Harcèlement sexuel : comprendre l'affaire Jacques Bouthier

Temps de lecture : 4 minutes


Harcèlement sexuel : comprendre l’affaire Jacques Bouthier

Temps de lecture : 4 minutes

Catégorie Société , Gros plan

Temps de lecture : 4 minutes

Une nouvelle affaire de harcèlement sexuel fait couler beaucoup d’encre au Maroc et à l’étranger. Son principal protagoniste n’est autre que Jacques Bouthier. Cet ancien président-directeur général (PDG) du groupe de courtage en assurances Assu 2000 a été mis en examen à Paris. Il est accusé de viol sur mineur, traite des êtres humains et harcèlement sexuel sur des Marocaines. Ce sordide dossier suscite depuis quelques jours l’indignation de l’opinion publique. Détails.

Temps de lecture : 4 minutes

Emprisonné en France depuis mai dernier, l’ancien PDG du groupe Assu 2000, rebaptisé Vilavi, a fait l’objet de quatre plaintes déposées par de jeunes femmes marocaines. Jacques Bouthier a ainsi été placé en détention provisoire pour harcèlement sexuel, traite des êtres humains et viols sur mineure.

Les Marocaines concernées ont déposé plainte auprès du procureur général à Tanger. Elles sont âgées de 26 à 28 ans et sont d’anciennes employées d’Assu 2000. Selon l’Association marocaine des droits des victimes (AMDV), les faits de cette affaire se sont déroulés entre 2018 et début 2022. «Une enquête est ouverte et nous faisons confiance à la justice», a précisé Karima Salama, avocate de l’association et représentante des quatre victimes.

Les concernées ont affirmé, visages couverts, qu’elles ont été licenciées après avoir refusé de céder au harcèlement et au chantage de l’ancien patron. Elles ont révélé que des responsables marocains et français de sa société à Tanger sont également complices. Ils ont profité de leur situation de précarité pour les exploiter de manière sordide. Accusé de «viols sur mineure» et «traite d’êtres humains, harcèlement sexuel et violences verbales et morales» sur ses présumées victimes, Bouthier et ses complices recouraient au chantage sexuel répété, à l’intimidation et au chantage à l’emploi si elles refusaient leurs avances.

Lire aussi : «Sexe contre bonnes notes» : prison ferme pour 2 professeurs de l’université Hassan 1er de Settat

Jacques Bouthier est accusé de «Serial sex»

L’inculpé est aussi accusé de viols sur mineure. Le 15 mars dernier, une enquête préliminaire a été ouverte à la suite d’une déposition d’une jeune Marocaine de 22 ans. Elle a témoigné avoir eu des relations tarifées et qu’elle était «sa chose» depuis qu’elle avait 16 ans.

La présidente de l’AMDV, Aïcha Guellaa, a révélé que «Jacques Bouthier n’a aucune morale ni éthique. Il est persuadé qu’avec son pouvoir financier, il peut tout se permettre en toute impunité». Notons que l’accusé est âgé de 76 ans et est marié. Sa fortune est estimée à plus de 170 millions d’euros, grâce au groupe Assu 2000, spécialisé dans la distribution d’assurances et de crédits immobiliers.

L’ancien PDG de la firme française est aussi poursuivi pour « séquestration en bande organisée », « association de malfaiteurs en vue de commettre le crime d’enlèvement », ainsi que « détention d’images pédopornographiques ». Pour le moment, il est encore considéré innocent. Cependant, les accusations qui sont réunies contre lui sont accablantes et lourdes.

L’affaire ne s’arrête pas là

L’AMDV s’occupe actuellement de ce dossier. Une conférence de presse s’est tenue le 17 juin dans la ville du Détroit pour éclairer l’opinion publique. Aïcha Guella et les membres de son bureau affirment suivre de près cette affaire pour rendre justice aux victimes.

