller au contenu principal

Turquie : « Plus que 35 heures avant la fin du cessez-le-feu »

Le ministre turc des Affaires étrangères a annoncé que son pays reprendrait ses opérations militaires dans le nord-est de la Syrie si les combattants kurdes (YPG) ne se retirent pas de la région avant la fin, mardi soir, du cessez-le-feu négocié par les États-Unis.

Par Nora Jaafar, Publié le 21/10/2019 à 12:10, mis à jour le 30/12/2019 à 20:25
Teaser Media

« Il nous reste 35 heures. S’ils ne se retirent pas, notre opération reprendra », a déclaré Mevlut Cavusoglu lundi à Istanbul. « C’est ce que nous avons convenu avec les Américains ». Il a ajouté que jusqu’à présent les combattants kurdes se conforment à l’accord conclu avec les États-Unis et sont en train de se retirer des zones que la Turquie contrôle depuis le début de son incursion, lancée le 9 octobre dernier. Cavusoglu a également accusé des groupes kurdes syriens de 30 violations, dont des tirs pendant la trêve de quatre jours, qui ont entrainé la mort d’un soldat turc. Il a affirmé que la Turquie a riposté contre ces attaques.

 

Ankara a exigé que les forces kurdes se retirent d’une bande frontalière de 30 kilomètres dans le nord de la Syrie, où elle a l’intention de réinstaller les réfugiés syriens.

 

Pour rappel, l’administration du président américain Donald Trump a négocié le cessez-le-feu de cinq jours avec le président turc Recep Tayyip Erdogan après de vives critiques selon lesquelles Washington aurait abandonné les Forces Démocratiques Syriennes-Kurdes et préparé le terrain pour l’offensive de la Turquie en retirant ses soldats du nord-est du pays.

 

Par ailleurs, lors d’une réunion prévue mardi dans la ville russe de Sotchi, Erdogan et le président russe Vladimir Poutine échangeront au sujet du retrait du YPG de Manbij et de Kobani, a déclaré Cavusoglu le dimanche 20 octobre. Bien que les deux dirigeants entretiennent des liens étroits en matière de défense et d’énergie, Moscou a qualifié l’offensive turque en Syrie d’« inacceptable » et a déclaré qu’elle devrait prendre fin immédiatement.

Maroc-Espagne : des migrants clandestins marocains encore à Sebta

3.000 migrants clandestins marocains, dont 830 mineurs, sont encore sur le "territoire espagnol", et ce un mois après la crise migratoire de Sebta. C’est ce qu’a affirmé Juan Vivas, chef du gouverneme...

Un dîner en l'honneur de la délégation du Hamas

Dans son journal télévisé arabophone de 21h, la première chaine de télévision marocaine a révélé que le roi Mohammed VI a offert un dîner en l’honneur d’Ismail Haniyeh, le chef du Hamas. Ce dernier, a...

Élections 2021 : une commission de suivi créée

Sur instructions royales, la commission centrale chargée du suivi des élections a été créée ce mard...

Résolution du conflit israélo-palestinien : le rôle significatif du Maroc

Convié par le Parti de la justice et du développement (PJD), Ismail Haniyeh, chef du mouvement pale...

Le Conseil de coopération du Golfe exprime son soutien au Maroc

Ce mercredi 16 juin à Riyad, le conseil ministériel du Conseil de coopération du Golfe (CCG) a tenu sa 148e session. À l’issue de cette réunion, le CCG a publié un communiqué dans lequel il souligne l...

Arrivée du chef du mouvement Hamas au Maroc

Une première. Ce mercredi 16 juin à Rabat, Saad Dine El Otmani, chef du gouvernement, ainsi que d’autres politiciens marocains ont reçu Ismail Haniyeh, le chef du Hamas. Ce dernier, accompagné par une...