Aller au contenu principal

Maroc-Espagne : entre préoccupations et fake news

La responsable de la diplomatie espagnole a récemment exprimé son intention de rester discrète au sujet des tensions maroco-espagnoles ainsi que sur la position de son pays sur la question du Sahara. La réticence de Madrid à reconnaître la marocanité des provinces du Sud peut être expliquée par sa crainte de voir le Royaume revendiquer ensuite Sebta et Melilia. Aussi, les tensions entre les deux voisins ont suscité bien des inquiétudes et des fake news, notamment concernant l’accord de pêche et le contrat du gazoduc Maghreb-Europe.

Par Nora Jaafar, Publié le 16/06/2021 à 15:05, mis à jour le 16/06/2021 à 18:57          Temps de lecture 6 min.
Teaser Media
Maroc-Espagne : entre préoccupations et fake news

La reprise des relations Maroc-Espagne est toujours incertaine. Cependant, Arancha González Laya, ministre espagnole des Affaires étrangères, de l’Union européenne et de la Coopération, assure que son pays s’efforce de calmer les tensions avec le Royaume et de créer les conditions nécessaires pour «réorienter la situation» actuelle. Dans une interview accordée à la radio Cadena SER, la responsable a exprimé son intention de rester «discrète» sur la situation diplomatique avec Rabat. «Je ne veux rien dire ou faire qui puisse remettre en cause notre volonté de reprendre nos relations avec nos interlocuteurs marocains», a-t-elle déclaré ce mardi 15 juin. Selon la cheffe de la diplomatie, le gouvernement ibérique cherche à désamorcer la tension avec le Maroc avec peu de bruit, car «c’est une situation que l’Espagne n’a pas recherchée et ne veut pas continuer à l’avenir».

Interrogée sur la demande qu’elle a faite au gouvernement américain pour retirer son soutien à la marocanité du Sahara, la ministre a soutenu qu’elle refuse de parler ou de spéculer au nom des États-Unis. «Nous respectons nos partenaires et alliés. Il appartiendra aux États-Unis de décider quelle est leur position», a-t-elle avancé. Le plus important pour le gouvernement espagnol, poursuit-elle, est qu’il puisse promouvoir et appeler à la multiplication des négociations aux Nations unies au sujet du Sahara.

Lire aussi : L'affaire Brahim Ghali divise les politiques en Espagne

 

Pourquoi l’Espagne refuse-t-elle de reconnaitre la souveraineté du Maroc sur le Sahara ?

Le voisin du Nord, bien qu’il ait été un partenaire très proche du Maroc depuis plusieurs années, a toujours refusé de se prononcer clairement quant à sa position sur la question du Sahara. Selon la presse ibérique, la reconnaissance de la souveraineté du Royaume sur ses provinces du Sud est une ligne à ne pas franchir pour Madrid, car cette dernière craint que Rabat ne revendique par la suite Sebta et Melilia. D’après le quotidien El Mundo, le Premier ministre espagnol, Pedro Sanchez, ne cédera pas à la pression du Maroc, en dépit des appels lancés par plusieurs responsables en Espagne l’exhortant à revoir cette position.

Lire aussi : Maroc-Espagne : la crise diplomatique se poursuit

La même source explique que la crainte de voir le Royaume exiger la récupération des deux présides occupés a été attisée par des propos avancés par Saad Dine El Otmani, chef du gouvernement marocain, quelques mois auparavant. Ce dernier avait souligné : «le jour viendra où nous allons rouvrir la question de Sebta et Melilia, qui sont des territoires marocains comme le Sahara». C’est d’ailleurs pour cette raison qu’après la crise migratoire de Sebta et Melilia, Pedro Sanchez s’est rendu en personne dans les villes occupées pour «irriter les autorités marocaines», selon El Mundo.

 

Quid de l’avenir de l’accord de pêche ?

Au milieu de cette crise diplomatique entre les deux voisins, et après l’exclusion de l’Espagne de l’opération Marhaba 2021, le doute quant à l’avenir de l’accord de pêche s’installe. Dans son édition de ce mercredi 16 juin, le journal Assabah rapporte que certains opérateurs espagnols de ce secteur étudient les moyens d’éviter que le Maroc n’utilise «la carte de la pêche maritime comme mesure de rétorsion». Afin de rassurer les travailleurs de ce secteur, Luis Planas, ministre espagnol de l’Agriculture, a affirmé que les tensions diplomatiques entre les deux pays ne risquent pas de changer les accords économiques qu’ils avaient conclus auparavant. D’ailleurs, assure le responsable, aucun changement n’a été exigé ou demandé à ce jour au niveau du domaine de la pêche.

