Emploi

Temps de lecture : 5 minutes


HCP-BM : le Maroc doit diversifier son économie pour renforcer la création d’emploi

Temps de lecture : 5 minutes

Catégorie Économie , Gros plan

Temps de lecture : 5 minutes

«L’emploi est une question compliquée qui nécessite un travail de longue haleine et des initiatives concrètes et continues de la part de tous les acteurs économiques, politiques et sociaux». C’est le constat qui ressort du rapport sur le « paysage de l’emploi au Maroc » réalisé par le Haut-Commissariat au Plan (HCP) et la Banque mondiale (BM). Pour Ahmed Lahlimi Alami, Haut Commissaire au Plan, la création d’emplois dans le pays repose sur la volonté du gouvernement de diversifier l’économie nationale et d’accroître la compétitivité des entreprises, notamment des petites et moyennes entreprises (PME).

Temps de lecture : 5 minutes

Le Haut Commissaire au Plan, Ahmed Lahlimi Alami, a souligné que pour assurer la création d’emplois au Maroc, le gouvernement doit diversifier l’économie nationale et accroître la compétitivité des entreprises, notamment des petites et moyennes entreprises (PME). Lors de sa présentation du rapport « paysage de l’emploi au Maroc », élaboré conjointement par le Haut-Commissariat au Plan (HCP) et la Banque mondiale (BM), il a déclaré que «l’emploi reste une question compliquée et nécessite un travail de longue haleine». Pour le responsable, «la question de l’emploi revêt une grande importance, dans la mesure où elle constitue un élément clé de la croissance et pèse aussi sur le moral de la population».



Le rapport du HCP et de la BM, qui s’inscrit dans le cadre de la première phase du programme conjoint Maroc-BM, met en lumière les problèmes structurels majeurs qui pèsent sur le développement et la croissance du marché du travail marocain. «Il s’agit d’un diagnostic des emplois qui analyse les données provenant principalement des enquêtes sur la main-d’œuvre et utilise de nouvelles méthodes analytiques pour identifier les principales tendances du marché du travail», explique la Banque mondiale. L’étude en question identifie en ce sens quatre priorités, à savoir :



• L’accélération de la transformation structurelle pour créer des emplois plus nombreux et de meilleure qualité dans les secteurs à plus haute productivité ;

• La promotion de la formalisation et l’amélioration de la qualité des emplois ;

• L’accroissement de la participation des femmes au marché du travail (PFMT) ;

• Le soutien des jeunes dans leur passage des études au marché du travail et l’abaissement du taux élevé de chômage chez les jeunes.




Lire aussi : Emploi au Maroc : Oxfam déplore un marché inégalitaire




 



Les observations de la BM



Ahmed Lahlimi Alami a également indiqué que le HCP lancera un compte satellite de l’emploi pour mesurer la productivité par activité, par sexe, par qualification et par agents économiques, selon la MAP. De son côté, Jesko Hentschel, directeur pays pour le Maghreb et Malte à la BM, est revenu sur les grandes tendances du marché du travail marocain au cours des dix dernières années. Il a noté que ce dernier peine à se développer et à créer des opportunités d’emplois en raison de problèmes structurels tels que le chômage des jeunes et la faible participation des femmes au marché du travail. 



«L’inclusion des jeunes et l’autonomisation des femmes sur le marché du travail marocain sont deux des plus grands problèmes auxquels le pays est confronté», a-t-il précisé, soulignant la nécessité de permettre aux femmes d’accéder à une éducation de qualité afin d’accroître leur participation à ce secteur. Il explique que 29% des jeunes ne bénéficient pas d’une éducation, d’un emploi ou d’une formation, la PFMT étant inférieure à 30%, ce qui est plus bas que dans certains pays en développement. Le rapport ajoute aussi que la formation et l’éducation ne suffisent pas à intégrer les femmes marocaines, car les barrières culturelles freinent l’ambition du gouvernement d’assurer une économie et un marché du travail développés et inclusifs, tels que décrits dans le Nouveau modèle de développement (NMD).



Enfin, autre obstacle majeur au développement économique du Maroc : l’informalité d’une grande partie du marché de l’emploi. Ce problème s’est amplifié avec la crise actuelle de la Covid-19, entraînant des «conséquences malheureuses» telles que «la réduction de l’assiette fiscale, la contribution à la pauvreté et à l’inégalité, la réduction de la productivité et la non-assurance d’une grande partie de la population contre les risques sanitaires, sociaux et économiques», conclut l’étude.




Lire aussi : Création d’emplois : les détails du programme  »Awrach »



Banque mondiale, HCP

Recommandé pour vous

Gafi : sortir de la liste grise, nouvel objectif du Maroc

Temps de lecture : 4 minutes

En compagnie du Sénégal, des îles Caïmans et du Burkina Faso, le Maroc a été placé sous surveillance concernant la lutte contre le blanchiment…

Casablanca : tenue du troisième Congrès international sur l’utilisation du cannabis

Temps de lecture : 6 minutes

Un parterre de scientifiques du Maroc et d’ailleurs a participé, dimanche 26 juin, au troisième Congrès international sur l’utilisation thérap…

Monétique : reprise remarquable durant le 1er trimestre 2022

Temps de lecture : 5 minutes

C’est une tendance lourde qui se confirme de trimestre en trimestre. Les Marocains se tournent de plus en plus vers les moyens de paiement éle…

World Power-to-X Summit : hydrogène vert, un positionnement d’avenir pour le Maroc

Temps de lecture : 8 minutes

Plus de 500 experts venus des quatre coins du monde ont participé à la deuxième édition du « World Power-to-X Summit », qui s’est tenue du 22 …

Cryptomonnaies : le Maroc veut mettre fin au vide juridique

Temps de lecture : 3 minutes

Les cryptomonnaies enregistrent une croissance effrénée. L’investissement dans ce marché plein d’avenir est pour les initiés, comme, pour les …

Bank Al-Maghrib opte pour une politique monétaire accommodante

Temps de lecture : 4 minutes

Réunion sous pression ce mardi au siège de Bank Al-Maghrib (BAM) à Rabat. Les membres du Conseil de la Banque centrale ont tenu la deuxième se…

Forum d’investissement Maroc-Espagne : quel enjeu pour le Maroc ?

Temps de lecture : 4 minutes

Favorisés par leur proximité géographique, la coopération économique et les échanges commerciaux entre Madrid et Rabat sont inéluctables. Le f…

Achat en ligne : ce qu’il faut savoir sur les nouvelles réglementations douanières

Temps de lecture : 5 minutes

Au Maroc comme partout ailleurs, l’activité du e-commerce est en croissance constante.  La crise sanitaire a été d’ailleurs perçue comme un ac…

Politique monétaire : faut-il augmenter les taux directeurs ?

Temps de lecture : 4 minutes

Les marchés internationaux du crédit montrent des signes de tensions. Après la dernière crise de la dette qui a eu lieu en 2011, le spectre d’…

Prix des carburants : le ras le bol des citoyens marocains

Temps de lecture : 5 minutes

L’onde de choc de la guerre en Ukraine a touché le monde entier. Depuis le début du conflit russo-ukrainien, les prix des carburants ont attei…

Les influenceurs sous les radars du fisc

Temps de lecture : 5 minutes

Le nombre d’influenceurs en ligne augmente au Maroc. Ils sont des « créateurs de contenu » qui usent de leur notoriété pour gagner de l’argent…

Compensation : une charge à rallonge

Temps de lecture : 4 minutes

Drôle de procédé choisi par le gouvernement Akhannouch pour injecter plus d’argent dans la Caisse de compensation pour faire face à l’augmenta…