L’OMS recense les agents pathogènes susceptibles de causer des pandémies

Temps de lecture : 5 minutes


OMS : comment éviter de nouvelles pandémies ?

Temps de lecture : 5 minutes

Catégorie Monde , Gros plan

Temps de lecture : 5 minutes

Après la Covid-19, mieux vaut prévenir que guérir. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) vient de lancer un processus scientifique pour actualiser la liste des agents pathogènes prioritaires, à savoir les agents capables de provoquer de futures pandémies. L’objectif est d’orienter les investissements mondiaux, la recherche et le développement, en particulier en matière de vaccins, de tests de dépistage et de traitements. Le point.

Temps de lecture : 5 minutes

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a indiqué, lundi 21 novembre, avoir réuni plusieurs experts pour dresser une nouvelle liste d’agents pathogènes susceptibles de causer des pandémies et étudier les menaces pouvant surgir de virus inconnus.

L’objectif de l’OMS est de mettre à jour une liste d’agents pathogènes utilisée comme guide pour la recherche et le développement ainsi que pour les investissements, notamment pour la mise au point de vaccins, de tests de dépistage et de traitements.

Dans le cadre de ce processus, qui a démarré vendredi 18 novembre, l’Organisation a réuni plus de 300 scientifiques. Ces derniers doivent étudier les données relatives à plus de 25 familles de virus et bactéries. Ils se pencheront notamment sur « la maladie X », un agent pathogène encore inconnu qui pourrait causer une grave pandémie mondiale.

«Cibler les agents pathogènes et les familles de virus prioritaires pour la recherche et le développement de contre-mesures est essentiel pour une réponse rapide et efficace aux épidémies et aux pandémies», a affirmé le responsable des urgences sanitaires à l’OMS, Michael Ryan.

«Sans des investissements importants dans la recherche et le développement avant la pandémie de la Covid-19, il n’aurait pas été possible de mettre au point des vaccins sûrs et efficaces en un temps record», a-t-il souligné.

Lire aussi : Roi Mohammed VI : la santé, un des défis majeurs auxquels est confrontée l’Afrique

 

Concentrer les efforts pour gérer la prochaine menace

Cette liste a été publiée pour la première fois en 2017. Elle comprend actuellement la Covid-19, le virus Ebola, la fièvre de Lassa, le syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS), le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS), les virus Zika et Nipah et la maladie X.

Au cours de leurs travaux, les experts vont déterminer, pour chaque agent pathogène identifié comme étant prioritaire, les lacunes concernant les connaissances et les priorités pour la recherche. Une feuille de route pour la mise au point de vaccins, traitements et tests de dépistage peut alors être élaborée.

Selon Soumya Swaminathan, responsable scientifique en chef de l’OMS , «la liste des agents pathogènes prioritaires est devenue une référence pour la communauté des chercheurs. Elle indique où il faut concentrer les efforts pour gérer la prochaine menace».

Lire aussi : Covid-19 : le Maroc autorise le vaccin inhalable chinois

 

Un traité international sur la prévention des pandémies

La liste révisée des agents pathogènes doit être rendue publique avant avril 2023. Par ailleurs, l’OMS se prépare à la prochaine session de négociations en vue d’un traité international sur la prévention des pandémies.

Un organe intergouvernemental de négociation travaille à la mise au point d’un accord mondial sur la préparation et la réponse des pays aux futures menaces de pandémies. Sa prochaine réunion, la troisième, aura lieu à Genève du 5 au 7 décembre. Cet organe présentera un rapport sur l’état d’avancement de ses travaux aux pays membres de l’OMS en 2023, le texte définitif devant leur être soumis en vue d’une adoption en 2024. Un projet de texte doit être examiné à la réunion de décembre.

Le Panel pour une convention mondiale sur la santé publique a estimé, ce lundi, que ce document n’allait pas assez loin, notamment pour établir les responsabilités et définir clairement les délais et les réponses lors de l’apparition d’une épidémie.

