Temps de lecture : 8 minutes

Accueil / Afrique / Entre rêves et réalités : décryptage des flux migratoires marocains et nigérians

Entre rêves et réalités : décryptage des flux migratoires marocains et nigérians

Temps de lecture : 8 minutes

Gros plan

Temps de lecture : 8 minutes

Dans le vaste panorama de la migration globale, les Marocains et les Nigériens se distinguent non seulement par leur nombre, mais également par la diversité de leurs destinations. Ce phénomène, intensifié après 1945, a vu des millions de Marocains traverser des frontières dans une quête incessante d’opportunités économiques et d’un avenir meilleur en Europe. Mais au-delà des chiffres, quelles réalités se cachent derrière ces voyages souvent idéalisés ? Et comment ces migrants façonnent-ils et sont-ils façonnés par les sociétés qui les accueillent ?

Temps de lecture : 8 minutes

Dans un monde de plus en plus connecté, mais divisé par les flux migratoires, l’étude approfondie intitulée «Dynamiques migratoires dans le bassin atlantique : études de cas du Maroc et du Nigeria» offre une plongée dans les narrations complexes de deux parcours migratoires distincts partant de l’Afrique. Ce rapport exhaustif ne se contente pas de cartographier les itinéraires, mais révèle aussi les motivations socio-économiques profondes et les divers défis rencontrés par les migrants marocains et nigérians.

Lire aussi : Migration : le Maroc, point de départ… et de chute ! (Rapport)

Migration marocaine : aspirations économiques et liens culturels

Parmi les pays du Maghreb, la migration marocaine vers l’étranger est la plus intense, tant en termes de nombres que de diversité des destinations. En 2020, quelque 5,4 millions de Marocains résidaient à l’étranger, sur une population totale de 36,7 millions au Maroc. Ces migrants marocains sont également ceux qui envoient le plus de fonds vers leur pays d’origine.

Une vaste étude menée par le Haut-Commissariat au Plan entre août 2018 et janvier 2019 sur plus de 15.000 ménages de migrants actuels et de retour a révélé des aspects fascinants des profils des MRE, ainsi que des tendances récentes et des principaux moteurs de leur migration. Il en ressort que la migration internationale parmi les Marocains reste majoritairement un phénomène masculin, bien que la part des femmes soit en augmentation pour des raisons allant de la recherche économique à l’éducation et la réunification familiale.

La migration marocaine est majoritairement influencée par la recherche de meilleures opportunités économiques et par des liens historiques avec l’Europe, en particulier des pays comme la France, l’Espagne et l’Italie. Cette tendance est entraînée par la nécessité économique, reflétant les disparités entre le Maroc et l’Europe. Le rapport met en lumière une tendance importante de jeunes adultes marocains migrant dans l’espoir de meilleures perspectives d’emploi et d’éducation en Europe. Une situation qui souligne un besoin pour le Maroc d’améliorer son marché de l’emploi pour retenir sa jeunesse dynamique.

Une partie notable de la migration marocaine reste ancrée dans la tradition et la continuité. Beaucoup suivent des routes déjà empruntées par les générations précédentes, créant un schéma migratoire cyclique qui maintient les liens culturels et sociaux, mais souligne aussi l’attrait économique persistant de l’Europe. Cette migration cyclique accentue la nécessité d’améliorations économiques au Maroc pour réduire ses flux migratoires et favoriser un développement plus durable.

Défis et dilemmes de l’intégration des migrants marocains en France

La migration marocaine vers la France, engagée majoritairement après 1945 sous des accords de mobilité de la main-d’œuvre, soulève des défis profonds liés à l’intégration et à l’assimilation. Les migrants marocains, bien qu’ils soient parmi les communautés d’étudiants internationaux les plus nombreuses, sont confrontés à des obstacles qui compromettent leur intégration socio-économique dans la société française.

L’intégration, qui vise à insérer les immigrants dans les divers secteurs du pays hôte, leur permet théoriquement de bénéficier des mêmes droits et services que les citoyens natifs, et peut même mener à l’acquisition de la nationalité. Cependant, l’assimilation, qui requiert des immigrants qu’ils adoptent complètement la culture du pays hôte, pose souvent un dilemme : abandonner leur culture d’origine au profit de celle de la France. Ce modèle d’assimilation est fréquemment critiqué pour son approche rigide, souvent perçue comme une forme de traitement préférentiel qui masque des formes subtiles de discrimination.

Les migrants marocains se heurtent à des discriminations marquées dans l’accès à l’emploi et au logement. Une étude révèle que les candidats avec des noms à consonance nord-africaine doivent soumettre environ 1,5 fois plus de candidatures pour obtenir une réponse positive par rapport à leurs homologues aux noms français. Ce biais est également manifeste dans le marché du logement, où les tests de discrimination montrent que les candidats d’origine nord-africaine ont des taux de réponse inférieurs pour les visites de propriétés, indépendamment de leur situation financière.

Ces défis sont exacerbés par les politiques d’intégration qui ne réussissent pas toujours à équilibrer entre l’adoption des valeurs françaises et la préservation de l’identité culturelle des migrants. Le débat est vif autour des nouvelles lois sur l’immigration, jugées restrictives par beaucoup, qui limitent le renouvellement des permis de séjour et imposent des exigences de maîtrise de la langue française.

La faible participation des femmes marocaines sur le marché du travail, en particulier, illustre les limites des politiques d’intégration. Cette situation, typique des populations maghrébines et turques, contraste avec des taux de participation féminine bien plus élevés dans d’autres régions du monde, mettant en lumière des obstacles à l’intégration économique et sociale.

Face à ces enjeux, il devient essentiel de repenser les modèles d’intégration pour qu’ils favorisent non seulement l’insertion économique, mais aussi la cohésion sociale, respectant ainsi la diversité culturelle tout en promouvant l’égalité des chances pour tous.

