Image d'illustration © DR

Temps de lecture : 6 minutes


Pénurie de médicaments : quid de l’instauration du droit de substitution ?

Temps de lecture : 6 minutes

Catégorie Société , Gros plan

Temps de lecture : 6 minutes

Depuis le début de la crise sanitaire de la Covid-19, la pénurie de médicaments s’est aggravée au Maroc comme à l’étranger. Pour faire face à cette situation, les pharmaciens appellent à instaurer le droit de substitution. En d’autres termes, la possibilité de délivrer un médicament générique au patient à la place de celui prescrit par le médecin. Ce droit constituerait-il une solution efficace à cette problématique ? Réponses de Abdelmajid Belaiche, analyste des marchés pharmaceutiques.

Temps de lecture : 6 minutes

Ces dernières années, les pénuries de médicaments se sont intensifiées. Alors que le Maroc faisait face à une rupture de stock de nombreux médicaments avant même l’arrivée de la pandémie de coronavirus, cette pénurie s’est aggravée davantage depuis la propagation de la Covid-19.

Certaines sources pharmaceutiques ont signalé récemment l’indisponibilité de certains médicaments dans un certain nombre d’officines. Contraint à faire le tour des pharmacies pour retrouver le médicament prescrit par son médecin, voire à arrêter son traitement en cas de rupture de stock, le citoyen marocain se voit obligé de retourner chez son médecin pour lui prescrire un médicament équivalent et surtout disponible.

Lire aussi : Refonte du système sanitaire : l’union fait la force

 

Pénurie et rupture de stock : quelle différence ?

Interrogé par LeBrief, Abdelmajid Belaiche, analyste des marchés pharmaceutiques, estime qu’«avant de parler de rupture de stock ou de pénurie, il est très important de clarifier les termes».

Une pénurie veut dire que «les médicaments n’existent pas non seulement dans les pharmacies mais aussi chez les laboratoires, les grossistes et les importateurs. Le terme de pénurie veut donc dire que le produit n’existe pas dans le pays», explique-t-il.

Par contre, «si le produit est disponible à l’un des niveaux, on peut parler d’une rupture plus ou moins longue, mais pas de pénurie».

Lire aussi : Santé : 3 milliards de DH pour lutter contre la pénurie du personnel soignant

 

Comment pallier ce problème de rupture de stock ou de pénurie ?

D’une manière générale, «des ruptures de stock et même des pénuries peuvent toucher plus les médicaments importés que ceux fabriqués localement», fait savoir notre intervenant. La fabrication locale est de ce fait très importante pour nous protéger des situations de rupture de stocks et de pénurie.

Pour certains produits qui auraient été abandonnés par les laboratoires qui les fabriquent à l’étranger, «le ministère doit octroyer des licences pour permettre à des laboratoires marocains de fabriquer le même médicament afin d’éviter toute situation de crise», a-t-il noté.

De plus, «le fait qu’il y ait plusieurs génériques sur un produit donné ou pour une molécule donnée, protège aussi le pays contre les ruptures ou les pénuries, puisque si un produit disparait, il y’ en a d’autres qui vont le remplacer dans la mesure où ils ont la même composition», a-t-il ajouté.

Et de souligner: «La fabrication locale et le générique sont des éléments qui assurent ce qu’on appelle la souveraineté sanitaire du pays et sécurise son approvisionnement. Plus on dépend de pays étrangers, plus il y a le risque d’avoir des ruptures, voire des pénuries de médicaments, comme c’était le cas en période de la Covid-19».

Par ailleurs, l’analyste exhorte le ministère de la Santé à assumer son rôle de régulateur, notamment à travers la Direction des médicaments et de la pharmacie, afin de veiller à ce qu’il n’y ait pas de ruptures et au respect de la loi 17-04 en ce qui concerne les stocks de sécurité.

Lire aussi : Maroc : le secteur de la santé sous les projecteurs

 

Droit de substitution : un sujet polémique qui met en désaccord médecins et pharmaciens

Pour faire face à cette situation de pénurie ou de rupture de stocks de médicaments, les pharmaciens réclament un droit de substitution. Il s’agit de la possibilité de délivrer un médicament générique au patient à la place du médicament prescrit par le médecin, si ce dernier est en rupture de stock.

