Aller au contenu principal

Maroc-Espagne : la crise diplomatique se poursuit

Alors que la crise diplomatique entre le Maroc et l’Espagne se poursuit, le Parti de l’Istiqlal a déclaré qu’il est temps de relancer le débat sur les revendications historiques du Royaume sur les présides occupés de Sebta et Melilia. De son côté, Habib El Malki, président de la Chambre des représentants, a dénoncé l’inscription d’un projet de résolution au Parlement européen sur «l’utilisation des mineurs par les autorités marocaines dans la crise migratoire de Sebta». Un projet qu’il a qualifié de manœuvre visant à «européaniser» la crise entre Rabat et Madrid. Malgré ces tensions croissantes, le gouvernement ibérique tente de se réengager auprès du Maroc pour lutter contre le terrorisme.

Par Nora Jaafar, Publié le 07/06/2021 à 14:34, mis à jour le 07/06/2021 à 16:01
         Temps de lecture 4 min.
Teaser Media
Maroc-Espagne : L’Espagne déterminée à résoudre le conflit

Le Maroc est toujours en froid avec l’Espagne. Depuis la "fin" de l’épisode rocambolesque de Brahim Ghali, chef du Front Polisario, le gouvernement marocain s’est abstenu de tout commentaire, précisant que sa réponse aux provocations de Madrid sera livrée au «moment opportun». Cependant, à la suite de la tenue de la session ordinaire de son Conseil national le samedi 5 juin, le parti de l’Istiqlal est revenu sur la récente «attitude hostile» de la péninsule ibérique à l’égard de Rabat. Dans un communiqué de presse, le parti a appelé à une révision des termes de la coopération entre les deux pays, notamment dans les domaines de la migration et de la lutte contre le terrorisme. Il a aussi rejeté le rôle de «gendarme de frontières» que l’Union européenne (UE) et l’Espagne s’efforcent d’attribuer au Maroc.

Lire aussi : L'affaire Brahim Ghali divise les politiques en Espagne

Selon les Istiqlaliens, il est également grand temps que le Royaume réaffirme ses revendications légitimes sur les présides occupés de Sebta et Melilia ainsi que sur les  îles Jaâfariennes. La même source soutient que seuls la reconnaissance de la souveraineté territoriale du Maroc et le respect de ses intérêts suprêmes pourraient sauver les relations maroco-espagnoles. Pour sa part, Nizar Baraka, secrétaire général du parti, a souligné que l’Espagne et l’UE doivent prendre clairement position quant à la question du Sahara et du plan d’autonomie proposé par le Maroc. «Ceci est d’autant plus évident qu’il n’y a plus de raisons d’ambigüité après la reconnaissance américaine», a-t-il lancé.

Lire aussi : Territoires marocains occupés : un mépris colonial

 

Instrumentalisation de la crise migratoire de Sebta

De son côté, Habib El Malki, président de la Chambre des représentants, a exprimé ce dimanche son étonnement et sa déception suite à «l’inscription d’un projet de résolution au Parlement européen sur l’utilisation des mineurs par les autorités marocaines dans la crise migratoire de Sebta». Cette résolution qui sera votée le 10 juin par l’organisme européen porte sur une possible violation de la convention des Nations Unies relatives aux droits de l’enfant. D’après El Malki, cette initiative «est en total déphasage avec la qualité de la coopération entre le Parlement marocain et le Parlement européen» et vise surtout à «détourner l’attention d’une crise politique purement bilatérale entre le Maroc et l’Espagne». Et de dénoncer que «l’instrumentalisation de la question migratoire, notamment de la question des mineurs non accompagnés dans ce contexte, s’apparente clairement à une manœuvre qui vise à européaniser une crise bilatérale».

Le président de la Chambre des représentants a tenu à préciser qu’en termes de lutte contre la migration clandestine, le Maroc a toujours été un partenaire exemplaire. Un rôle, poursuit-il, que le Royaume a assumé non pas «en service commandé par l’Union européenne ou pour une contrepartie», mais dans le cadre d’un partenariat et d’une responsabilité partagée. Habib El Malki a par ailleurs noté qu’il espère que «l’esprit constructif de partenariat saura prévaloir et que le Parlement européen ne tombera pas dans le piège de l’escalade».

Lire aussi : Rapatriement de mineurs clandestins : le Maroc veut mettre fin à cette question

 

L’Espagne sollicite l’aide du Maroc pour la lutte contre le terrorisme

Malgré la crise entre l’Espagne et le Maroc, le pays ibérique tente de se réengager dans des efforts communs avec le Royaume notamment en termes de lutte contre le terrorisme. Selon le journal espagnol OkDiario, la mauvaise gestion de la diplomatie espagnole de l’affaire Brahim Ghali a conduit à l’arrêt de la collaboration entre les corps de police et de renseignement des deux pays. Les informations antiterroristes que le Maroc transmet régulièrement à l’Espagne sont d’une grande importance. Selon Market Research Telecast, ces renseignements sont aujourd’hui encore plus cruciaux vu que la menace extrémiste a atteint le «niveau quatre renforcé» (sur ses cinq niveaux au total) dans le pays, soit son niveau le plus élevé depuis juin 2015.

La même source rapporte qu’alors que le Championnat d’Europe de l’UEFA approche à grands pas, «la police espagnole a demandé au Maroc d’interrompre ce blocus de collaboration en raison du caractère exceptionnel du moment et des concentrations pour la compétition de football». Elle avance que le ministère marocain des Affaires étrangères ne tient le gouvernement espagnol responsable que de son «archaïsme hérité du passé».

Ainsi, la presse ibérique estime que dans ce contexte, il est probable que, malgré les tensions actuelles, le Maroc compte soutenir son voisin du Nord. Bien qu’à titre officiel, leur coopération ait été mise en pause depuis début mai, les deux pays ont d’ailleurs continué à travailler en étroite collaboration dans leurs eaux communes pour prévenir le trafic d’êtres humains et la contrebande de drogue.

PLF 2022 : les orientations dévoilées, l'examen au Parlement est imminent

Le projet de loi de Finances 2022 a été examiné, lundi 18 octobre 2022, en Conseil de gouvernement....

Mohammed Benchaâboun, nouvel ambassadeur du Maroc en France

Mohammed Benchaâboun, ancien ministre de l’Économie et des Finances du gouvernement Saad Dine El Otmani, vient d'être nommé Ambassadeur du Maroc en France. Cette information a été confirmée par un com...

Interrogations autour de la démission de Nabila Rmili

Coup de théâtre au ministère de la Santé et de la Protection sociale. Six jours après sa nomination...

Un ministre néerlandais affirme que Omar Radi n’est pas un espion pour son pays

Dans une lettre adressée à la Chambre basse néerlandaise, le ministre néerlandais des Affaires étrangères, Ben Knapen, a assuré que Omar Radi n’a pas espionné le Maroc pour les Pays-Bas. Le journalist...

Ministère de la Santé : Khalid Aït Taleb reprend les rênes du département

Ce jeudi 14 octobre, Nabila Rmili a été démise de ses fonctions de ministre de la Santé et de la Protection sociale, annonce un communiqué du Cabinet royal. La même source indique que Khaled Aït Taleb...

Comment expliquer et limiter la flambée des prix de l’énergie ?

Ces derniers temps, les prix des carburants, du gaz et de l’électricité ont explosé. Le phénomène est mondial et met à mal le budget des ménages et des entreprises. Les pays les plus dépendants du gaz...