L’Espagne a commencé à acheminer du gaz vers le Maroc © DR

Temps de lecture : 4 minutes


Gazoduc GME : l’Espagne commence à approvisionner le Maroc en gaz

Temps de lecture : 4 minutes

Catégorie Économie , Gros plan

Temps de lecture : 4 minutes

Rabat et Madrid renforcent davantage leur coopération énergétique. Depuis le 28 juin, l’Espagne a commencé à exporter du gaz vers le Maroc, via le gazoduc Maghreb-Europe en flux inversé. Cette infrastructure a été fermée par l’Algérie depuis fin octobre 2021 sur fond de crise diplomatique. Éclairage.

Temps de lecture : 4 minutes

L’Espagne a commencé, mardi 28 juin, à acheminer du gaz vers le Maroc à travers le Gazoduc Maghreb-Europe (GME).

Selon le média espagnol El Periódico de la Energía, un méthanier acheté par le Maroc s’est rendu, dimanche 26 juin, dans l’une des usines de regazéification espagnoles pour commencer le déchargement.

Cette cargaison de gaz a été expédiée, dans l’après-midi du lundi 27 juin, via le GME vers le Maroc, précise la même source.

Lire aussi : Albares : la position de l’Espagne sur le Sahara «très claire» et «souveraine»

Une très faible quantité de gaz exportée

«Sur la base de relations commerciales et de bon voisinage, ce mardi a eu lieu la première expédition par le gazoduc maghrébin de GNL (gaz naturel liquéfié) préalablement acquis par le Maroc sur les marchés internationaux et débarqué dans une usine de regazéification espagnole», d’après des sources du ministère espagnol de la Transition écologique.

Toutefois, «ce n’est qu’une faible quantité de 5.900 nm3/h (normo mètre cube par heure), qui a été exportée, soit 55 MWH (mégawatt-heure)». C’est ce qui ressort des données disponibles sur l’application de la société Enagàs qui s’est chargée de cette opération.

A noter qu’Enagàs est une entreprise espagnole spécialisée dans l’acquisition, le transport, la regazéification et le stockage de gaz naturel.

Lire aussi : Benali : le Maroc aspire à asseoir une infrastructure gazière digne du 21e siècle

Le gaz exporté vers le Maroc n’est pas d’origine algérienne

Cette exportation intervient deux mois après que la ministre de Transition écologique et du Défi démographique, Teresa Ribera, a annoncé à son homologue algérien, Mohamed Arkab, la décision de son pays d’autoriser le fonctionnement du GME, en flux inverse.

Dans la foulée, le gouvernement algérien avait vivement condamné cette décision. «Tout acheminement de gaz naturel algérien livré à l’Espagne, dont la destination n’est autre que celle prévue dans les contrats, sera considéré comme un manquement aux engagements contractuels, et par conséquent, pourrait aboutir à la rupture du contrat liant la Sonatrach à ses clients espagnols», avait averti le ministre algérien.

Ainsi, Enagás a assuré qu’il y a une procédure de certification qui garantit que ce gaz ne provient pas d’Algérie. L’interconnexion fonctionnera avec les règles techniques de l’UE, à l’image de celles reliant l’Espagne au Portugal et à la France.

Pour rappel les relations entre Alger et Madrid se sont dégradées depuis que le gouvernement de Pedro Sánchez a décidé d’appuyer le plan d’autonomie marocain pour le Sahara, afin de mettre fin à près d’un an de crise diplomatique avec Rabat.

Lire aussi : Sahara : l’Algérie utilise sa dernière carte

 

Le non-renouvellement par l’Algérie du contrat du GME

Leila Benali, ministre marocaine de la Transition énergétique et du Développement durable, avait annoncé, la semaine dernière, à la Chambre des représentants, la signature, dans les jours à venir du premier contrat de livraison de gaz au Maroc.

La responsable avait assuré que le non-renouvellement par l’Algérie du contrat du GME n’a eu aucun impact sur la production de l’électricité au Royaume.