Lire aussi : Exclue de l’opération Marhaba, l’Espagne risque de perdre 1,15 milliard d’euros

Puis s’adressant à la presse, Planas a avancé que son pays et l’Union européenne (UE) veulent maintenir leurs excellentes relations avec le Maroc, d’autant plus que l’activité des pêcheurs espagnols et européens dans les eaux marocaines leur est cruciale, au même titre que leurs échanges agricoles avec le Royaume. D’après Assabah, la péninsule ibérique est le principe bénéficiaire de l’accord de pêche avec l’UE, qui expire juridiquement en 2023. Cette dernière déploie plus de 90 bateaux de pêche dans les eaux territoriales marocaines, offrant ainsi des emplois à plusieurs milliers de personnes originaires d’Andalousie et plus particulièrement de la province de Cadix.

 

Intox sur le gazoduc Maghreb-Europe

Profitant des tensions maroco-espagnoles, la presse ibérique a commencé à diffuser plusieurs informations erronées. La dernière en date porte sur la décision du roi Mohammed VI d’interrompre les négociations pour le renouvellement de la concession du gazoduc Maghreb-Europe. Cet important pipeline relie l’Algérie à l’Espagne et au Portugal en passant par le Maroc et transporte plus de 30% du gaz naturel consommé par la péninsule ibérique. En annonçant cette suspension des négociations, El Mundo et El Confidencial ont également précisé que de toute façon l’Espagne peut toujours avoir recours au gazoduc Medgaz, qui relie directement le pays à l’Algérie et qui satisfait près de 60% de ses besoins en cette ressource. Ce projet est dirigé par Sonatrach, la compagnie pétrolière publique algérienne, et Naturgy, une société espagnole de distribution et de commercialisation d’électricité et de gaz.

Cependant, une source du gouvernement marocain a contesté les informations rapportées par les journaux espagnols, affirmant que les négociations sont toujours en cours. Le ministre de l’Énergie et des Mines, Aziz Rabbah, a même ajouté que le Maroc «ne répond pas aux rumeurs de la presse. Et on ne peut pas l’empêcher d’écrire ce qu’elle veut. Si on voulait répondre, on aurait publié un communiqué pour préciser les choses». Le responsable a en plus tenu à préciser que «ce genre d’affaires ne se traite pas par médias interposés».

Lire aussi : Espagne-Maroc : quid de la concession du gazoduc Maghreb-Europe ?

La source gouvernementale proche de ce dossier a pour sa part affirmé qu’il est peu probable que le contrat, vieux de 25 ans, du gazoduc Maghreb-Europe ne soit influencé par les tensions actuelles entre le Maroc et l’Espagne. Selon elle, il est très compliqué de mettre fin à un tel engagement du jour au lendemain, notant que «les intérêts économiques dépassent les conflits passagers qu’il peut y avoir entre les différentes parties». Et de conclure que les négociations pour le renouvellement de la concession du gazoduc Maghreb-Europe sont purement commerciales, entre clients, acheteurs et propriétaires de l’infrastructure et qu’il est quasi impossible de les compromettre avec des manœuvres médiatiques malsaines.

Hamid Chabat quitte l'Istiqlal

Le torchon brûle entre Hamid Chabat et la direction du parti de l'Istiqlal. L'ex-secrétaire général du parti de la balance a pris la parole dimanche soir dans un live pour annoncer sa décision de quit...

Maroc-Algérie : analyse du discours du roi Mohammed VI

Le roi Mohammed VI a consacré la majorité de son discours de la fête du Trône au conflit entre le M...

Maroc : visite du Chef d’État-Major de l’Armée de Terre US

Nouvelle visite d’un haut responsable militaire américain dans le Royaume. Le général James C. McConville, chef d’État-Major de l’armée de terre des États-Unis d’Amérique, a entamé ce lundi une visite...

La justice espagnole classe la plainte pour génocide visant Brahim Ghali

Dans un communiqué publié jeudi 29 juillet, le haut tribunal de l’Audience nationale en Espagne a annoncé que la plainte pour "génocide" visant Brahim Ghali, chef du Polisario, dans le pays ibérique, ...

Le "chef des renseignements" du Polisario n’est plus

Ce dimanche 1er août, Abdellah Lahbib Belal, le "chef des renseignements" du Polisario, est décédé à l’hôpital Aïn Naaja d’Alger. Il a péri suite à son infection par la Covid-19. Notons que ce soi-...

Discours royal : main tendue et sensibilisation patriotique

Le roi Mohammed VI a adressé samedi dernier un discours à la nation à l'occasion du 22e anniversair...