Aller au contenu principal

Mueller : pas d'exonération pour Trump après l'enquête sur la Russie

Par Nora Jaafar, Publié le 30/05/2019, mis à jour le 30/12/2019
Teaser Media

Le conseiller spécial Robert Mueller a déclaré qu'accuser le président Donald Trump d'un crime n'était "pas une option" à cause des lois fédérales, mais il a utilisé ses premières allocutions publiques concernant l'enquête russe pour souligner qu'il ne le disculpe pas de ce délit.

 

"Si nous avions eu la certitude que le président n'avait pas commis de crime, nous l'aurions reconnu", a déclaré Mueller.

 

Les observations faites par le conseil spécial mercredi dernier réfutent catégoriquement les affirmations répétées de Trump selon lesquelles il avait été innocenté et que cette enquête de deux ans n'était qu'une "chasse aux sorcières".

 

Ils ont également contrecarré les critiques, notamment celles du procureur général William Barr, selon lesquelles Mueller aurait dû déterminer si le président avait fait obstruction à l'enquête en congédiant entre autres son directeur du FBI.

 

Mueller a clairement indiqué que son équipe n'a jamais envisagé d'inculper Trump parce que le ministère de la Justice interdit la poursuite d'un président en exercice.

 

"Accuser le président d'un crime n'était donc pas une option que nous pouvions envisager ", a déclaré Mueller lors de sa déclaration à la télévision.

 

Il a dit qu'il considérait qu'une telle mesure était inconstitutionnelle.

 

Mueller n'a pas utilisé le mot "destitution", mais a déclaré qu'il appartenait au Congrès, et non au système de justice pénale, de tenir le président responsable pour tout acte répréhensible.

 

La déclaration du conseil spécial fait largement écho aux points centraux de son long rapport, qui a été publié le mois dernier avec quelques expurgations.

 

Mais son discours, qui a duré un peu moins de 10 minutes et qui a été prononcé depuis le podium du ministère de la Justice, était extraordinaire compte tenu du fait qu'il n'avait jamais abordé ou fait le point sur ses conclusions et était resté muet pendant ces deux années de fiévreuses spéculations du public.

 

Mueller, ancien directeur du FBI, a déclaré ce mercredi que son travail était terminé et qu'il se retirait pour reprendre sa vie privée.

 

Sous la pression de témoigner devant le Congrès, il n'a pas disculpé Trump. Mais il semblait avertir les législateurs qu'ils n'allaient pas lui soutirer plus de détails. Son rapport est sa déposition, a-t-il affirmé.

 

"Donc, au-delà de ce que j'ai dit ici aujourd'hui et de ce qui est présenté dans notre rapport", poursuit Mueller, "je ne crois pas qu'il me convient de parler davantage de cette enquête ni de faire des commentaires sur ce qui a été traité au Département de la Justice ou au Congrès".

 

Ses remarques ont mis en évidence la résolution troublée et le mécontentement en coulisses qui ont accompagné la fin de son investigation ainsi que les révélations qu'il a apportées.

 

Son refus de se prononcer sur l'obstruction criminelle a permis à Barr d'innocenter le président républicain, qui, à son tour, a cité la conclusion du procureur général comme preuve de son innocence.

 

Peu de temps après le discours de Mueller, le président, qui a affirmé à plusieurs reprises et de manière erronée que le rapport l'avait blanchi de toute entrave à la justice, a tweeté une réaction modérée, mais inexacte : "Rien ne change après le rapport Mueller. Il n'y avait pas assez de preuves et, par conséquent, dans notre pays, une personne est innocente. L'affaire est close ! Merci".

 

Tout en revendiquant la victoire, le ton du tweet du président était bien loin du refrain de "l'exonération totale" qui a dominé ses déclarations précédentes.

 

La déclaration de Mueller, un mois après la publication de son rapport sur les efforts déployés par la Russie pour aider Trump à vaincre la démocrate Hillary Clinton, visait à la fois à justifier la légitimité de son enquête sur les plaintes déposées par le président et à expliquer sa décision de ne pas se prononcer sur les obstructions commises par Trump lors de l'investigation.

Journée d’Al Qods : des heurts éclatent sur le site d’Al-Aqsa

Ce lundi 10 mai, la police israélienne a affronté des manifestants palestiniens dans l’enceinte de ...

Hajj 2021 : l’Arabie saoudite pourrait autoriser des pèlerins étrangers

Chaque année, plus de 2,5 millions de musulmans du monde entier effectuent le Hajj. L’année dernière, cependant, seuls 1.000 fidèles résidant en Arabie saoudite ont été autorisés à effectuer ce pèleri...

31 espèces éteintes et 3.324 menacées d’extinction

Désormais 31 espèces sont entrées dans la catégorie "éteinte" et toutes les espèces de dauphins d’eau douce sont menacées d’extinction. «La liste croissante d’espèces disparues est un rappel brutal qu...

Al Capone : la véritable histoire de Scarface

Qui est Al Capone, chef de la mafia de Chicago ? Dans cet épisode, plongez dans l’histoire épique de l’un des plus célèbres gangsters américains du XXe siècle. Surnommé Scarface, Alfonso Capone, avait...

Une affaire de droits fonciers déclenche des affrontements à Al-Qods-Est

15 Palestiniens ont été arrêtés dans la nuit du jeudi 6 au vendredi 7 mai à Al-Qods-Est, occupé par Israël, lors d’affrontements avec la police. Cette deuxième nuit consécutive d’émeutes dans le quart...

Le vaccin de Sinopharm homologué par l'OMS

C'est fait. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a donné vendredi son homologation d'urgence au vaccin anti-Covid chinois de Sinopharm fabriqué à Pékin. L'annonce a été faite par le dir...