Suite à ces accusations, la société de courtage Vilavi a déclenché un audit. «Des médias français et marocains ont récemment rendu public le témoignage de salariés ou d’anciens salariés du groupe Vilavi et de ses filiales, mettant en cause des pratiques et des faits intolérables», écrit Vilavi dans un communiqué.

Pour rappel, les articles du Code pénal marocain qui définissent et sanctionnent le harcèlement sexuel sont les 503, 504, 40 et 26. Ainsi, l’article 503-1, introduit par loi 24.03 au Code pénal, stipule qu’il «est coupable de harcèlement sexuel et puni de l’emprisonnement d’un an à deux ans et d’une amende de 5.000 à 50.000 DH, quiconque, en abusant de l’autorité qui lui confère ses fonctions, harcèle autrui en usant d’ordres, de menaces, de contraintes ou de tout autre moyen, dans le but d’obtenir des faveurs de nature sexuelle».

France, Harcèlement sexuel, Maroc, Vilavi

Recommandé pour vous

Stress hydrique : les villes marocaines en souffrance

Temps de lecture : 3 minutes

Le changement climatique n’a épargné aucune région du monde. Au Maroc, la sécheresse, la désertification accélérée, l’asséchement des barrages …

Covid-19 : « la 4e vague au Maroc ne va pas durer »

Temps de lecture : 4 minutes

Frôlant les 4.000 cas par jour, le nombre de contaminés à la Covid-19 enregistré par jour a plus que doublé. Un taux relativement élevé et qui …

Avortement : entre crime et liberté individuelle

Temps de lecture : 4 minutes

Aux États-Unis, la Cour suprême à Washington a mis fin à la protection fédérale du droit à l’avortement. Un séisme juridique qui a déclenché l’…

Éducation : les mesures adoptées pour réhabiliter les établissements scolaires

Temps de lecture : 5 minutes

Le ministre de l’Éducation nationale, du Préscolaire et des Sports, Chakib Benmoussa, est intervenu, lundi 27 juin, à la Chambre des représenta…

Drame de Melilia : retour sur ce qui s’est passé

Temps de lecture : 6 minutes

Les opérations dissuasives menées par les forces de l’ordre marocaines et espagnoles ne découragent pas les candidats à la migration illégale. …

Eaux de baignade : 88,14% des plages marocaines déclarées conformes

Temps de lecture : 5 minutes

La saison estivale 2022 est marquée par la relance du secteur touristique. L’ouverture des frontières maritimes et aériennes, ainsi que le lanc…

Covid-19 : une nouvelle vague s’installe au Maroc

Temps de lecture : 4 minutes

Le Maroc enregistre une nouvelle détérioration de la situation épidémiologique. Bien que le nombre d’infections ne soit pas encore alarmant, ma…

Étudiants marocains d’Ukraine, un dossier qui sera résolu en juillet

Temps de lecture : 6 minutes

Le dossier des étudiants marocains rentrés d’Ukraine sera définitivement réglé en juillet prochain. C’est ce qu’a indiqué, mardi 21 juin à Raba…

Maroc : l’abolition de la peine de mort n’est toujours pas envisagée

Temps de lecture : 5 minutes

Au Maroc, bien que les peines de mort soient encore prononcées, leurs exécutions sont toujours reportées. Depuis les exécutions effectuées en 1…

Code pénal : le CNDH présente un projet d’avis sur les peines alternatives

Temps de lecture : 5 minutes

Le Conseil national des droits de l’Homme (CNDH) a examiné, samedi 18 juin, à Rabat, lors de la 8eme session de son assemblée générale ordinair…

Aïd Al-Adha : quid des prix du cheptel

Temps de lecture : 5 minutes

Prévu début juillet, Aïd Al-Adha est non seulement une fête religieuse, mais aussi une tradition culturelle particulière. Pour cette célébratio…

Bac 2022 : coup d’envoi des épreuves de la session ordinaire

Temps de lecture : 4 minutes

La période des épreuves du baccalauréat est de retour. Comme chaque année, cette période est très stressante pour des milliers d’élèves qui amb…