Cependant, elle a reconnu que la décision prise par les autorités algériennes a entraîné l’arrêt des deux centrales de Tahaddart et de Aïn Beni Mathar, alimentées exclusivement par le gaz naturel en provenance de l’Algérie, via le GME.

Enfin, pour sécuriser ses besoins en gaz naturel après la rupture du contrat avec l’algérien Sonatrach, le scénario désormais retenu par le gouvernement marocain consiste donc à acquérir du GNL sur le marché international, le décharger à travers des méthaniers dans un port espagnol, puis dans une usine de regazéification de la péninsule ibérique avant de l’injecter dans le GME pour atteindre les deux stations thermiques fonctionnant au gaz naturel.

Lire aussi : Le gazoduc Nigeria-Maroc changera la face de l’Afrique Atlantique, assure Bourita


Recommandé pour vous

Économie nationale : un redressement de 7,9% de la croissance en 2021

Temps de lecture : 4 minutes

Après une récession sans précédent provoquée par la crise sanitaire, l’économie mondiale a enregistré une forte reprise en 2021. Au Maroc, la c…

10 août : le Maroc célèbre la Journée nationale du migrant

Temps de lecture : 4 minutes

Le 10 août marque la Journée nationale du migrant. Cette année, le thème de cette célébration concerne la contribution des Marocains résidant à…

Les orientations du NMD au cœur de la Stratégie nationale de développement durable

Temps de lecture : 4 minutes

Le développement durable est devenu un réel projet de société au Maroc. Le Royaume s’est engagé à mettre en place divers chantiers liés à ce do…

Made in Morocco : pour la valorisation du savoir-faire marocain

Temps de lecture : 5 minutes

Faire du Made In Morocco une véritable marque de fabrique, sur les plans national et international, ainsi qu’un véritable moteur de développeme…

PLF 2023 : ce qu’il faut retenir de la note de cadrage de Aziz Akhannouch

Temps de lecture : 5 minutes

Dans sa note de cadrage du projet de loi de Finances (PLF), Aziz Akhannouch réitère la détermination du gouvernement à continuer de mener en 20…

Forbes : le Maroc, un modèle de transition énergétique

Temps de lecture : 3 minutes

Le magazine économique Forbes vante le grand potentiel du Maroc à produire de l’énergie propre grâce à la richesse de ses ressources naturelles…

DTFE : la dette publique s’est établie à 388,1 MMDH à fin mars 2022

Temps de lecture : 2 minutes

Selon le bulletin de la direction du Trésor et des finances extérieures (DTFE), la dette publique s’établit à 388,1 milliards de DH (MMDH) en m…

Emploi : le taux de chômage au Maroc est passé de 12,8% à 11,2%

Temps de lecture : 4 minutes

Depuis le début de la crise économique liée à la pandémie de la Covid-19, l’accès à l’emploi est devenu de plus en plus compliqué. Au Maroc, ce…

Balance commerciale : le tourisme et l’OCP en tête de liste

Temps de lecture : 3 minutes

«La hausse des importations de biens concerne la quasi-totalité des groupes de produits», révèle le dernier rapport de l’Office des changes. On…

Étude : 75% des Marocains n’utilisent pas les applications de livraison de repas

Temps de lecture : 4 minutes

La crise sanitaire a entraîné des changements considérables dans la façon de consommer les repas hors domicile. La fermeture des restaurants a …

Ce qu’il faut retenir du rapport annuel de Bank Al-Maghrib

Temps de lecture : 6 minutes

Durant l’année 2021, l’économie marocaine a connu une croissance exceptionnelle de 7,9%, soit la plus forte depuis 1997. Plusieurs facteurs exp…

DGI : les recettes fiscales en 2021 ont atteint 153 MMDH

Temps de lecture : 4 minutes

Au Maroc, l’activité économique en 2021 a connu une nette reprise après le ralentissement économique enregistré en 2020 en raison de la pandémi…