Barrages

Temps de lecture : 5 minutes


Stress hydrique : les précisions de Nizar Baraka sont loin d’être rassurantes

Temps de lecture : 5 minutes

Catégorie Société , Gros plan

Temps de lecture : 5 minutes

Plusieurs responsables ont assuré que cette année, le Maroc va faire face à une sécheresse sans précédent. La rareté des précipitations et la dégradation des taux de remplissage des barrages ne font qu’accentuer la gravité du stress hydrique du pays. Selon Nizar Baraka, ministre de l’Équipement et de l’Eau, les réserves en eau des barrages pourront alimenter normalement toutes les grandes villes. Les agglomérations urbaines relevant des bassins hydrauliques de Moulouya, d’Oum Er Rbia, de Tensifet et de Guir-Ziz-Rheris connaitront toutefois certaines difficultés en termes d’approvisionnement.

Temps de lecture : 5 minutes

Intervenant ce mardi 1er mars devant la Commission des infrastructures, de l’énergie, des mines et de l’environnement à la Chambre des représentants, Nizar Baraka, ministre de l’Équipement et de l’Eau, est revenu sur la situation hydrique préoccupante du Maroc. Il a entamé son exposé en déplorant que les réserves en eau des barrages du Royaume affichent des taux de remplissage en déclin, passant de 49,1% à fin février 2021 à 32,7% cette année, avec environ 5,3 milliards de mètres cubes (m3). Bien que ces retenues soient suffisantes pour approvisionner normalement toutes les grandes villes du pays, les agglomérations urbaines relevant des bassins hydrauliques de la Moulouya, Oum Er Rbia, Tensifet et Guir-Ziz-Rheris connaitront pour leur part des difficultés d’alimentation en eau en raison de la faiblesse des stocks de leurs barrages.



Nizar Baraka a expliqué que des mesures d’urgence sont prévues pour éviter les ruptures d’alimentation en eau dans les zones concernées par la diminution des retenues des barrages. Il s’agit de plusieurs conventions avec l’ensemble des intervenants, dont le coût s’élève à 2,42 milliards de DH (MMDH). 1,318 MMDH sera ainsi consacré au bassin de la Moulouya, 202 millions DH (MDH) à Oum Er Rbia et 522 MDH à Tensifet.




Lire aussi : Sécheresse : le Roi ordonne de débloquer 10MMDH




 



L’ampleur de la rareté des précipitations



Le ministre a également évoqué le recul du taux de pluviométrie enregistré à fin février dernier en comparaison avec la même période de l’année dernière. Ce taux s’est situé entre 30 et 50% au niveau des bassins hydrauliques Guir-Ziz-Rheris et Drâa Oued Noun, entre 60 et 70% dans les bassins du Loukous, du Bouregrag et Sakia El Hamra-Oued Eddaheb et de 71 à 80% au niveau des bassins Sous-Massa, Tensifet, Oum Er Rbia et Moulouya. Le responsable a noté aussi que le volume total de mobilisation des ressources en eau enregistrée, du 1er septembre 2021 au 28 février dernier, dans l’ensemble des barrages du Royaume a atteint 732 millions m3, affichant un déficit de 89% par rapport à la moyenne annuelle. Il ajoute que le taux actuel se situe à moins de 33% par rapport aux périodes de sécheresse des années 80 et 90, rappelant qu’au cours de ces années-là, le monde rural et les activités agricoles avaient été durement affectés.



Pour éviter de nouvelles crises à ce niveau, Nizar Braka a avancé que son département, en coordination avec les autres intervenants concernés, va mettre en place des cellules de veille dans toutes les provinces et préfectures souffrant d’une pénurie en eau. Aussi, la tutelle envisage d’accélérer les travaux d’alimentation des centres ruraux et douars grâce à un système hydrique durable inscrit dans le cadre du programme national d’approvisionnement en eau potable et d’irrigation 2020-2027. Il s’agit en plus de consolider les opérations de prospection des nappes pour l’exploitation des eaux souterraines ainsi que l’économie en eau et la lutte contre les déperditions dans les réseaux de drainage et de distribution.




Lire aussi : Retard des pluies : les sécheresses seront de plus en plus récurrentes au Maroc




 



Quid de la situation hydrique actuelle du Maroc



Nizar Baraka a par ailleurs indiqué que le programme national d’alimentation en eau potable et d’irrigation 2020-2027 prévoit la consolidation de l’approvisionnement des zones rurales, et ce, en mobilisant un budget de 27 MMDH. Ce renforcement concerne la généralisation de l’accès à l’eau potable en milieu rural à travers des projets structurants et la lutte contre les précarités dans certaines zones. Et, poursuit le ministre, il s’agit en outre d’accélérer la réalisation des travaux de plusieurs chantiers portant sur 820 centres ruraux et plus de 18.000 douars.



