Festival des musiques sacrées de Fès : la paix a frappé à la bonne porte, Bab Al Makina

Temps de lecture : 3 minutes


Festival des musiques sacrées de Fès : la paix a frappé à la bonne porte, Bab Al Makina

Temps de lecture : 3 minutes

Catégorie Culture , Gros plan

Temps de lecture : 3 minutes

Après deux années de crise sanitaire liée à la Covid-19 et de suspension de plusieurs manifestations de tous genres, le Festival des musiques sacrées de Fès est revenu cette année pour une 26ᵉ édition. Sous le haut patronage du roi Mohamed VI et sous la présidence de la princesse Lalla Hasna, cet événement a enchanté un public de diverses nationalités en l’espace de quatre soirées, organisées du 9 au 12 juin 2022. Dans le contexte actuel de crise mondiale, ce festival a pu souffler en quelques jours un vent de paix sur la ville de Fès.

Temps de lecture : 3 minutes

Sous le haut patronage du roi Mohamed VI et sous la présidence effective de la princesse Lalla Hasna, la 26ᵉ édition des musiques sacrées de Fès s’est tenue du 9 au 12 juin 2022. Cet événement a enchanté un public assoiffé de culture et de paix, surtout après deux années de restrictions sanitaires dues à la pandémie la Covid-19. Le public de diverses nationalités a répondu présent, malgré que la paix soit ébranlée par les guerres, et même si le monde connaît une crise financière et un changement climatique inquiétant. Les chants sacrés des trois religions monothéistes, le qawwal indien, la danse kathak et les poèmes bouddhistes, ont fait oublier en l’espace de quatre soirées mémorables toutes les crises que traverse l’humanité.

Grâce à cette manifestation, et grâce aux multiples travaux de la Fondation l’Esprit de Fès, le Maroc a voulu adresser au Monde un message de paix et de tolérance, et l’inviter à renouer avec la culture, dans une ville considérée comme un haut lieu de l’histoire de la mémoire populaire, et qui continue à jouir d’un rayonnement culturel et architectural universel.

«L’architecture constitue une empreinte, un repère, un cadre et un cheminement des croyances, des religions et des spiritualités»

Driss Khrouz

Le samedi 11 juin, grâce aux efforts louables du Pr Driss Khrouz, et malgré le temps record imparti à l’organisation, et la polémique qui l’a entouré, un programme riche et diversifié a été consacré à « L’ARCHITECTURE ET LE SACRÉ ». Un panel de chercheurs et d’universitaires ont abordé le sujet sous ses multiples aspects : espaces et modes de vie, et les symboles du sacré. Voir programme forum : festival.com

Ce programme a manifestement intéressé le public, venu participer au débat, par sa portée et sa profondeur : l’architecture ne serait-elle pas un « ÊTRE VIVANT » ?
C’est la notion développée par l’architecte autodidacte et contemplatif de la nature TADAO Ando : «L’architecture est un être vivant, un être en mouvement. La lumière donne du mouvement à l’architecture et lui insuffle la vie».

L’architecture respire, regarde, aide à réguler la température ambiante, se nourrit et s’hydrate en entretenant un rapport intime avec l’eau, pour l’irrigation, pour la propreté et l’esthétique d’une demeure. Demeures que l’on savait si bien concevoir avant.

L’architecture du sacré peut également avoir une fonction économique et solidaire symbolique, comme à Agadir, à Awajial dans la province de Béni Mellal, et participer ainsi à souder les liens au sein d’une communauté.

L’eau, source de vie, contribue également à la sacralité de l’architecture. Le système des « Khataras », longues conduites souterraines qui jadis servaient à acheminer l’eau du Piémont de l’Atlas vers Marrakech, et que l’on distribue grâce à de petites canalisations au sein de la ville, aurait été comparé à une « circulation sanguine ». Pour parler d’architecture vivante, on ne peut pas choisir de meilleurs exemples.

Cependant, et comme l’avait bien signalé Emerson, pourquoi doit-on toujours continuer à revenir sur le passé ? C’est toujours intéressant d’étudier l’architecture du passé chez des gens qui ont vu Dieu, et la Nature en face. Ne faudrait-il pas encourager les nouvelles générations d’architectes à inventer une philosophie architecturale qui s’adapterait à notre époque ? Et si nous n’y arrivons pas, pourquoi ne pas s’impliquer de manière plus rationnelle dans la restauration des monuments sacrés du passé. Un effort est certes fait, mais il faut le généraliser à tout le Maroc. (voir l’économiste du 7 décembre 2009, article de Younes Saad Alami).

