La Banque mondiale en appuie à l’économie bleue au Maroc, un prêt de 350 millions de dollars débloqué

Temps de lecture : 5 minutes


L’économie bleue, quelles perspectives pour le Maroc ?

Temps de lecture : 5 minutes

Catégorie Économie , Gros plan

Temps de lecture : 5 minutes

Un prêt de 350 millions de dollars, soit près de 3,5 milliards de DH (MMDH), a été approuvé par la Banque mondiale pour appuyer le lancement du programme d’économie bleue, qui constitue un pilier incontournable du Nouveau modèle de développement (NMD). Qu’est-ce que l’économie Bleue et en quoi consiste le concept et quels potentiels offre-t-il ? Éclairages.

Temps de lecture : 5 minutes

Ces dernières années, la communauté internationale a pris conscience de l’important relais de croissance qu’offre l’économie bleu. Une nouvelle opportunité qui s’inscrit dans l’esprit de durabilité et de résilience.

Avec sa position géographique stratégique, son littoral, ses deux façades maritimes s’étalant sur 3.500 km, ses ressources halieutiques et énergétiques, le Maroc jouit d’un capital maritime important et dispose d’un fort potentiel en matière d’économie bleue.

En plus des secteurs maritimes traditionnels, tels que la pêche, le tourisme et les activités portuaires, le concept comporte désormais de nouveaux secteurs porteurs à forts potentiels de croissance. On cite à titre d’exemple l’aquaculture, l’écotourisme, les bioproduits marins, la biotechnologie ou encore la construction navale.

 

Qu’est-ce que l’économie bleue ?

C’est un concept initié par Gunter Pauli, entrepreneur et économiste belge. Ce dernier préconise à travers ce modèle de s’inspirer des écosystèmes naturels pour résoudre les crises économiques, sociales et écologiques.

Il s’agit d’un programme vaste qui propose de révolutionner la consommation et les moyens de production, tout en valorisant les déchets. En exemple : le marc de café, utilisé pour faire pousser des champignons. Les déchets serviront eux-mêmes de nourriture pour les poules pour la production des œufs.

Pour que ce système soit efficace, il est nécessaire de tirer le meilleur parti de toutes les ressources qu’offre l’environnement. Il faut parallèlement miser sur une économie locale qui porte sur la réduction des coûts et de la pollution générée par le transport de ressources en provenance de zones géographiques éloignées.

Lire aussi : Modèle de développement : l’importance de la gestion de l’eau et des ressources naturelles

 

« Le Modèle Maroc »

 « Le Modèle Maroc », c’est un ouvrage de l’inventeur du concept. En dix chapitres, il présente sa vision du modèle de développement pour le Maroc et propose un modèle de son économie bleue.

Dans ce livre, Gunter Pauli insiste sur le fait que le Royaume représente un point stratégique de l’Afrique. Il invite les décideurs à regarder « sous la surface », afin de découvrir un Maroc au-delà de ce que nous avons l’habitude de voir.

Parmi les exemples apportés dans son livre : la transformation du phosphogypse en algues, la poussière de l’extraction minière en papier de pierre, les sols délabrés en terres fertiles, les mauvaises herbes en fromages de chèvre et bien plus encore. «Ces projets, spécifiquement adaptés aux réalités du Maroc, ont le potentiel de régénérer des écosystèmes locaux différemment des écosystèmes des autres parties du monde. Ils créent aussi des emplois qui correspondent à leurs caractéristiques propres et circonstances particulières», indique-t-il.

Évoquant l’OCP, l’économiste voit ses grandes réserves mondiales de phosphate comme « un trésor », qui place le Maroc comme un leader dans le défi de nourrir les deux milliards d’habitants que comptera l’Afrique en 2050.

«Sans phosphate, nous ne pouvons pas nourrir le sol et le monde. De ce fait, le Groupe OCP est passé d’un simple exportateur de phosphates à un producteur et exportateur d’engrais. Un défi supplémentaire serait de régénérer le sol et l’écosystème du Maroc, d’appliquer la même logique au reste de l’Afrique et d’en restaurer la fertilité pour nourrir des millions de personnes avec des fruits et légumes sains. Le Maroc détient la clé et s’engage clairement à nourrir l’Afrique à partir du sol africain», explique-t-il.