Abderahim El Hafidi, directeur général (DG) de l’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE), a pour sa part souligné les réalisations de l’ONEE liées à la gestion de l’eau. Il a annoncé en ce sens la construction de 92 stations de traitement, dont huit réservées au dessalement de l’eau de mer et onze autres spécialisées dans la déminéralisation des eaux saumâtres, ainsi que le creusement de 1.800 forages et puits. El Hafidi est également revenu sur l’état d’alimentation en eau potable prévu cet été, tout en affirmant que les sociétés chargées de la gestion déléguée dans les grandes villes seront approvisionnées d’une manière régulière et durable, sauf les villes d’Oujda et de Marrakech. Ces dernières pourraient souffrir d’un certain déficit à cause de la faiblesse du volume en ressources hydriques superficielles.




Lire aussi : Stress hydrique : le Maroc mobilise de nouveaux budgets pour éviter le pire



Nizar Baraka, ONEE, Stress hydrique, barrage

Recommandé pour vous

Drame de Melilia : retour sur ce qui s’est passé

Temps de lecture : 6 minutes

Les opérations dissuasives menées par les forces de l’ordre marocaines et espagnoles ne découragent pas les candidats à la migration illégale.…

Eaux de baignade : 88,14% des plages marocaines déclarées conformes

Temps de lecture : 5 minutes

La saison estivale 2022 est marquée par la relance du secteur touristique. L’ouverture des frontières maritimes et aériennes, ainsi que le lan…

Covid-19 : une nouvelle vague s’installe au Maroc

Temps de lecture : 4 minutes

Le Maroc enregistre une nouvelle détérioration de la situation épidémiologique. Bien que le nombre d’infections ne soit pas encore alarmant, m…

Harcèlement sexuel : comprendre l’affaire Jacques Bouthier

Temps de lecture : 4 minutes

Emprisonné en France depuis mai dernier, l’ancien PDG du groupe Assu 2000, rebaptisé Vilavi, a fait l’objet de quatre plaintes déposées par de…

Étudiants marocains d’Ukraine, un dossier qui sera résolu en juillet

Temps de lecture : 6 minutes

Le dossier des étudiants marocains rentrés d’Ukraine sera définitivement réglé en juillet prochain. C’est ce qu’a indiqué, mardi 21 juin à Rab…

Maroc : l’abolition de la peine de mort n’est toujours pas envisagée

Temps de lecture : 5 minutes

Au Maroc, bien que les peines de mort soient encore prononcées, leurs exécutions sont toujours reportées. Depuis les exécutions effectuées en …

Code pénal : le CNDH présente un projet d’avis sur les peines alternatives

Temps de lecture : 5 minutes

Le Conseil national des droits de l’Homme (CNDH) a examiné, samedi 18 juin, à Rabat, lors de la 8eme session de son assemblée générale ordinai…

Aïd Al-Adha : quid des prix du cheptel

Temps de lecture : 5 minutes

Prévu début juillet, Aïd Al-Adha est non seulement une fête religieuse, mais aussi une tradition culturelle particulière. Pour cette célébrati…

Bac 2022 : coup d’envoi des épreuves de la session ordinaire

Temps de lecture : 4 minutes

La période des épreuves du baccalauréat est de retour. Comme chaque année, cette période est très stressante pour des milliers d’élèves qui am…

Variole du singe : faut-il craindre une nouvelle épidémie ?

Temps de lecture : 4 minutes

En mai 2022, le Royaume-Uni a enregistré son premier cas de variole du singe. Une nouvelle qui a inquiété le monde entier, qui est une nouvell…

Egalité dans l’héritage : le débat revient au devant de la scène

Temps de lecture : 5 minutes

La question de l’égalité dans l’héritage, entre femme et homme, continue de susciter une large polémique au Maroc entre intellectuels, cherche…

Protection sociale : beaucoup reste à faire

Temps de lecture : 5 minutes

Accompagné des ministres Abdelouafi Laftit, Khalid Aït Taleb, Mohamed Sadiki, Fatim-Zahra Ammor et Faouzi Lekjaa, le chef du gouvernement a re…