Temps de lecture : 6 minutes


Rapatriement des Marocains : nouvelle escalade de tensions entre le Maroc et l’Espagne

Temps de lecture : 6 minutes

Catégorie Politique , Gros plan

Temps de lecture : 6 minutes

Pour le ministère de la Santé et de la Protection sociale, le choix du Portugal au lieu de l’Espagne pour le rapatriement des Marocains bloqués en Europe s’explique par l’absence du respect des protocoles sanitaires liés à la Covid-19 par les autorités ibériques. Une explication qui n’a clairement pas convaincu Madrid, la diplomatie espagnole comptant convoquer le chargé d’affaires de l’ambassade du Maroc à Madrid pour tirer les choses au clair.

Temps de lecture : 6 minutes

Afin de protéger la santé des Marocains contre la Covid-19 et son nouveau variant Omicron, le gouvernement a mis en place de nouvelles mesures de prévention, dont la suspension des vols vers le Maroc à partir du 23 décembre. Afin de permettre aux ressortissants du pays bloqués à l’étranger de regagner le Royaume, des vols spéciaux ont été programmés à cet effet. C’est dans ce cadre que l’exécutif a choisi le Portugal au lieu de l’Espagne pour récupérer les Marocains concernés par cette opération. Ce lundi 20 décembre, le ministère de la Santé et de la Protection sociale a souligné que ce choix s’explique par l’absence du respect des mesures de prévention contre la Covid-19 par les autorités espagnoles.




Lire aussi : Fermeture des frontières : poursuite des vols spéciaux




 



Le manque de rigueur de l’Espagne en termes de contrôle sanitaire



Selon la tutelle, «cette décision s’explique par l’absence de garanties tangibles concernant le respect des mesures déjà prises, dont le contrôle du pass vaccinal et de l’état de santé des passagers, selon une approche ferme, appropriée et en conformité avec les recommandations et règles internationalement reconnues». Et d’ajouter que ce choix reflète la volonté du Maroc de «protéger la santé des citoyens et de préserver ses acquis de lutte contre la Covid-19».




Lire aussi : Covid-19 : vaccination au ralenti et contrôle renforcé des pass sanitaires




Pour le ministère, la poursuite des vols entre l’Espagne et le Maroc présente un danger pour les Marocains, notant que «les autorités espagnoles compétentes sont loin d’assurer une action rigoureuse de contrôle de l’état de santé des passagers» lors des procédures aéroportuaires. Le département dirigé par Khalid Aït Taleb précise aussi que de nombreux cas de contamination au nouveau coronavirus ont été détectés chez des personnes en provenance d’Espagne via des vols privés, soit à leur arrivée, soit pendant leur transit. Et, il a déploré l’absence de toute forme de vérification des pass vaccinaux des passagers au niveau du pays ibérique.




Lire aussi : Omicron : les Marocains bloqués à l’étranger en état de détresse




Il faut rappeler que le Maroc a adopté le pass vaccinal comme document obligatoire en octobre dernier, afin de permettre aux personnes vaccinées de se déplacer librement à travers le pays. Les citoyens et les résidents du Royaume doivent présenter cette attestation pour accéder aux espaces publics, tels que les hôtels, les établissements touristiques, les restaurants, les cafés et les salles de sport. Aussi, le gouvernement ne cesse d’appeler à l’accélération de la campagne de vaccination, notamment l’injection de la 3e dose, exhortant toutes les personnes éligibles à recevoir leurs vaccins afin d’améliorer leur immunité contre le virus. Avec l’émergence des premiers cas d’Omicron, Rabat a insisté sur l’importance de la dose de rappel, affirmant qu’elle représente le meilleur moyen pour prévenir les complications sanitaires et la propagation de la nouvelle souche.




Lire aussi : Omicron : des jours sombres attendent le Maroc




 



Le gouvernement espagnol peu convaincu par les explications du Maroc



Les explications du ministère marocain de la Santé concernant l’écartement de l’Espagne de l’opération de rapatriement des Marocains bloqués en Europe ont été fortement contestées ce mardi par la diplomatie ibérique. En effet, le ministre espagnol des Affaires étrangères, de l’Union européenne (UE) et de la Coopération, José Manuel Albares, a dénoncé les critiques du Maroc concernant la gestion de la pandémie par Madrid au niveau des aéroports, les qualifiant de «pas acceptables».




