Blanchiment d'argent

Temps de lecture : 4 minutes


Gafi : sortir de la liste grise, nouvel objectif du Maroc

Temps de lecture : 4 minutes

Catégorie Économie , Gros plan

Temps de lecture : 4 minutes

En début de l’année 2021, le Groupe d’action financière (GAFI) a placé le Maroc sous surveillance pour ses défaillances dans la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme. Un mauvais souvenir pour le Royaume, qui a été ajouté à la liste grise des pays présentant des déficiences stratégiques. En revanche, le wali de Bank Al-Maghrib (BAM), Abdellatif Jouahri, a précisé que le Maroc devrait bientôt sortir de cette liste. Quid des derniers détails relatifs à ce sujet ?

Temps de lecture : 4 minutes

En compagnie du Sénégal, des îles Caïmans et du Burkina Faso, le Maroc a été placé sous surveillance concernant la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme, en février de l’année précédente. Ce verdict a été prononcé par le Groupe d’action financière (GAFI), à l’issue d’une réunion plénière des délégués représentant les 205 membres du Réseau mondial, ainsi que les organisateurs qui ont le statut d’observateur de cet organisme. Il s’agit du Fonds monétaire international (FMI), de l’Organisation des Nations unies (ONU) et de la Banque mondiale (BM).

Ajouté à la liste grise des pays présentant des déficiences stratégiques, le Maroc a pris l’engagement de mettre en œuvre des plans d’actions pour contrer ces activités illégales. Il s’est fixé comme objectif d’améliorer sa situation, en respectant les délais impartis.

Ladite liste se compose de 19 pays et régions. Selon le GAFI, ces États ne respectent pas les règles internationales de lutte contre ces actes. Il précise également que les lacunes ont été repérées au niveau des renseignements financiers et de la conservation des informations des bénéficiaires réels du blanchiment et du financement du terrorisme.

Le Maroc est pays membre fondateur du GAFI Moyen-Orient et Afrique du Nord (MOAN). Son ajout à la liste grise est dû à la faiblesse de ses résultats immédiats et son manque d’efficacité concernant les jugements et condamnations de ce genre d’activités frauduleuses. «Cette situation est due à un vide juridique et elle sera bientôt réglée. En effet, le projet de loi 12/18, amendant la loi 43-05 relative au blanchiment de capitaux, est bien avancé dans le circuit d’adoption», avait expliqué la cellule marocaine de lutte contre le blanchiment de capitaux et financement du terrorisme au média les Inspirations ÉCO.

Lire aussi : La présidence du ministère public et Bank Al-Maghrib s’allient

L’engagement du Maroc par rapport à ce verdict

Sortir de cette liste est l’objectif du Maroc. En effet, il s’est engagé dans un plan d’action pour remédier à toutes ces lacunes, afin de renforcer l’efficacité de son régime de lutte contre le blanchiment de capitaux et financement du terrorisme.

Le wali de Bank Al-Maghrib (BAM), Abdellatif Jouahri, avait expliqué la position du Maroc concernant ce sujet. Lors d’un point avec la presse, suivant la réunion du Conseil de la Banque centrale, il a soulevé qu’«un travail colossal a été fait jusqu’ici par l’ensemble des parties prenantes. Maintenant, il reste encore à appliquer quelques recommandations, qui se comptent sur le bout des doigts – ce que j’appelle les derniers 100 mètres – pour que le Maroc ne soit plus sur la liste grise dès septembre, au plus tard». Une révélation qui témoigne la volonté du Maroc de quitter cette liste qui constitue un point négatif de son parcours.

Par ailleurs, le Maroc avait entamé les négociations avec le FMI pour l’octroi de la ligne de crédit modulable. Cependant, la présence du Maroc sur la liste grise du GAFI lui joue des tours. Le représentant du FMI au Maroc, Roberto Cardarelli, avait souligné que «cette situation soulève une problématique liée à la possibilité de conclure que le Maroc a un cadre de supervision financière très fort. Sur la base de la position du Maroc sur la liste grise, l’on peut conclure qu’il y a encore des choses à faire avant d’affirmer que le Royaume a un cadre de sécurité financière très fort».

Pour rappel, le Royaume avait publié son Rapport d’évaluation mutuelle (REM) en 2019. Une année après, le ministre de la Justice avait présenté le projet de loi n°12-18 modifiant et complétant le Code pénal et la loi n°43.05 relative à la lutte contre le blanchiment des capitaux. Le GAFI reconnaitra donc les efforts déployés par le Maroc et le supprimera de la liste grise ? Reste à suivre, de près, l’évolution de cette affaire.


Recommandé pour vous

Économie nationale : un redressement de 7,9% de la croissance en 2021

Temps de lecture : 4 minutes

Après une récession sans précédent provoquée par la crise sanitaire, l’économie mondiale a enregistré une forte reprise en 2021. Au Maroc, la c…

10 août : le Maroc célèbre la Journée nationale du migrant

Temps de lecture : 4 minutes

Le 10 août marque la Journée nationale du migrant. Cette année, le thème de cette célébration concerne la contribution des Marocains résidant à…

Les orientations du NMD au cœur de la Stratégie nationale de développement durable

Temps de lecture : 4 minutes

Le développement durable est devenu un réel projet de société au Maroc. Le Royaume s’est engagé à mettre en place divers chantiers liés à ce do…

Made in Morocco : pour la valorisation du savoir-faire marocain

Temps de lecture : 5 minutes

Faire du Made In Morocco une véritable marque de fabrique, sur les plans national et international, ainsi qu’un véritable moteur de développeme…

PLF 2023 : ce qu’il faut retenir de la note de cadrage de Aziz Akhannouch

Temps de lecture : 5 minutes

Dans sa note de cadrage du projet de loi de Finances (PLF), Aziz Akhannouch réitère la détermination du gouvernement à continuer de mener en 20…

Forbes : le Maroc, un modèle de transition énergétique

Temps de lecture : 3 minutes

Le magazine économique Forbes vante le grand potentiel du Maroc à produire de l’énergie propre grâce à la richesse de ses ressources naturelles…

DTFE : la dette publique s’est établie à 388,1 MMDH à fin mars 2022

Temps de lecture : 2 minutes

Selon le bulletin de la direction du Trésor et des finances extérieures (DTFE), la dette publique s’établit à 388,1 milliards de DH (MMDH) en m…

Emploi : le taux de chômage au Maroc est passé de 12,8% à 11,2%

Temps de lecture : 4 minutes

Depuis le début de la crise économique liée à la pandémie de la Covid-19, l’accès à l’emploi est devenu de plus en plus compliqué. Au Maroc, ce…

Balance commerciale : le tourisme et l’OCP en tête de liste

Temps de lecture : 3 minutes

«La hausse des importations de biens concerne la quasi-totalité des groupes de produits», révèle le dernier rapport de l’Office des changes. On…

Étude : 75% des Marocains n’utilisent pas les applications de livraison de repas

Temps de lecture : 4 minutes

La crise sanitaire a entraîné des changements considérables dans la façon de consommer les repas hors domicile. La fermeture des restaurants a …

Ce qu’il faut retenir du rapport annuel de Bank Al-Maghrib

Temps de lecture : 6 minutes

Durant l’année 2021, l’économie marocaine a connu une croissance exceptionnelle de 7,9%, soit la plus forte depuis 1997. Plusieurs facteurs exp…

DGI : les recettes fiscales en 2021 ont atteint 153 MMDH

Temps de lecture : 4 minutes

Au Maroc, l’activité économique en 2021 a connu une nette reprise après le ralentissement économique enregistré en 2020 en raison de la pandémi…