Temps de lecture : 5 minutes


Rapatriement : qu’en est-il des Marocains bloqués dans les autres pays ?

Temps de lecture : 5 minutes

Catégorie Société , Gros plan

Temps de lecture : 5 minutes

Bonne nouvelle : le Maroc organisera enfin des vols de rapatriement pour les citoyens bloqués à l’étranger ! Toutefois, cette mesure ne concerne que trois pays, notamment le Portugal, la Turquie et les Émirats arabes unis. Qu’en est-il des autres pays ? Les Marocains sont-ils autorisés à quitter le Royaume ?

Temps de lecture : 5 minutes

La période de fin d’année est critique et peut engendrer une hausse des contaminations à la Covid-19, comme cela était le cas en août dernier. C’est ce qui a poussé le Maroc à prolonger la fermeture des frontières aériennes afin de préserver les acquis de la campagne de vaccination et d’éviter l’entrée du nouveau variant Omicron. À l’issue du Conseil de gouvernement qui s’est tenu le 9 décembre, le Royaume a annoncé la prorogation de la fermeture des frontières, prévue initialement jusqu’au 12 décembre. En conséquence, plusieurs citoyens se sont retrouvés bloqués à l’étranger depuis le 29 novembre dernier. Toutefois, ce calvaire devrait bientôt se terminer.



En effet, le Comité interministériel de suivi de la Covid-19 a donné son feu vert pour le rapatriement de ces Marocains bloqués. Dans un communiqué, il a été indiqué que les autorités vont autoriser, à titre exceptionnel, des vols de passagers à destination du Royaume à partir de trois pays. Il s’agit du Portugal, de la Turquie et des Émirats arabes unis.




Lire aussi : Enfin des vols de rapatriement pour les Marocains bloqués à l’étranger !




«Afin de permettre le retour au Maroc des citoyens marocains qui résident effectivement au Royaume et qui ont été bloqués à la suite de la suspension des vols, les autorités marocaines vont autoriser, à titre exceptionnel, des vols de passagers à destination du Royaume à partir des trois pays suivants : le Portugal, la Turquie et les Émirats arabes unis», précise un communiqué du Comité. Selon ce dernier, cette opération débutera ce mercredi 15 décembre. Elle concerne, «exclusivement, les citoyens marocains qui résident effectivement au Maroc et qui ont quitté récemment le territoire national». Pour l’instant, il n’y a aucune indication sur les dates de ces vols de rapatriement.



Et de préciser que les frais de voyage sont à la charge des bénéficiaires. Afin de garantir la fluidité et sécurité de cette opération, un protocole sanitaire sera applicable. Ainsi, «chaque passager devra présenter, avant l’embarquement, un test PCR de moins de 48 heures». De plus, «les passagers seront confinés pendant 7 jours dans des hôtels dédiés, à la charge du gouvernement marocain» cette fois. «Des tests PCR seront effectués durant la période de confinement, toutes les 48 heures», alors que «toute personne testée positive à l’aéroport ou à l’hôtel sera prise en charge par les autorités sanitaires compétentes», conclut la même source.



 



Quid des autres pays ?



Alors que plusieurs pays organisent le rapatriement de leurs citoyens bloqués au Maroc, la mesure annoncée par le Comité interministériel de suivi de la Covid-19 ne concerne que trois pays.




Lire aussi Fermeture des frontières : poursuite des vols spéciaux




Aucun programme de rapatriement en provenance des autres pays n’a pour l’heure été dévoilé par l’exécutif. Raison : tout rapatriement s’effectuera en tenant compte de la situation épidémiologique de chaque pays de provenance. C’est ce qu’avait expliqué Khalid Aït Taleb, le ministre de la Santé, à sa sortie du Conseil de gouvernement du jeudi 9 décembre. L’objectif est de préserver les acquis du Royaume s’agissant de la pandémie afin d’éviter toute rechute en cette période de fin d’année. Le ministre a indiqué que «la situation au Maroc est très stable et pas du tout préoccupante. Mais ce n’est pas le cas dans les pays partenaires, notamment ceux de l’Europe». «Le Maroc n’est pas à l’abri d’une éventuelle rechute épidémiologique», a-t-il poursuivi. Il faudrait ainsi attendre l’issue de la réflexion du gouvernement sur la mise en place d’un protocole permettant aux Marocains bloqués à l’étranger de regagner le territoire national.