Lire aussi : Crise Maroc-Espagne : Madrid veut enterrer la hache de guerre




À l’issue d’une conférence de presse avec son homologue luxembourgeois, Jean Asselborn, Albares a dénoncé que Rabat a omis de transmettre ces plaintes par voie diplomatique avant de le faire par une déclaration. Des déclarations, qui selon lui, «ne correspondent pas à la réalité». «L’Espagne remplit tous les critères internationaux en matière de lutte contre la Covid», a-t-il affirmé, «et je vais donc le confirmer au Maroc». C’est dans ce sens que le ministre espagnol a annoncé qu’il comptait convoquer le chargé d’affaires de l’ambassade du Maroc à Madrid, Farid Aoulouhaj, pour préciser que le gouvernement considère que la déclaration marocaine «n’est pas du tout acceptable».




Lire aussi : Sahara : l’Espagne soutient les efforts de Staffan De Mistura




Notons qu’Aoulouhaj est en charge de l’ambassade du Royaume en Espagne depuis que l’ambassadrice, Karima Benyaich, a été rappelée à Rabat pour des consultations à la fin du mois de mai. Cette nouvelle escalade de tensions vient une nouvelle fois bouleverser les relations diplomatiques, déjà très tendues entre les deux pays. Affaire à suivre.


Le Maroc reconsidère son partenariat avec le Parlement européen

Le Maroc reconsidère son partenariat avec le Parlement européen

Le Parlement européen (PE) a vivement critiqué le Maroc. Ce dernier s’est arrogé le droit de juger la justice marocaine de manière flagrante, partiale et n’a accordé aucune considé…
Le Maroc reconsidère son partenariat avec le Parlement européen

Le Maroc rejette les critiques du Parlement européen

Une nouvelle fois, l'institution législative européenne adopte un texte très dur envers le Royaume. Les députés européens ont vivement critiqué la détérioration de la liberté de la…
Sahara, Maroc-UE… les dernières révélations de Aziz Akhannouch

Sahara, Maroc-UE… les dernières révélations de Aziz Akhannouch

Pour la première fois depuis la prise de sa fonction, le chef du gouvernement, Aziz Akhannouch, accorde une interview exclusive à un média étranger. Il s’agit du journal français L…
Le 11 janvier 1944 : un tournant de l’histoire du Maroc

Le 11 janvier 1944 : un tournant dans l’histoire du Maroc

Le 11 janvier est une date célébrée chaque année au Maroc. Elle constitue un tournant dans l’histoire du Royaume. Cette année 2023, on commémore le 79ᵉ anniversaire de la présentat…
Maroc-Israël : des perspectives prometteuses, selon Simon Skira

Maroc-Israël : des perspectives prometteuses, selon Simon Skira

LeBrief : Le mois de décembre dernier a vu la célébration des deux ans de reprise des relations entre le Maroc-Israël. Quel bilan faites-vous ? Simon Skira : Le Maroc et Israël ont…
Sahara : l’UE soutient fortement le Maroc

Sahara : l’UE soutient fortement le Maroc

Le Maroc a accueilli, le 5 janvier, le haut représentant de l’Union européenne (UE) pour les Affaires étrangères, Josep Borrell. Il s’agit de la première visite officielle du repré…
Sahara : l’UE soutient fortement le Maroc

Le Maroc et l’UE déterminés à renforcer leurs relations

Le Maroc, premier partenaire économique et commercial de l’Union européenne sur le continent africain, a été choisi par Josep Borrell pour son premier déplacement à l’étranger de l…

2022 : l’année des succès diplomatiques

Le Maroc a réalisé des succès majeurs en 2022 par rapport à la question du Sahara. 40% des États africains et cinq groupements régionaux ont désormais des consulats à Laâyoune et D…