Temps de lecture : 5 minutes

Accueil / Économie / Voyage au Maroc : les avertissements des Affaires étrangères espagnoles

Voyage au Maroc : les avertissements des Affaires étrangères espagnoles

Temps de lecture : 5 minutes

Gros plan

Temps de lecture : 5 minutes

Le Maroc, pays aux mille couleurs et aux paysages diversifiés, attire chaque année de nombreux voyageurs espagnols désireux de découvrir sa culture riche et son patrimoine unique. Cependant, avant de faire ses valises et de se lancer à l’aventure, il est essentiel de prendre en compte les avertissements et conseils émis par le ministère espagnol des Affaires étrangères. Ces recommandations, bien que non contraignantes, sont destinées à garantir la sécurité et le bien-être des voyageurs.

Temps de lecture : 5 minutes

Voyager au Maroc, comme dans tout autre pays, comporte des risques, des surprises, bonnes ou mauvaises, auxquelles il vaut mieux se préparer. Pour entrer au Maroc, un passeport en cours de validité est obligatoire. Le séjour légal maximum pour les touristes est de six mois par an, avec une limite de 90 jours par période de six mois. En cas de dépassement, les voyageurs s’exposent à des retards et des amendes lors de leur départ. Il est donc crucial de respecter la durée de séjour autorisée et de contacter les services de police pour toute demande de prolongation.

Actes terroristes ?

Malgré une absence de menace actuelle à ce niveau, le ministère met en garde contre les risques liés aux actes terroristes. Bien que le Maroc soit considéré comme sûr, sur la scène internationale, «il convient de rappeler qu’aucune région du monde ni aucun pays n’est à l’abri d’éventuels actes terroristes». Les voyageurs doivent rester vigilants, notamment dans les zones publiques fréquentées comme les marchés et les lieux touristiques. Il est également recommandé de faire appel à des guides officiels agréés pour éviter les mauvaises rencontres et les escroqueries.

Certaines régions du Maroc sont déconseillées aux voyageurs. Les provinces d’Al Haouz et de Taroudant, touchées par un tremblement de terre en septembre 2023, sont encore en phase de reconstruction et présentent des conditions de vie difficiles. Les zones proches de la frontière algérienne et les régions désertiques non balisées sont également à éviter.

Lire aussi : Israël lève l’avertissement sur les voyages au Maroc

Autre danger, mais cette fois naturel, nul ne peut oublier le séisme qui a frappé la région d’Al Haouz, le 8 septembre 2023. La situation géographique du Maroc, rappellent les affaires étrangères espagnoles, expose le pays à des risques sismiques. Les voyageurs doivent être conscients des recommandations de protection en cas de tremblement de terre : s’éloigner des murs et des fenêtres, se réfugier sous des meubles solides et rester calme. Durant la saison des pluies, les risques de crues soudaines et d’inondations doivent également être pris en compte… Même si actuellement, c’est plutôt le contraire qui se passe.

Conditions sanitaires

Les conditions sanitaires au Maroc varient. Dans les grandes villes, les cliniques privées offrent des services de qualité, avec des professionnels formés. Cependant, dans les zones rurales, les infrastructures médicales peuvent être rudimentaires. Il est conseillé de prendre des mesures d’hygiène strictes, de boire de l’eau en bouteille et d’éviter les aliments crus ou mal lavés pour prévenir les troubles intestinaux.

Le ministère des Affaires étrangères espagnol rappelle que chaque voyageur est responsable de sa sécurité et de ses biens. Les frais d’hospitalisation, de rapatriement des blessés ou de transfert de dépouilles ne sont pas pris en charge par l’État espagnol. Par conséquent, il est vivement conseillé de souscrire à une assurance voyage qui couvre l’assistance médicale et le rapatriement. Cette précaution est particulièrement importante, car au Maroc, un étranger peut tout à fait se faire soigner, mais ne sera pas remboursé par le pays.

Lire aussi : Agences de voyages : le Maroc en tête de liste

En termes de drogue, le mieux étant d’abandonner l’image stigmatisée du pays. Le Maroc a une législation très stricte en matière de drogue. La possession, même pour consommation personnelle, est sévèrement punie. Les sanctions peuvent aller d’un mois à cinq ans de prison, assorties de lourdes amendes. Le trafic de drogue est encore plus sévèrement réprimé, avec des peines pouvant atteindre 30 ans de prison. Les voyageurs doivent donc éviter toute implication avec les drogues pour ne pas compromettre leur séjour.

La vie de tous les jours

Le réseau autoroutier est bon et toutes les autoroutes sont des routes à péage. «Cependant, il est conseillé de conduire avec prudence, à la fois en raison de l’attitude imprudente de nombreux conducteurs et du passage fréquent de piétons et d’animaux le long des routes susmentionnées. Il faut également tenir compte du trafic intense sur les routes principales ou, parfois, du mauvais entretien des routes secondaires». Il est essentiel de respecter le code de la route local et d’éviter également la conduite de nuit. En cas d’accident, la voiture ne doit pas être déplacée jusqu’à l’arrivée du personnel de la Gendarmerie royale.

Par ailleurs, les plages marocaines, notamment celles des côtes atlantique et méditerranéenne, sont connues pour leurs courants forts. Les voyageurs doivent faire preuve d’une grande prudence lorsqu’ils se baignent ou pratiquent des activités nautiques. Les incidents liés aux courants marins peuvent être dangereux, et il est préférable de toujours vérifier les conditions de sécurité avant de se jeter à l’eau.

À part cela… bon voyage !

Laissez-nous vos commentaires

Temps de lecture : 5 minutes

La newsletter qui vous briefe en 5 min

Chaque jour, recevez l’essentiel de l’information pour ne rien rater de l’actualité

Et sur nos réseaux sociaux :

voyage

Les économistes istiqlaliens dévoilent une stratégie pour booster le marché du travail

Dans un élan de renouveau socio-économique, l'Alliance des économistes istiqlaliens (AEI) a mis en avant un ambitieux plan pour revitaliser …
voyage

Cannabis légal : le Maroc veut tirer parti d’un potentiel énorme

Le Maroc se positionne résolument sur le marché du cannabis médical, avec l'ambition de devenir un acteur clé en Europe. Cette nouvelle indu…
voyage

Prix des fruits : l’été de toutes les hausses

En faisant leurs courses, les Marocains ont forcément remarqué une augmentation des prix des fruits. Ceux-ci ont bondi, ne laissant pas d'au…
voyage

Tourisme : la saison estivale s’annonce au beau fixe

Après un printemps dynamique, les prévisions pour la saison estivale sont extrêmement prometteuses. Tous les indicateurs sont au vert et les…
voyage

Export : l’Espagne cherche-t-elle à remplacer le Maroc ?

La campagne d’export des pastèques et melons vers l’Espagne n’est pas au beau fixe. Pourtant, en cette saison d’été, l’on aurait pu croire à…
voyage

Taux directeur, circulation du cash, crowdfunding … l’analyse du Pr Nabil Adel

Pour commenter ces développements, nous avons interviewé le Pr Nabil Adel, enseignant-chercheur en économie, qui a partagé ses réflexions su…
voyage

Une économie résiliente en dépit du ralentissement de la croissance

Le secteur agricole a particulièrement souffert, avec une diminution de la production, due à des conditions climatiques défavorables et à de…
voyage

Cash en circulation : comment réduire sa dominance ?

Lors de la deuxième réunion trimestrielle du Conseil de Bank Al-Maghrib (BAM) pour l’année 2024, le wali de BAM, Abdellatif Jouahri, a souli…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Poster commentaire