Lire aussi : Le Maroc candidat pour la présidence de la 6e Assemblée de l’ONU pour l’Environnement

 

Le prêt de la Banque mondiale

Le prêt de 350 millions de dollars accordé, mardi 24 mai, au gouvernement vise à soutenir le programme de l’économie bleue marocaine, qui comprend deux volets.

Le premier s’articule autour d’une commission interministérielle et de mécanismes de coordination régionale. Il soutient également l’établissement de cadres institutionnels visant à renforcer la coordination verticale et horizontale.

Le second concerne l’investissement dans plusieurs domaines clés de l’économie bleue, à savoir le tourisme durable, l’aquaculture, la formation professionnelle dédiée à la gestion de l’économie bleue, la protection et la gestion des services écosystémiques ainsi que l’amélioration de la résilience climatique dans des zones ciblées.

Dans son communiqué, la Banque mondiale précise que «ce financement vise à stimuler la création d’emplois et la croissance économique, ainsi qu’à améliorer la durabilité, la résilience des ressources naturelles et la sécurité alimentaire».


Recommandé pour vous

10 août : le Maroc célèbre la Journée nationale du migrant

Temps de lecture : 4 minutes

Le 10 août marque la Journée nationale du migrant. Cette année, le thème de cette célébration concerne la contribution des Marocains résidant à…

Les orientations du NMD au cœur de la Stratégie nationale de développement durable

Temps de lecture : 4 minutes

Le développement durable est devenu un réel projet de société au Maroc. Le Royaume s’est engagé à mettre en place divers chantiers liés à ce do…

Made in Morocco : pour la valorisation du savoir-faire marocain

Temps de lecture : 5 minutes

Faire du Made In Morocco une véritable marque de fabrique, sur les plans national et international, ainsi qu’un véritable moteur de développeme…

PLF 2023 : ce qu’il faut retenir de la note de cadrage de Aziz Akhannouch

Temps de lecture : 5 minutes

Dans sa note de cadrage du projet de loi de Finances (PLF), Aziz Akhannouch réitère la détermination du gouvernement à continuer de mener en 20…

Forbes : le Maroc, un modèle de transition énergétique

Temps de lecture : 3 minutes

Le magazine économique Forbes vante le grand potentiel du Maroc à produire de l’énergie propre grâce à la richesse de ses ressources naturelles…

DTFE : la dette publique s’est établie à 388,1 MMDH à fin mars 2022

Temps de lecture : 2 minutes

Selon le bulletin de la direction du Trésor et des finances extérieures (DTFE), la dette publique s’établit à 388,1 milliards de DH (MMDH) en m…

Emploi : le taux de chômage au Maroc est passé de 12,8% à 11,2%

Temps de lecture : 4 minutes

Depuis le début de la crise économique liée à la pandémie de la Covid-19, l’accès à l’emploi est devenu de plus en plus compliqué. Au Maroc, ce…

Balance commerciale : le tourisme et l’OCP en tête de liste

Temps de lecture : 3 minutes

«La hausse des importations de biens concerne la quasi-totalité des groupes de produits», révèle le dernier rapport de l’Office des changes. On…

Étude : 75% des Marocains n’utilisent pas les applications de livraison de repas

Temps de lecture : 4 minutes

La crise sanitaire a entraîné des changements considérables dans la façon de consommer les repas hors domicile. La fermeture des restaurants a …

Ce qu’il faut retenir du rapport annuel de Bank Al-Maghrib

Temps de lecture : 6 minutes

Durant l’année 2021, l’économie marocaine a connu une croissance exceptionnelle de 7,9%, soit la plus forte depuis 1997. Plusieurs facteurs exp…

DGI : les recettes fiscales en 2021 ont atteint 153 MMDH

Temps de lecture : 4 minutes

Au Maroc, l’activité économique en 2021 a connu une nette reprise après le ralentissement économique enregistré en 2020 en raison de la pandémi…

Maroc : la croissance prévue à 1,5% en 2022 et à 4,5% en 2023

Temps de lecture : 6 minutes

Nadia Fettah Alaoui, ministre de l’Économie et des finances, a présenté, mercredi 27 juillet, devant la Commission des finances et du développe…