Temps de lecture : 5 minutes


Népal : le crash d’un avion fait au moins 68 morts

Temps de lecture : 5 minutes

Catégorie Monde , La sélection vidéos

Temps de lecture : 5 minutes

Le porte-parole de l’armée népalaise, Krishna Bhandari, a indiqué qu’au moins 68 personnes sont mortes, dimanche, dans le crash d’un avion de la compagnie Yeti Airlines, au Népal. C’est la catastrophe aérienne la plus meurtrière en trois décennies au Népal.

«Nous avons retrouvé 68 corps jusqu’à présent. Nous sommes à la recherche de quatre autres corps (…). Nous prions pour qu’un miracle se produise. Mais, l’espoir de retrouver quelqu’un en vie est nul», a déclaré Tek Bahadur KC, chef du district de Taksi où l’avion s’est écrasé.

Quatre personnes sont toujours portées disparues. Les opérations de sauvetage ont été interrompues à la nuit tombée en raison de l’obscurité et ont repris ce lundi, ont indiqué les secours. «Nous travaillons activement à la récupération et à l’identification des corps aussi vite que possible et à leur remise aux familles», a déclaré à l’AFP un responsable de la police, AK Chhetri.

Un représentant des autorités locales avait auparavant assuré que «quelques survivants» avaient été emmenés à l’hôpital, mais cette information n’a été confirmée ni par la compagnie aérienne, ni par d’autres officiels.

Selon les autorités, 72 personnes – 68 passagers, dont six enfants, et les quatre membres de l’équipage – se trouvaient à bord de l’avion bimoteur turbopropulsé qui a plongé dans une gorge abrupte, s’est brisé en de nombreux morceaux et a pris feu entre l’ancien et le nouvel aéroport de Pokhara dans le centre du pays. La carcasse de l’appareil ATR 72, en provenance de la capitale népalaise Katmandou, a été retrouvée au fond d’un ravin de 300 mètres de profondeur.

Sudarshan Bartaula, le porte-parole de Yeti Airlines, a précisé à l’AFP que 15 étrangers étaient à bord de l’avion : cinq Indiens, quatre Russes, deux Sud-Coréens ainsi que quatre passagers en provenance respectivement d’Argentine, d’Australie, de France et d’Irlande. Les autres étaient des Népalais.

Le gouvernement a ouvert une mission d’enquête pour déterminer les causes du crash qui rendra son rapport dans les 45 jours, a déclaré le ministre des Finances, Bishnu Paudel.

Le bureau d’Enquêtes et d’Analyses pour la sécurité civile (BEA) français a annoncé dimanche qu’il participerait à l’enquête ouverte au Népal. Dans un communiqué daté de Toulouse, dans le sud-ouest de la France, ATR, le constructeur de l’appareil, a précisé qu’il s’agissait d’un ATR 72-500, ajoutant que ses spécialistes étaient «pleinement engagés pour soutenir à la fois l’enquête et le client», Yeti Airlines.

Dans une vidéo partagée sur les médias sociaux, on voit l’avion volant à basse altitude au-dessus d’une zone d’habitation avant de brusquement s’incliner sur la gauche, le tout suivi d’une puissante déflagration. L’AFP n’a cependant pas pu vérifier l’authenticité de la vidéo.

Deuil national et condoléances

Mais l’espoir de retrouver des survivants est désormais «nul», le Népal observe, ce lundi, une journée de deuil national.
Un certain nombre de pays voisins et amis ont exprimé leurs condoléances au Népal à la suite du crash.

Le ministre indien de l’aviation, Jyotiraditya M. Scindia, a déploré l’accident mortel, en déclarant sur Twitter : «Mes pensées et mes prières vont aux familles des personnes endeuillées».

Lotay Tshering, premier ministre du Bhoutan, s’est dit «extrêmement troublé» par la nouvelle du crash, ajoutant : «Mes prières et mes condoléances les plus sincères vont au gouvernement et au peuple du Népal, en particulier aux familles des victimes. Je souhaite à chacun de trouver la force de surmonter cette tragédie».

