Image d'illustration © DR

Temps de lecture : 5 minutes


DGAPR : état des lieux des prisons

Temps de lecture : 5 minutes

Catégorie Société , Gros plan

Temps de lecture : 5 minutes

Au 31 décembre 2020, 84.990 personnes, dont 943 mineurs, étaient ou ont été détenues. C’est ce qu’a annoncé la Délégation générale à l’administration pénitentiaire et à la réinsertion (DGAPR) dans son rapport annuel de 2020. L’organisme cite dans ce dernier les chiffres concernant la population carcérale ainsi que ses activités éducatives et professionnelles.

Temps de lecture : 5 minutes

Ce lundi 10 mai, la Délégation générale à l’administration pénitentiaire et à la réinsertion (DGAPR) a publié un document regroupant les statistiques récentes relatives à la population carcérale au Maroc et à ses activités éducatives et professionnelles en 2020. Dans son rapport annuel, cet organisme a révélé qu’au 31 décembre 2020, 84.990 personnes, dont 943 mineurs, étaient ou ont été détenues. Cette population carcérale a augmenté de 7,97% de 2016 à 2020, avec une moyenne annuelle de 1,55%.



97% du total de la population carcérale sont des hommes et près de 2.000 sont des femmes. En ce qui concerne le type de détention, les chiffres étalés par la DGAPR indiquent que 8.837 personnes sont en détention préventive, soit 45,70% de la population carcérale, alors que le reste est en condamnation définitive.



 



Évolution de la détention préventive



Selon le rapport, le nombre des détenus a baissé entre 2019 et 2020. Ceci est dû à la grâce royale qui a été accordée à un nombre élevé de détenus l’année dernière. De plus, cette chute a été également causée par la baisse de la criminalité en période de confinement ainsi que la suspension des tribunaux, souligne la DGAPR. Et d’ajouter que ces facteurs ont également contribué à la baisse du nombre de nouveaux détenus, compte tenu du fait que les établissements pénitentiaires ont accueilli 112.540 en 2019, contre 104.917 en 2020 (96,11% sont des hommes, 3,89% des femmes et 4,10% des mineurs). Alors que 95,44% des nouveaux détenus ont été placés en détention préventive au cours de l’année 2020, seuls 4,56% ont été jugés.



 



L’éducation en milieu carcéral



S’agissant de l’enseignement en prison, la DGAPR a révélé que plus de 4.000 détenus ont été inscrits dans les programmes éducatifs au titre de l’année scolaire 2019-2020. De plus, 122 détenus ont opté pour les programmes d’éducation non formelle. Ce progrès a été mis en pause suite aux directives gouvernementales visant à lutter contre la pandémie du nouveau coronavirus. À cause de ces restrictions, les cours au sein des établissements pénitentiaires ont été suspendus et certains programmes ont été reportés à l’année scolaire suivante. Il s’agit notamment de l’apprentissage de la langue arabe et darija au profit des détenus étrangers, ainsi que le programme visant l’apprentissage des langues vivantes (français, anglais et espagnol), qui profite notamment aux détenus étudiant dans le cadre de la convention de partenariat signée avec l’institut de coopération internationale de la confédération allemande pour l’éducation des adultes (DVV).



Par ailleurs, en collaboration avec le ministère de l’Éducation nationale, la DGAPR s’est engagée à mettre en place de bonnes conditions sanitaires pour les détenus bacheliers. Ainsi, le nombre de centres d’examen au sein des établissements pénitentiaires est passé à 48 pour cette année scolaire, au lieu de 15 pendant l’année scolaire 2018-2019, a indiqué le rapport.



Enfin, 2020 a été marquée par de nouvelles mesures pour renforcer l’accès des prisonniers analphabètes aux programmes de lutte contre l’analphabétisation. En effet, les prisons de Tan Tan et de Kalaâ des Sraghna font partie des prisons qui disposent de ce programme. Le nombre d’inscrits à ces programmes a atteint 7767 pour l’année scolaire 2019-2020. 4258 personnes suivent le programme encadré par le ministère des Habous, près de 1500 suivent un programme encadré par les prisonniers et 1.043 font partie du programme mis en place en partenariat avec le DVV. Les 985 autres détenus inscrits suivent le programme encadré par l’Agence nationale de lutte contre l’analphabétisation.



 



Formations professionnelles et artisanales



Le nombre d’inscrits aux formations professionnelle et agricole a atteint 8.576 personnes, soit une baisse de 13% par rapport à l’année scolaire précédente. Cette chute est due à la situation sanitaire qui a retardé le démarrage du programme de formation pour le deuxième groupe, a expliqué la même source. Les inscrits à la formation artistique et artisanale, quant à eux, dépassent 700 personnes, contre 880 pour l’année précédente. Notons que cette formation est organisée dans le cadre de 13 professions artisanales au sein de 16 centres pédagogiques.



La délégation a également noté que plus de 613 détenus ont intégré les unités de fabrication de masques anti-Covid, tandis que 23 détenus ont participé à des réunions avec des représentants de banques dans le cadre de la phase expérimentale du programme La maison de l’entrepreneur (Dar Al Mouqawil). Cette initiative permet à ses bénéficiaires d’acquérir les connaissances et capacités pour créer des projets et ainsi réaliser une intégration sociale et économique.



Recommandé pour vous

Tramway/Busway/pont Mohammed VI : où en sont les travaux ?

Temps de lecture : 5 minutes

Les embouteillages sont maintenant le quotidien des automobilistes casablancais. En effet, la …

Sepsis : une maladie mortelle, mais peu connue !

Temps de lecture : 4 minutes

Le sepsis est une maladie mortelle. Considérée comme une menace sanitaire à l’échelle internat…

Cancer du sein : une étude prouve un risque lié à certains polluants de l’air

Temps de lecture : 5 minutes

Le cancer du sein est une des pathologies qui affaiblit non seulement la santé des personnes q…

Qualité de vie numérique : le Maroc classé 71e au monde et 3e en Afrique

Temps de lecture : 3 minutes

La quatrième édition annuelle de l’indice de qualité numérique « Digital Quality of Life Index…

L’Boulevard : des festivités qui tournent au drame

Temps de lecture : 4 minutes

Après deux années d’absence, la première soirée de la 2ᵉ partie du festival L’Boulevard a viré…

CESE : présentation d’un avis sur l’aménagement durable du littoral

Temps de lecture : 4 minutes

Le Conseil économique, social et environnemental (CESE) a organisé, jeudi 29 septembre à Tange…

Stress hydrique : une problématique qui guette toujours le Maroc

Temps de lecture : 5 minutes

Le Maroc a connu cette année l’une des pires sécheresses de ces trois dernières décennies. Le …

La santé mentale au travail : un sujet oublié !

Temps de lecture : 4 minutes

Nul ne peut nier que la santé mentale au travail n’est pas sérieusement prise en considération…

Quelle gestion pour les chiens errants au Maroc ?

Temps de lecture : 4 minutes

La situation est alarmante. La rage tue environ 60.000 personnes chaque année, selon les derni…

Covid-19 au Maroc : le calme avant la tempête ?

Temps de lecture : 5 minutes

Depuis son apparition en 2019, le coronavirus s’est propagé à une vitesse vertigineuse dans le…

Taxis Vs VTC : une guerre sans fin ?

Temps de lecture : 4 minutes

Le conflit entre les taxis et les VTC s’est intensifié depuis que les applications de transpor…

Décès de Aïcha Ech-Chenna : le Maroc perd une grande militante

Temps de lecture : 6 minutes

Aïcha Ech-Chenna, icône de l’action sociale, est décédée ce dimanche. La présidente fondatrice…