Au Maroc, l'écart d'âge entre maris et femmes ne cesse de se creuser

Temps de lecture : 5 minutes


Au Maroc, l’écart d’âge entre maris et femmes ne cesse de se creuser

Temps de lecture : 5 minutes

Catégorie Société , Gros plan

Temps de lecture : 5 minutes

À l’occasion de la Journée nationale de la femme, le Haut-Commissariat au Plan a rendu public une note portant sur les « Femme et écart d’âge entre les époux au Maroc ». Écart d’âge, niveau d’instruction, statut d’activité, préférences… voici un aperçu des tendances du choix des partenaires au Maroc.

Temps de lecture : 5 minutes

À l’occasion de la Journée nationale de la femme, célébrée le 10 octobre chaque année, le Haut-Commissariat au Plan (HCP) a révélé des chiffres sur le mariage au Maroc. L’institution a présenté un essai d’explication de ces tendances, en se basant sur les Enquêtes nationales sur la population et la santé familiale (ENPSF) de 2004, 2011 et 2018.

Dans la majorité des couples dans le monde, la femme est plus jeune que l’homme. L’écart d’âge entre les époux dans les pays arabo-musulmans enregistrent des chiffres relativement élevés, en raison des normes sociales et des traditions inculquées depuis plusieurs années. Certains pays arabes autorisent même le mariage précoce des enfants de moins de 18 ans, en dépit des avancées réalisées en matière des droits de l’enfant.

S’agissant du Maroc, le HCP constate que la moitié des couples avaient une différence d’âge de plus de six ans en 2004 et de plus de sept ans en 2011 et 2019. L’écart d’âge moyen entre les époux (calculé à partir de l’âge des époux au moment de l’enquête en soustrayant l’âge de la femme de celui de l’homme), est passé de 7,2 ans en 2004 à 7,7 ans en 2011, avant de passer à 7,9 ans en 2018. La note indique qu’il est constaté que 87,1% des femmes sont plus jeunes que leurs maris, 9,5% ont le même âge et 3,4% seulement sont plus âgées.

Youssef Chehbi, avocat et militant associatif, nous explique que cette différence d’âge s’explique par «le fait que les hommes préfèrent ne pas s’engager dès leur jeune âge, alors que la femme est pressée par l’horloge biologique et s’engage dès qu’elle trouve un homme compatible avec ses attentes»

Lire aussi : Mariage mixte : la grande épreuve

 

Statut d’activité et niveau d’instruction de l’épouse

L’activité des femmes influence la différence d’âge dans les couples au Maroc, d’après les données de l’ENPSF de 2018. En moyenne, l’écart d’âge entre les époux quand la femme n’exerce aucune activité professionnelle s’élève à 8,1 ans contre 6,6 ans dans les couples dans lesquels la femme travaille.

Les femmes ayant un diplôme du niveau de l’enseignement secondaire et plus ont tendance à se marier avec des hommes proches de leur âge. La différence d’âge constatée pour cette catégorie est de 5,4 ans.

De plus, les femmes qui exercent une activité professionnelle retardent le mariage «tout simplement parce qu’elles assurent d’elles-mêmes leurs sécurité et stabilité financières. Toutefois, et sans généraliser, elles subissent une pression biologique pour avoir des enfants si elles en veulent», souligne notre intervenant.

Le HCP explique cette tendance par le fait que «les femmes qui ont intégré les universités ou les écoles supérieures ont de grandes chances de rencontrer des hommes d’âge similaire ou proche au cours de leurs années d’étude. De plus, elles sont plus susceptibles de décrocher des emplois rémunérés qui leur assurent une autonomie financière et diminue par conséquent l’attractivité des hommes ayant un statut économique supérieur, fréquemment plus âgés». 