Le Pakistan a également exprimé sa tristesse, déclarant dans un communiqué du ministère des Affaires étrangères : «Le gouvernement et le peuple du Pakistan présentent leurs plus sincères condoléances pour la perte de vies précieuses dans l’accident d’avion à Pokhara, au Népal. Nous sommes attristés par ce tragique accident et nos pensées et nos prières vont aux familles des victimes. Nous nous tenons aux côtés du peuple népalais en ces heures de deuil».

Le ministre des Affaires étrangères des Maldives, Abdulla Shahid, a présenté «ses sincères condoléances aux familles et aux proches des victimes pour cette perte.»

La Turquie a également exprimé sa «profonde tristesse», dimanche, à la suite de l’accident d’avion meurtrier. Dans un communiqué, le ministère turc des Affaires étrangères a présenté ses condoléances «aux familles de ceux qui ont perdu la vie dans ce tragique accident ainsi qu’au peuple et au gouvernement du Népal».

«Des informations incroyablement tristes, en provenance du Népal, d’un avion qui s’est écrasé avec de nombreux passagers à bord», a réagi lundi le Premier ministre australien Anthony Albanese.

Depuis l’an 2000, plus de 300 personnes ont péri dans des accidents d’avion ou d’hélicoptère au Népal. La catastrophe aérienne la plus meurtrière de l’histoire du Népal a eu lieu en septembre 1992. Les 167 occupants d’un Airbus A300 de Pakistan International Airlines avaient péri dans le crash de l’appareil à l’approche de Katmandou.

République tchèque : Petr Pavel, ancien général de l'OTAN, élu président

République tchèque : Petr Pavel, ancien général de l’OTAN, élu président

Petr Pavel a remporté samedi 28 janvier l’élection présidentielle en République tchèque, battant le milliardaire populiste Andrej Babiš. Avec 58,32% des voix, l'ancien général a su…
Moscou veut transformer un mall en usine d'armes, les habitants furieux

Moscou veut transformer un mall en usine d’armes, les habitants furieux

La Russie cherche à mobiliser pleinement ses industries et ses citoyens pour mener son invasion en Ukraine. Alors que l’économie russe est sous la pression des sanctions occidental…
«Un missile, ça prendrait une minute» : le jour où Poutine a menacé Boris Johnson

«Un missile, ça prendrait une minute» : le jour où Poutine a menacé Boris Johnson

Dans un documentaire en trois parties, dont le premier épisode est diffusé lundi soir sur BBC Two, l’ex-Premier ministre britannique, Boris Johnson, raconte son «très long» et «ext…
Conflit israélo-palestinien : «les punitions collectives ne viendront pas à bout de la terreur»

Conflit israélo-palestinien : «les punitions collectives ne viendront pas à bout de la terreur»

À la une de la presse de lundi 30 janvier, l’escalade de la violence entre Israéliens et Palestiniens, après la mort, jeudi, de neuf Palestiniens, dans un raid de l’armée israélien…
Shoah : journée à la mémoire des victimes

Shoah : journée à la mémoire des victimes

La Journée internationale à la mémoire des victimes de la Shoah se tient chaque année le 27 janvier, date anniversaire de la libération du camp d’Auschwitz-Birkenau. À cette occasi…
Ottawa nomme sa première conseillère chargée de la lutte contre l'islamophobie

Ottawa nomme la première conseillère de lutte contre l’islamophobie

À quelques jours du sixième anniversaire de la tuerie à la Grande Mosquée du Québec, le gouvernement de Justin Trudeau a annoncé la nomination de la toute première représentante sp…
Maroc-France : vers un nouveau départ ?

Maroc-France : vers un nouveau départ ?

Réduction du nombre de visas accordés à Rabat en septembre 2021, diversification des partenariats par le Maroc et bien entendu position française sur le Sahara occidental critiquée…
Guerre en Ukraine : avec la livraison de chars lourds, le début de l'escalade ?

Guerre en Ukraine : avec la livraison de chars lourds, le début de l’escalade ?

Kiev a dû attendre, mais recevra bien plusieurs livraisons de chars lourds de la part des Occidentaux après les annonces, ce mercredi 25 janvier, de l’Allemagne et des États-Unis. …