«Une fois qu’une épidémie est détectée, il y a souvent quelques heures critiques pour informer, évaluer et agir pour empêcher la diffusion d’une maladie avant qu’elle ne devienne pratiquement impossible à arrêter», a souligné le Panel dans un communiqué.

Le projet actuel, a-t-il poursuivi, «ne va pas assez loin pour définir le niveau d’urgence requis soit pour se préparer à la maladie X ou à des agents pathogènes connus, soit pour réagir au premier stade».

Lire aussi : Covid-19 : une cinquième vague en vue

 

Créé en 2020, ledit panel est une coalition de responsables politiques et dans le domaine de la santé. Il a pour but de promouvoir de nouvelles façons de contrôler les épidémies et d’y répondre. Il compte parmi ses membres d’anciens présidents, tels que Laura Chinchilla du Costa Rica et John Mahama du Ghana, ainsi que l’ancien secrétaire général de l’Organisation de coopération et de développement économiques, Angel Gurría.


Recommandé pour vous

COP27 : et la montagne accoucha d’une souris

Temps de lecture : 4 minutes La 27ᵉ Conférence des parties à la convention cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (COP27) s’est achevée sur un accord historique. C…

COP27 : la grand-messe des promesses !

Temps de lecture : 6 minutes Le dérèglement climatique se fait de plus en plus sentir. Sauver la planète n’est plus un choix, mais une responsabilité partagée. Après six ans et qua…

COP27 : la Conférence de la dernière chance

Temps de lecture : 5 minutes L’Égypte accueille des délégations de haut niveau représentant tous les pays. Chefs d’états et de gouvernements, dirigeants d’organis…

ONU : la situation de l’emploi à l’échelle mondiale est inquiétante

Temps de lecture : 5 minutes Au quatrième trimestre 2022, la croissance mondiale de l’emploi se dégradera de manière significative, et ce, selon les tendances actuelles, aver…

Climat : il est temps d’agir pour éviter le pire

Temps de lecture : 4 minutes Seule une transformation urgente à l’échelle du système permettrait d’éviter une catastrophe climatique, a prévenu, jeudi 27 octobre, le Pr…

L’ONU : appel à basculer vers des sources d’énergie propres

Temps de lecture : 5 minutes Dans un nouveau rapport rendu public, mardi 11 octobre, l’Organisation météorologique mondiale (OMM) souligne que le secteur de l’énergie n…

Hassan Iquouissem : quel sort lui est réservé ?

Temps de lecture : 4 minutes Visé par un mandat d’arrêt européen délivré par la justice française depuis le 1ᵉʳ septembre dernier, l’imam marocain, Hassan Iquioussen, a été i…

Maroc-Royaume-Uni : décès d’Elizabeth II, sa visite au Royaume et les relations bilatérales

Temps de lecture : 6 minutes Le décès d’Elizabeth II, reine d’Angleterre dans sa résidence d’été de Balmoral en Écosse, a été annoncé par Buckingham Palace dans la soirée de jeudi.…

Pollution de l’air et santé : il est temps d’agir !

Temps de lecture : 3 minutes Depuis novembre 2019, l’Organisation des Nations unies (ONU) a décidé que le 7 septembre de chaque année sera consacré à la “Journée internationale de …

Le réchauffement climatique menace l’énergie mondiale

Temps de lecture : 4 minutes La qualité de vie des habitants de la Terre dépend de l’énergie. Cette dernière contribue au développement économique, social, éducatif, ainsi qu’à l’a…

Protection des eaux internationales : des actions urgentes s’imposent

Temps de lecture : 5 minutes Depuis le 15 août, les États membres de l’Organisation des Nations unies (ONU) ont entamé les négociations concernant la mise en place d’un traité, rec…

Céréales : un marché international sous tension

Temps de lecture : 5 minutes Cette année, le marché international des céréales connaît une volatilité sans précédent en raison de la sécheresse historique qui frappe plusieurs régi…