Vers une intégration réussie

Bien que les migrants marocains en France constituent un groupe important avec des réseaux bien établis, ils continuent de ressentir la discrimination à plusieurs niveaux. Ainsi, adopter une approche holistique qui envisage les divers aspects d’une intégration réussie — économique, sociale et politique — tout en préservant les particularités culturelles du pays d’origine, devient essentiel. L’expérience de l’Amérique du Nord, notamment celle des États-Unis et du Canada, offre des leçons précieuses. Ces pays ont développé des modèles d’intégration efficaces en promouvant une culture inclusive qui facilite l’acculturation avec des résultats positifs. Être migrant n’y est pas perçu comme un handicap, mais plutôt comme une étape vers le «rêve américain», valeur commune qui unit la société.

Ces nations reconnaissent que l’intégration est un effort mutuel entre la société d’accueil et l’immigrant, instaurant ainsi une responsabilité partagée pour une intégration réussie. De plus, ces pays permettent aux migrants de conserver leur culture tout en adoptant les normes comportementales de la société d’accueil, une approche différente des modèles assimilationnistes. Cette méthode encourage les immigrants à atteindre leur plein potentiel et à contribuer positivement à la société d’accueil.

Cette analyse souligne l’importance de s’inspirer de ces pratiques pour améliorer l’intégration des migrants en Europe. Lancer un dialogue sur les meilleures pratiques pourrait non seulement enrichir les politiques migratoires, mais aussi adresser les enjeux socio-économiques urgents auxquels font face de nombreux pays européens aujourd’hui.

Lire aussi : Loi immigration : quels changements pour les MRE, étudiants et les travailleurs sans papiers en France?

Migration nigériane : un kaléidoscope de causes et de destinations

À l’opposé du scénario précédent, les schémas migratoires nigérians présentent un éventail de destinations plus large, incluant les États-Unis, le Royaume-Uni et l’Afrique du Sud. Les moteurs de la migration nigériane sont complexes, mêlant gains économiques, opportunités éducatives et fuite de l’instabilité politique. Les communautés diasporiques nigérianes bien établies dans ces pays rendent ces destinations particulièrement attrayantes en raison des réseaux existants qui facilitent une intégration plus aisée et offrent un soutien communautaire.

Les Nigérians à l’étranger se distinguent souvent par leurs réalisations éducatives et leur esprit d’entreprise, contribuant à leurs communautés et aux économies de leurs pays d’accueil. Cependant, ces succès sont souvent ternis par d’importants défis d’intégration. Nombre de Nigérians font face à la discrimination raciale et culturelle, ce qui entrave leur intégration complète et leur participation dans la société d’accueil. Cette situation met en lumière l’urgence pour les pays hôtes de développer des politiques d’intégration plus inclusives qui traitent des dimensions économiques et socio-culturelles.

L’étude Dynamiques migratoires dans le bassin atlantique constitue un appel à l’action pour des efforts collaboratifs entre les pays d’origine et d’accueil afin d’améliorer les résultats de la migration. Elle recommande l’établissement de politiques qui facilitent non seulement la prospérité économique, mais aussi le bien-être culturel et social des migrants.

En conclusion, cette analyse approfondie met en lumière les tendances migratoires du Maroc et du Nigeria, et souligne l’interaction complexe des facteurs qui régissent ces mouvements. Elle met en évidence l’importance de concevoir des politiques de migration réfléchies et inclusives, reconnaissant les défis multiples auxquels les migrants sont confrontés et visant à transformer la migration en un processus mutuellement bénéfique pour tous les impliqués.

Laissez-nous vos commentaires

Temps de lecture : 8 minutes

La newsletter qui vous briefe en 5 min

Chaque jour, recevez l’essentiel de l’information pour ne rien rater de l’actualité

Et sur nos réseaux sociaux :

Migration

Quelles tendances pour la fiscalité internationale? (Rapport OCDE)

La sixième édition du rapport Corporate Tax Statistics de l'OCDE offre un regard approfondi sur les tendances fiscales mondiales, avec un ac…
Migration

Enfants de la diaspora : quel enseignement de la langue arabe ?

La Fondation Hassan II pour les Marocains résidant à l'étranger (FHAMRE), sous le haut patronage du roi Mohammed VI, continue de jouer un rô…
Migration

Achoura : une célébration aux multiples facettes

Achoura, célébrée le dixième jour de Moharram, premier mois du calendrier musulman, revêt une importance particulière au Maroc. Cette fête e…
Migration

Été caniculaire : conseils essentiels pour protéger votre santé

L'été apporte avec lui une lumière éclatante et des températures montantes, une période à la fois attendue pour son ambiance festive et redo…
Migration

Mobilité étudiante : les Marocains restent en tête des étudiants étrangers en France (rapport)

Campus France a procédé à la publication de son rapport annuel sur la mobilité des étudiants. Intitulé «chiffres clés de la mobilité étudian…
Migration

L’ONDH présente les conclusions de son étude sur le programme « écoles pionnières »

L’Observatoire national du Développement humain (ONDH) a dévoilé les résultats de son étude sur le programme «écoles pionnières». L'étude, r…
Migration

Rites, pratiques mystiques et transe : quelles similitudes entre les Gnawa et les lébous du Sénégal ?

L’origine des Gnawas est à chercher du côté de la Guinée. En effet, le terme «Gnawa» signifie, selon certains, les habitants de la Guinée, c…
Migration

Bilan annuel et recommandations : le CNDH dévoile son rapport 2023

À Rabat, ce mardi, le CNDH a dévoilé son bilan annuel pour 2023, centré sur la consolidation d’un système national dédié à la protection des…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Poster commentaire