Aller au contenu principal

Enseignants contractuels : le gouvernement rencontre les syndicats ce mercredi

Avec toutes les polémiques actuelles qui concernent l’éducation nationale, c’est sans surprise que Aziz Akhannouch, Chef du gouvernement, s’est attardé sur les problématiques du secteur lors de son premier grand oral devant les députés. Akhannouch a souligné que pour le dossier des "contractuels", l’exécutif est désormais en possession de «nouvelles orientations» qui seront présentées ce mercredi dans le cadre d’une réunion entre le gouvernement et les syndicats du secteur et la Coordination des enseignants contractuels.

Par Nora Jaafar, Publié le 30/11/2021 à 14:00, mis à jour le 30/11/2021 à 17:25
         Temps de lecture 4 min.
Teaser Media
Enseignants contractuels : le gouvernement prépare de nouvelles orientations

Le premier grand oral de Aziz Akhannouch, chef du gouvernement, a eu lieu lundi 29 novembre lors de la séance des questions orales à la Chambre des représentants. Lors de son intervention, il est revenu sur les problématiques du secteur de l’éducation nationale et les différentes polémiques actuelles qui le concernent. Le chef de l’exécutif a tenu à défendre en premier lieu les dernières mesures introduites par Chakib Benmoussa, ministre de l’Éducation nationale, du Préscolaire et des Sports, liées aux nouvelles conditions d’accès aux concours de recrutement des enseignants des Académies régionales de l’éducation et de la formation (AREF). Il a déclaré : «je salue le ministre Chakib Benmoussa pour le travail qu’il fait. Je suis sûr que la méthodologie qu’il adopte va ouvrir la voie à une vraie réforme du secteur de l’éducation au Maroc. La décision qu’il a prise pour le choix des enseignants est une décision du gouvernement et non pas d’un seul ministre. En tant que chef de gouvernement, je prends la responsabilité des décisions gouvernementales, tant que c’est au service du citoyen».

Akhannouch a indiqué que le niveau de l’enseignement est très faible, rappelant que le dernier rapport du Programme international pour le suivi des acquis des élèves (PISA) de 2018 a révélé que 70% des élèves marocains âgés de 15 ans ne disposent pas des bases dans les mathématiques, la lecture et les sciences, et que le pays y a été classé 75e sur les 79 pays recensés. Aussi, il a affirmé que son gouvernement n’hésitera pas «à prendre des décisions, même si elles apparaissent injustes, mais qui dans leur essence sont essentielles à la mise en œuvre de l’État social». Selon lui, ce genre de réforme nécessite une prise de responsabilité sans hésitation, notant : «toutes les décisions que nous prendrons durant notre mandat au sujet de l’éducation prendront en compte une seule question : “Est-ce que c’est en faveur de l’élève ?”, car la qualité est le seul critère que nous prendrons !».

Lire aussi : Concours d’accès des AREF : les étudiants montent au créneau

 

Quid du dossier des enseignants contractuels

S’agissant du dossier épineux des enseignants contractuels, Aziz Akhannouch a précisé que son gouvernement, notamment le département de Chakib Benmoussa, a préparé de «nouvelles orientations». «Nous examinons toujours ce dossier avec les syndicats les plus représentatifs en vous promettant une annonce de nos résultats dans quelques semaines, voire quelques mois», a-t-il affirmé aux députés.

Lire aussi : Rien ne va plus entre les syndicats et Chakib Benmoussa

La rédaction de LeBrief a contacté Abdelghani Erraki, secrétaire général du Syndicat national de l’enseignement (SNE), affilié à la Confédération démocratique du travail (CDT), pour plus détails. Ce dernier nous a confié qu’«une rencontre est prévue ce mercredi 1er décembre entre des représentants du ministère de tutelle et ceux des cinq syndicats les plus représentatifs du secteur, dont le SNE, ainsi que des membres de la Coordination nationale des enseignants contractuels (CNEC)». Cependant, il nous a précisé que pour le moment, «la CNEC n’a toujours pas confirmé sa participation à cette réunion». Ce meeting, poursuit Erraki, «servira de plateforme d’échanges et de discussion sur la situation des enseignants contractuels ainsi que d’occasion pour le ministère de l’Éducation pour présenter ses nouvelles orientations à ce sujet».

Lire aussi : Enseignants contractuels : Chakib Benmoussa relance le dialogue social

Selon notre intervenant, «pour les syndicats, comme pour la CNEC, la requête la plus importante est de permettre aux contractuels d’intégrer la fonction publique et de les intégrer comme fonctionnaires du ministère de l’Éducation nationale et non comme employés des AREF, soit au même titre que leurs collègues rattachés à la tutelle».

Notons que le dossier en question remonte à 2016, lorsque le gouvernement de l’époque a décidé d’avoir recours à la contractualisation pour combler le déficit du Royaume en enseignants. Cinq ans plus tard, c’est au tour du gouvernement Akhannouch, et plus particulièrement à Chakib Benmoussa, de tenter de résoudre cette affaire.

Pourquoi le sommet arabe ne se tiendra pas en mars ?

Le sommet arabe, qui devait se dérouler au mois de mars prochain, a été une nouvelle fois reporté. ...

Maroc-Mali : entretien de Nasser Bourita avec le chef de la diplomatie malienne

Nasser Bourita, ministre des Affaires étrangères, de la coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, a échangé, jeudi par téléphone, avec le ministre des Affaires étrangères et de la ...

Awrach : attention à l'effet cocotte-minute !

Lancement officiel ce vendredi du programme gouvernemental Awrach pour la création de 250.000 emplo...

Les projets de décret adoptés jeudi par le Conseil de gouvernement

Le Conseil de gouvernement a adopté deux projets de décret. Le premier est relatif à la composition de la commission nationale chargée de l’application des sanctions prises par le Conseil de sécurité ...

100 premiers jours du gouvernement : les précisions de Aziz Akhannouch

Lors d’une émission spéciale retransmise en différé par Al Aoula et 2M, Aziz Akhannouch, chef de l’...

Sahara : la tournée régionale de De Mistura prend fin, l'Espagne veut intervenir

La tournée régionale de Staffan De Mistura, envoyé personnel du secrétaire général des Nations Unie...