Lire aussi : Égalité dans l’héritage : le débat revient au devant de la scène

 

Préférences du choix du partenaire

Les femmes ont tendance à choisir des hommes qui ont un statut économique stable. Cela s’explique par le fait que les femmes cherchent des hommes qui peuvent assurer la sécurité et le confort matériel de leurs enfants. Quant aux hommes, ils optent généralement pour des femmes plus jeunes qui ne subissent pas la pression de l’horloge biologique. Ce constat a été fait par une étude publiée conjointement par les deux chercheurs Ted Bergstrom et Mark Bagnoli en 1993. 

Au Maroc, il n’y a pas de statistiques officielles sur les préférences d’âge des femmes et des hommes. Néanmoins, l’Enquête internationale sur les valeurs menée en 2021 a montré que les idéologies associées aux rôles sociaux des sexes persistent encore au Maroc.

Enfin, plusieurs facteurs influencent les choix des partenaires, dont le statut d’activité, le niveau d’instruction et l’âge. Ainsi, ces déterminants expliquent le fait que les hommes cherchent des femmes plus jeunes et les femmes des hommes plus âgés.

 


Recommandé pour vous

Le salarié marocain, est-il heureux ?

Temps de lecture : 4 minutes Le bonheur des employés au Maroc sous la loupe de ReKrute. La plateforme en ligne spécialisée dans le recrutement et l’emploi a rendu publique son enqu…

Un Black Friday en temps de crise économique et d’inflation

Temps de lecture : 6 minutes Le Black Friday (vendredi noir) marque le grand jour des soldes à l’échelle internationale, lançant la saison des achats de fin d’année. Célébré …

Fléau des féminicides : les chiffres demeurent alarmants

Temps de lecture : 6 minutes Ce vendredi 25 novembre, les pays du monde entier commémorent la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes. « Tous …

OMM : le Maroc a connu cette année une sécheresse sans précédent

Temps de lecture : 6 minutes La pénurie d’eau fait partie des problèmes principaux auxquels de nombreuses sociétés et le monde dans son ensemble sont confrontés au XXIe siècl…

Sécurité et puissance militaire : l’IRES dévoile le positionnement du Maroc

Temps de lecture : 4 minutes Le Maroc est un pays sûr. L’Institut royal des études stratégiques (IRES) a révélé que le Royaume est positionné dans le top 10 des pays du monde qui o…

Avocats vs gouvernement : les tensions se poursuivent

Temps de lecture : 4 minutes Le gouvernement et les représentants de l’Association des barreaux d’avocats du Maroc (ABAM) sont parvenus, le 15 novembre, à un nouvel accord. Après q…

Feuille de route 2022-2026 : pour une école publique de qualité

Temps de lecture : 6 minutes Le ministre de l’Éducation nationale, du Préscolaire et des Sports, Chakib Benmoussa, a souligné, mardi 15 novembre à Rabat, que sa feuille de route 20…

8 milliards sur terre : sommes-nous arrivés à la surpopulation ?

Temps de lecture : 4 minutes L’humanité a franchi un cap historique le 15 novembre. La population mondiale a atteint un nouveau record en franchissant le seuil des 8 milliards d’ha…

Éducation : ce qui attend Habib El Malki

Temps de lecture : 6 minutes Le Conseil supérieur de l’éducation, de la formation et la recherche scientifique (CSEFRS) a un nouveau président en la personne du socialiste Ha…

La raréfaction de l’eau au Maroc s’accélère !

Temps de lecture : 5 minutes Le Royaume traverse sa période de sécheresse la plus intense depuis plus de trois décennies. Le dérèglement climatique a impacté l’économie nationale e…

Réforme de la Moudawana : à quoi faut-il s’attendre ?

Temps de lecture : 4 minutes Le dernier discours de la fête u Trône, prononcé par le roi Mohammed VI le 30 juillet dernier, a ouvert la voie à une nouvelle révision à la question d…

Transport routier : les professionnels se révoltent

Temps de lecture : 4 minutes Après les menaces des transporteurs routiers d’une grève générale à cause de la hausse des prix des carburants, le gouvernement a annoncé une septième …