Aller au contenu principal

Trump réagit aux attaques du président Carter sur sa légitimité

Par Khansaa Bahra, Publié le 01/07/2019, mis à jour le 30/12/2019
Teaser Media

L’ancien président démocrate Jimmy Carter, 94 ans, a remis en cause la légitimité du mandat de l’actuel hôte de la Maison-Blanche, soulignant qu’il devait son élection aux interférences de la Russie.

 

L’ancien chef de l’État américain Jimmy Carter a déclaré vendredi qu’une enquête approfondie sur l’ingérence de la Russie dans l’élection de 2016 montrerait que Donald Trump n’a pas remporté la présidence.

 

« Je pense qu’une enquête approfondie prouverait que Trump n’a pas réellement remporté l’élection de 2016. Il a perdu l’élection et a été mis à son poste parce que les Russes sont intervenus en sa faveur », a déclaré Carter à la retraite du Carter Center à Leesburg, en Virginie.

 

Après une enquête de près de deux ans, l’ancien conseiller spécial Robert Mueller avait conclu en avril dernier ne pas avoir de « preuves suffisantes » sur un accord entre Moscou et l’équipe de campagne de Donald Trump, malgré leurs multiples contacts.

 

Le procureur n’avait toutefois pas exempté le milliardaire de tout soupçon, évoquant une campagne d’influence « radicale et systématique », menée par la Russie lors des élections de 2016 dans le but d’élire Trump.

 

Trump a été invité à réagir aux propos de Carter lors d’une conférence de presse tenue samedi à Osaka, au Japon.

 

 

 

Il a déclaré que Carter est un démocrate et qu’il répète un « sujet de discussion typique ». Trump a qualifié Carter de « gentil homme et de terrible président ».

 

Trump a défendu sa victoire en 2016, affirmant qu’il « travaillait plus dur et plus intelligemment » que Hillary Clinton.

 

Bien qu’il ait critiqué la politique étrangère de Trump et l’a accusé d’approfondir ses divisions raciales, Carter a également montré sa volonté d’aider le président actuel.

 

Il a accepté un appel téléphonique de Trump en avril dernier, c’était leur premier échange, pour discuter de négociations commerciales entre les États-Unis et la Chine.

 

Carter a également proposé de se rendre en Corée du Nord pour rencontrer Kim Jong Un au nom de Trump, rapporte un législateur américain démocrate.

 

Rappelons que Robert Mueller témoignera devant le Congrès le 17 juillet, après que les démocrates l’ont invité à comparaître devant la Chambre des représentants, afin de répondre publiquement pour la première fois à des questions sur son enquête.

Enfants abandonnés : consolidation des procédures d’adoption et de prise en charge

À travers une circulaire adressée aux représentants du ministère public, El Hassan Daki, procureur général du Roi près la Cour de cassation et président du ministère public, a insisté sur l’urgence de...

La Cour constitutionnelle, un pilier tangible de l’État de droit

La Cour constitutionnelle est la juridiction qui veille au respect des droits fondamentaux consacré...

Les élections professionnelles auront lieu en juin

C’est au mois de juin que les représentants des salariés seront élus. Trois arrêtés ministériels fixant les dates d’élection des représentants des fonctionnaires et des employés relevant de l’ensemble...

Sahara : l’ambassadeur du Maroc en Russie reçu par le vice-MAE russe

Ce mercredi 14 avril, Sergey Vershinin, le vice-ministre des Affaires étrangères de la Fédération de Russie, a reçu l’ambassadeur du Maroc, Lotfi Bouchaâra, à Moscou. Lors de cet entretien, les deux r...

Comprendre la normalisation des relations entre pays arabes et Israël

Dans cet extrait de la radio internationale Medi1, Jean-Paul Chagnollaud, président de l'Institut de recherche et d'études Méditerranée/Moyen-Orient (l'iReMMO) explique les raisons de la&nbs...

Le Roi lance le projet de généralisation de la protection sociale

Le roi Mohammed VI a présidé en ce 1er jour du Ramadan au Palais Royal de Fès, la cérémonie de lancement de la mise en œuvre du projet de généralisation de la protection sociale et de signat...