Sur le chemin des Rois, entre Fès et Marrakech, il y a tellement de petits villages, de Zaouïa et de monuments sacrés, qui méritent qu’on en déchiffre l’histoire et que l’on se les réapproprie. Aussi bien pour leur dimension historique, que pour un tourisme culturel.

En ces temps de crises, le blé mériterait qu’on le stocke dans des greniers collectifs et solidaires, et bien gardés. L’eau mériterait qu’on la respecte et qu’on la gère et distribue de manière efficiente. Réapprendre l’architecture du passé ne serait pas un luxe en ces temps de catastrophes climatiques.

Le bio mimétisme est une philosophie qui doit nous inspirer. Ce n’est pas une utopie, car la bio luminescence est en train d’être expérimentée dans des lieux publics. Nous avons toujours trouvé dans la Nature des modèles qui ont révolutionné le cours de l’histoire. Respectons-la, et réapprenons à mieux l’observer.

Fès, Musique

Recommandé pour vous

Salon du livre : le rendez-vous incontournable des littératures

Temps de lecture : 3 minutes

En trois jours seulement, le nombre de visiteurs du Salon international de l’édition et du livre (SIEL) a atteint les 46.036. L’édition de 2022…

Comment les festivals préparent leur reprise ?

Temps de lecture : 4 minutes

Rendez-vous majeur du cinéma, le Festival international du Film de Marrakech fera son retour dans la ville ocre pour une 19e édition du 11 …

Patrimoine culturel : lancement du Label « Moroccan Heritage »

Temps de lecture : 8 minutes

Une cérémonie de lancement du Label « Moroccan Heritage » pour promouvoir le patrimoine culturel national a été organisée, lundi à Rabat, en p…

Valorisation du patrimoine culturel : les recommandations du CESE

Temps de lecture : 7 minutes

Le Conseil économique, social et environnemental (CESE) a présenté, dans une rencontre organisée le 1er avril à Rabat, son avis intitulé …

Décès du journaliste et écrivain marocain Driss El Khouri

Temps de lecture : 2 minutes

Le Maroc perd un homme exceptionnel, un grand écrivain et un créateur talentueux et engagé. Driss El Khouri était l’une des figures ayant serv…

Saad Mabrouk : «Intégrer l’humour en coaching peut être étonnamment efficace»

Temps de lecture : 7 minutes

LeBrief : Vous êtes humoriste et coach, comment peut-on allier les deux ? 

Saad Mabrouk : Beaucoup de…

Fouzia Marouf : «Rock, décomplexée, la jeunesse iranienne crée son propre mode de vie»

Temps de lecture : 7 minutes

LeBrief : Vous êtes à l’origine de l’exposition «PerseFornia, avoir 20 ans à Téhéran» signée par Youness Miloudi, quelle …

Artisanat : une nouvelle stratégie pour structurer le secteur

Temps de lecture : 4 minutes

Ce mardi 27 juillet, le département de l’Artisanat du ministère du Tourisme, de l’Artisanat, du Transport aérien et de l’Économie sociale a or…

Hajja El Hamdaouia : l’histoire d’une femme exceptionnelle

Temps de lecture : 6 minutes

La chanteuse emblématique Hajja El Hamdaouia s’est éteinte à l’âge de 91 ans. L’artiste souffrait de complications de santé qui ont néces…

La culture sacrifiée sur l’autel de la Covid-19

Temps de lecture : 5 minutes

2020 aura été le théâtre de crises multiples imbriquées les unes dans les autres. Cette année catastrophique a révélé la fragilité de plusieur…

200 millions de dirhams pour le Fonds national pour l’action culturelle

Temps de lecture : 2 minutes

Comment sauver le patrimoine culturel au Maroc ? Une question à laquelle est souvent confronté le département de Othman El Ferdaous. Ce dernie…

Le monde de l’art pleure la disparition de Mohamed Melihi

Temps de lecture : 3 minutes

Mohamed Melihi n’est plus. L’artiste peintre de 84 ans s’est éteint mercredi dernier dans un hôpital de la capitale française Paris. Depuis l’…