Il est à noter qu’il y a toujours eu des réticences de la part du corps médical concernant ce droit. En effet, les médecins estiment que les pharmaciens doivent respecter la loi 17-04 portant code du médicament et de la pharmacie et ne pas s’immiscer dans leurs prérogatives.

La réglementation en vigueur interdit strictement aux pharmaciens de remplacer le médicament prescrit par un autre, même s’il contient les mêmes composantes et les mêmes doses. Pourtant, ce droit permettrait aux malades de ne pas arrêter leurs traitements à cause des pénuries répétitives des médicaments.

Signalons qu’une proposition de loi avait été déposée en 2020 par le groupe parlementaire de l’Istiqlal en vue de modifier l’article 29 de la loi 17-04. Le texte présenté vise à permettre aux pharmaciens de remplacer un médicament ou produit pharmaceutique par un autre contenant les mêmes composants et les mêmes doses dans les cas de figure où le médicament initialement prescrit n’est pas disponible dans les pharmacies ni chez les sociétés de distribution. Toutefois, le prix du médicament de substitution ne doit pas dépasser celui du médicament prescrit.

D’après notre intervenant, «le droit de substitution est un droit qui a été appliqué avec succès dans beaucoup de pays. Il a permis d’encourager l’utilisation des génériques et de faire des économies pour les organismes gestionnaires d’assurance maladies».

«Même si ce droit n’est pas autorisé au Maroc, il est plus ou moins pratiqué dans la réalité par plusieurs pharmaciens», a-t-il fait savoir.

«Nous espérons que les choses soient bien étudiées et que le droit de substitution se met en place au Maroc comme c’est le cas dans d’autres pays», espère-t-il.

Lire aussi : Réforme de la santé : détails de la nouvelle vision du gouvernement

 

Enfin, l’approvisionnement en médicaments reste un sujet prioritaire, qui relève non seulement de la responsabilité des entreprises du médicament, mais également de l’ensemble des acteurs de la chaîne : pouvoirs publics, associations de patients et professionnels de santé, etc.


Recommandé pour vous

L’Boulevard : des festivités qui tournent au drame

Temps de lecture : 4 minutes

Après deux années d’absence, la première soirée de la 2ᵉ partie du festival L’Boulevard a viré …

CESE : présentation d’un avis sur l’aménagement durable du littoral

Temps de lecture : 4 minutes

Le Conseil économique, social et environnemental (CESE) a organisé, jeudi 29 septembre à Tanger…

Stress hydrique : une problématique qui guette toujours le Maroc

Temps de lecture : 5 minutes

Le Maroc a connu cette année l’une des pires sécheresses de ces trois dernières décennies. Le s…

La santé mentale au travail : un sujet oublié !

Temps de lecture : 4 minutes

Nul ne peut nier que la santé mentale au travail n’est pas sérieusement prise en considération …

Quelle gestion pour les chiens errants au Maroc ?

Temps de lecture : 4 minutes

La situation est alarmante. La rage tue environ 60.000 personnes chaque année, selon les derniè…

Covid-19 au Maroc : le calme avant la tempête ?

Temps de lecture : 5 minutes

Depuis son apparition en 2019, le coronavirus s’est propagé à une vitesse vertigineuse dans le …

Taxis Vs VTC : une guerre sans fin ?

Temps de lecture : 4 minutes

Le conflit entre les taxis et les VTC s’est intensifié depuis que les applications de transport…

Décès de Aïcha Ech-Chenna : le Maroc perd une grande militante

Temps de lecture : 6 minutes

Aïcha Ech-Chenna, icône de l’action sociale, est décédée ce dimanche. La présidente fondatrice …

Pollution de l’air : risque accru d’arythmies cardiaques et de cancer du poumon

Temps de lecture : 3 minutes

Une nouvelle étude américaine révèle que le fait de respirer de minuscules particules d’air pol…

« Les Impériales 2022 » : une première journée riche en débats

Temps de lecture : 4 minutes

Deux ministres ont répondu présents à l’invitation des organisateurs de l’édition 2022 de l’évé…

Symptômes, vaccin, prévention…tout savoir sur la grippe saisonnière

Temps de lecture : 4 minutes

À l’instar des autres pays, le virus le plus répandu en cette période est le virus grippal A(H1…

Visas Schengen : une indignation sans fin !

Temps de lecture : 5 minutes

Pour des raisons migratoires, la France avait décidé, fin 2021, de réduire le nombre de visas o…