Aller au contenu principal

Opération Printemps de la Paix : le coup de gueule d’Erdogan

Le dirigeant turc a violemment rejeté les reproches de la communauté internationale concernant son attaque contre les militants kurdes en Syrie. Les puissances mondiales craignent que le Moyen-Orient, déjà très instable, soit encore plus fragilisé...

Par Nora Jaafar, Publié le 10/10/2019 à 15:36, mis à jour le 30/12/2019 à 20:25
Teaser Media

En réponse à l’Union européenne et les puissances arabes, notamment l’Arabie saoudite et l’Égypte, qui ont exprimé leur opposition à son action militaire, le président turc Recep Tayyip Erdogan a déclaré que ceux qui condamnent la Turquie ne sont « pas honnêtes ». Il a également menacé d’envoyer les 3,6 millions de réfugiés syriens, qui sont en ce moment en Turquie, en Europe si les pays du Vieux Continent continuent à qualifier son offensive d’« invasion ». « Nous allons ouvrir les portes et envoyer les 3,6 millions de réfugiés chez vous, » menace Erdogan. Il s’est ensuite adressé à ses rivaux : « Ils ne sont pas honnêtes, ils se contentent de parler », en pointant du doigt l’Arabie saoudite et l’Égypte. « Nous, par contre, nous prenons les choses en mains et c’est la différence entre nous », a-t-il déclaré aux responsables de son parti AK à Ankara. Erdogan a ajouté que le président Abdel Fattah el-Sissi ne pouvait pas condamner la Turquie parce que l’Égypte est dirigée par un « bourreau de la démocratie ».

 

« Une mauvaise idée »

L’opération de la Turquie a commencé quelques jours après le retrait des forces américaines de la frontière. Les hauts responsables des États-Unis ont ensuite descendu le président américain Donald Trump pour avoir abandonné les Kurdes syriens, fidèles alliés de Washington dans sa lutte contre l’État islamique d’Irak et le Levant (EI d’Al Cham et de la Syrie) en Syrie. Trump a qualifié l’assaut turc de « mauvaise idée » et a indiqué qu’il ne l’approuvait pas. Il a ajouté qu’il comptait sur la Turquie pour protéger les civils et les minorités religieuses et éviter une crise humanitaire.

 

L’offensive militaire de la Turquie contre les milices kurdes dans le nord-est de la Syrie vise à restaurer la structure démographique de la région et à renvoyer en toute sécurité les Syriens chez eux, a expliqué Erdogan, ajoutant que « 109 terroristes ont été tués à ce jour » dans cette opération.

 

Le Conseil de sécurité des Nations unies se réunit ce jeudi pour se pencher sur ce dossier à la demande de la Grande-Bretagne, de la France, de l’Allemagne, de la Belgique et de la Pologne. Dans une lettre adressée aux 15 membres du Conseil, Ankara a déclaré que son opération militaire serait « proportionnée, mesurée et responsable ». Les 22 membres de la Ligue arabe ont quant à eux annoncé qu’ils vont tenir une réunion d’urgence le samedi 12 octobre.

 

Opinion partagée

La Russie a déclaré qu’elle avait l’intention d’encourager le dialogue entre les gouvernements syrien et turc à la suite de cette opération. « Les préoccupations de la Turquie quant à la sécurité de ses frontières sont légitimes, mais elle n’a pas été en mesure de les évoquer avec Damas à cause des ingérences de la coalition et des Américains à l’est du fleuve d’Euphrate », a déclaré le ministre des Affaires étrangères Sergey Lavrov. « Nous avons soulevé depuis de nombreuses années le danger des manœuvres américaines qui tentent de remonter les Kurdes contre les tribus arabes », a ajouté Lavrov aux journalistes du Turkménistan. « Nous avons précédemment prévenu contre le risque de jouer la carte kurde, car elle peut très mal finir ».

 

L’Italie a condamné, de son côté, l’offensive turque en la qualifiant d’« inacceptable », affirmant que ce genre d’opération conduit toujours au « terrorisme ». Le ministère français des Affaires étrangères, quant à lui, a convoqué ce jeudi l’ambassadeur de Turquie pour une réunion urgente. « Il sera convoqué cet après-midi à la suite de l’offensive contre la Syrie », a déclaré une source diplomatique, s’exprimant sous couvert d’anonymat.

Liban : le nouveau Premier ministre vise à former au plus vite un gouvernement

Le Premier ministre libanais désigné, Najib Mikati, a déclaré ce mercredi 28 juillet qu’il espère former rapidement un gouvernement après avoir obtenu l’approbation du président Michel Aoun pour la pl...

La guerre dans l'espace a-t-elle déjà commencé ?

En 2020, quelques semaines après l’annonce par l’ancien président américain Donald Trump de la création d’une Space Force, deux satellites russes auraient pris en chasse un satellite-espion américain....

FMI : l’accès inégal aux vaccins creuse les inégalités économiques

Ce mardi 27 juillet, le Fonds monétaire international (FMI) a publié ses prévisions économiques mondiales actualisées. Dans ce rapport, l’institution internationale, qui maintient sa prévision de croi...

Démarrage du plus grand procès pénal de l’histoire moderne du Vatican

Un cardinal catholique romain, autrefois proche allié du pape François, va être jugé au Vatican, pour avoir détourné des fonds de l’Église dans un projet immobilier ruineux à Londres. Le cardinal en q...

Biden met fin à la mission de combat des troupes américaines en Irak

Ce lundi 26 juillet, le président américain Joe Biden et le Premier ministre irakien Moustafa al Kadhimi ont signé un accord mettant formellement fin à la mission de combat de l’armée américaine en Ir...

Les projets transhumanistes financés par des milliardaires

Plusieurs idées révolutionneront le monde de demain : aller sur Mars, ne plus vieillir, survivre aux maladies, guérir d’un handicap ou conserver son esprit à tout jamais... Ces idées sont souvent port...