 



Peut-on quitter le Royaume ?



Les frontières aériennes restent pour l’instant fermées. Toutefois, en prenant cette décision, les autorités marocaines n’ont imposé «aucune restriction aux déplacements des citoyennes et des citoyens marocains souhaitant se déplacer hors du Maroc». C’est ce qu’a indiqué, ce lundi, Yabiladi, qui cite une source bien informée du ministère de l’Intérieur. «La décision rendue à cet égard inclut spécifiquement la suspension des vols pour les voyageurs arrivant dans le Royaume, et n’inclut pas les départs», précise la même source.



Cette annonce a été faite suite à la colère exprimée par certains citoyens souhaitant notamment se rendre à l’étranger pour se soigner, explique le journal. Cependant, les vols à destination du pays étant suspendus jusqu’au 31 décembre, hormis ceux en provenance du Portugal, de la Turquie et des Émirats arabes unis, les voyageurs marocains se rendant à l’étranger devront patienter avant de pouvoir rentrer au Royaume.


Vague de froid : les habitants de certaines régions en difficulté

Vague de froid : les habitants de certaines régions en difficulté

Le Maroc fait face à une vague de froid intense qui touche plusieurs régions. La baisse des températures a un impact dévastateur sur les populations des zones reculées, où les rude…
Khalid Aït Taleb

Réforme de la santé : Aït Taleb rassure

Invité dimanche de l’émission "Décryptage" diffusée par la radio MFM, le ministre de la Santé et de la Protection sociale, Khalid Aït Taleb, a répondu en direct, deux heures durant…
Grippe saisonnière : le citoyen inquiet

Grippe saisonnière : le citoyen de plus en plus inquiet

La grippe saisonnière inquiète tout le monde autant que la Covid-19. À l’échelle nationale, plusieurs citoyens ont affirmé présenter des symptômes grippaux plus sévères que d’habit…
Concours du barreau : Ouahbi entre le marteau et l’enclume

Concours d’accès au barreau : Ouahbi entre le marteau et l’enclume

Après sa déclaration provocatrice, le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, a provoqué un tollé. L’acharnement médiatique contre lui a commencé lorsqu’il a répondu à un journa…
Forum de la MAP : Ouahbi s'explique sur la polémique du concours d’accès aux barreaux

Concours d’accès aux barreaux : les explications de Ouahbi

Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, était, mardi 24 janvier, l'invité du Forum de la MAP, qui s’est tenu sous le thème "Code pénal : les enjeux de la réforme". Cette renc…
Grand froid : à la rescousse des zones enclavées

Grand froid : à la rescousse des zones enclavées

Sur instructions royales, la Fondation Mohammed V pour la solidarité a mis en place l’action solidaire "Grand Froid" dans les zones les plus touchées par la vague de froid inhabitu…
Le Maroc séduit toujours les retraités français

Le Maroc séduit toujours les retraités français

Même si la Grèce et le Portugal sont les nouvelles destinations favorites des Français à la recherche d'un supplément de qualité de vie, le Maroc conserve ses adeptes. Le Royaume a…
Stress hydrique : les dernières pluies sauveront elles la donne ?

Stress hydrique : les avantages et les inconvénients de la vague de froid

La sécheresse est l'un des principaux défis auxquels le Maroc est confronté. Ces derniers mois, la hausse des températures et la pénurie des précipitations, provoquées par le chang…