Aller au contenu principal

Enseignants contractuels : Chakib Benmoussa relance le dialogue social

Chakib Benmoussa, ministre de l’Éducation nationale, du Préscolaire et des Sports, entend relancer le dialogue social. Il a rencontré, le vendredi 15 octobre 2021, les cinq principaux syndicats de l’enseignement. D’autres réunions sont prévues pour discuter autour du cahier revendicatif des enseignants. Le point avec Abderrazak El Idrissi, secrétaire général national de la Fédération nationale de l’enseignement (FNE).

Par Mohamed Amine Hafidi, Publié le 18/10/2021 à 14:50, mis à jour le 19/10/2021 à 12:29
         Temps de lecture 3 min.
Teaser Media
MEN : suspension de deux circulaires portant sur les contrôles continus

«Je suis là pour vous écouter». En s’adressant aux cinq syndicats d’enseignement les plus représentatifs, Chakib Benmoussa, ministre de l’Éducation nationale, du Préscolaire et des Sports, entend relancer le dialogue social avec le corps enseignant marocain. Une initiative salutaire surtout lorsqu’on sait que ce dialogue a connu un blocage à cause «de l’attitude du ministre Saaïd Amzazi qui refusait le dialogue, l’échange et l’implication des enseignants dans des décisions unilatérales qui nous ont fait du tort», nous déclare Abderrazak El Idrissi, secrétaire général national de la Fédération nationale de l’enseignement (FNE). Une attitude qui a été décriée et qui a jeté de l’huile sur le feu, notamment pour le dossier des enseignants contractuels qui ont multiplié les manifestations de protestations, les grèves, les débrayages, les sit-in et les marches sous l’ère Amzazi.

Lire aussi : Enseignants contractuels : des grèves sont prévues en octobre et novembre

 

Une initiative salutaire

«Aujourd’hui, une pause s’impose sur ce volet de manifestations, le temps de poursuivre ce nouveau round de réunions que nous propose le nouveau ministre et les résultats qui en découleront. En tout cas, je ne peux que saluer cette initiative du ministre. Il était à l’écoute. Il n’a d’ailleurs pas beaucoup parlé et s’est dit ouvert à toute forme de dialogue. On a senti une bonne volonté de changement et nous nous réjouissons», témoigne pour Lebrief.ma Abderrazak El Idrissi.

 

Les enseignants contractuels obtiennent-ils gain de cause ?

La première réunion entre le ministre et les cinq principaux syndicats a été positive dans la mesure où Chakib Benmoussa s’est engagé personnellement à régler définitivement le problème des enseignants contractuels. Un engagement qui figure d’ailleurs dans le cadre des promesses du chef du gouvernement, Aziz Akhannouch. Y aura-t-il enfin une issue à problème qui a tellement duré, soit depuis le mandat de Abdelilah Benkirane ?

Chakib Benmoussa a annoncé la mise en place, prochainement, d’un statut unique et unifié pour les fonctionnaires de l’Éducation nationale, y compris les enseignants contractuels. Ces derniers dépendront ainsi directement de leur ministère de tutelle et non des académies régionales, une doléance qui figure en tête de leur cahier revendicatif. Seule condition selon Benmoussa, la prise en compte de l’approche régionale dans le cadre de leur statut. Une condition qui est déjà respectée, nous déclare Abderrazak El Idrissi.

Lire aussi : Éducation nationale : les tensions persistent entre les contractuels et la tutelle

 

Cafouillages autour de l’augmentation des salaires de 2.500 DH

Par ailleurs, si le ministre s’est engagé à intégrer les enseignants contractuels à la fonction publique, il n’a pas apporté des réponses claires par rapport à la promesse d’augmentation des salaires des enseignants de 2.500 DH, l’une des promesses phares de Aziz Akhannouch. Or, le hic, selon le secrétaire général national de la Fédération nationale de l’enseignement, c’est que cette mesure ne devra être appliquée qu’en faveur des nouvelles recrues. «Le Chef du gouvernement s’est engagé à augmenter les salaires des enseignants de 2.500 DH. Il n’a pas mentionné que cette mesure ne concernera que les prochaines recrues. Si elle voit le jour, elle sera discriminatoire et on va la refuser. Il faut généraliser la hausse des salaires à tout le monde», tance Abderrazak El Idrissi.

El Idrissi a également appelé à l’arrêt des poursuites judiciaires et à la libération des enseignants contractuels dont le nombre avoisine la cinquantaine aujourd’hui. Il a également exhorté le ministre à accélérer la promulgation des décrets d’amendement relatifs aux cadres de la direction éducative et à régulariser les fonctionnaires ayant bénéficié de promotions. 

La RAM lance des vols spéciaux vers la France

La Royal Air Maroc (RAM) a programmé des vols spéciaux à destination de la France entre le 30 novembre et le 6 décembre 2021. Cette annonce intervient à la suite de la décision du Maroc de suspendre l...

Franc succès pour la 3e édition du Trophée Tilila

La chaîne de télévision 2M a organisé la 3e édition du Trophée Tilila, prix récompensant les publicités les plus engagées en faveur de la valorisation de l’image de la femme. La remise des prix a eu l...

Chutes de neige et temps froid ce jeudi et vendredi

Des chutes de neige, un temps froid et de fortes rafales de vent sont attendus, jeudi et vendredi, dans plusieurs provinces du Royaume, a annoncé la Direction générale de la météorologie (DGM). Les...

Concours d’accès des AREF : les étudiants montent au créneau

En plus des syndicats de l’enseignement, plusieurs étudiants ont manifesté leur refus des récentes ...

Variant Omicron : le monde se barricade

Face aux incertitudes liées à la dangerosité et à la transmissibilité du variant Omicron de la Covi...

Voici les nouvelles conditions d’accès au territoire national

Le Maroc vient de mettre à jour les conditions d’accès au territoire national. En plus de la liste A et B, le ministère de la Santé a ajouté une liste C des pays à risque élevé (au nombre de sept). Ce...