Temps de lecture : 4 minutes


Abdellatif Ouahbi a-t-il raté sa gestion de crise ?

Temps de lecture : 4 minutes

Catégorie Société , Gros plan

Temps de lecture : 4 minutes

La polémique autour de l’examen écrit d’accès à la profession d’avocat a fait redescendre la ferveur populaire suscitée par le parcours historique des Lions de l’Atlas lors de la Coupe du monde 2022. Entre indignation et appel à l’ouverture d’une enquête, cette affaire se poursuit et prend de plus en plus d’ampleur, notamment sur les réseaux sociaux, où les fausses informations circulent rapidement. Si le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, a beau multiplier les sorties médiatiques pour se défendre, les experts admettent qu’il y a bien eu des ratés.

Temps de lecture : 4 minutes

Encore une nouvelle sortie médiatique du ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi. Dimanche 8 janvier, celui qui est dans la tourmente depuis quelques jours était l’invité de l’émission « Avec Ramdani », diffusée sur la chaîne 2M. Fidèle à sa façon d’être et de paraître, le secrétaire général du Parti authenticité et modernité (PAM) s’est efforcé de se justifier dans le but d’éteindre la polémique, mais sans succès, pour le moment. Bref, sa communication peine à se montrer à la hauteur des enjeux.

Lire aussi : Le concours des avocats sur fond de polémique

 

Ouahbi fait taire les rumeurs

Sur les réseaux sociaux, les fake-news font des ravages. Profitant de sa présence sur le plateau de 2M, Abdellatif Ouahbi a tenu à démentir les informations faisant état de son supposé départ du gouvernement.

«Je suis encore ministre. Je ne vais pas présenter ma démission à cause d’une petite tempête et je suis encore le secrétaire général du PAM», a-t-il lâché, ajoutant «qu’il ne va pas céder dès la première difficulté».

Interrogé sur le manque de soutien du gouvernement, le ministre a affirmé «qu’il s’agit de sa propre bataille», soulignant que le chef du gouvernement lui apporte tout son soutien. «Nous sommes un gouvernement harmonieux», a-t-il poursuivi.

Depuis le début de cette affaire, les voix s’élèvent pour demander le départ de Ouahbi. Sur les réseaux sociaux, l’opinion publique continue de faire pression avec des messages qui l’appellent à quitter son poste.

Lire aussi : Concours des avocats : le MP dénonce le « mutisme gouvernemental »

 

Une bataille perdue d’avance ?

La communication politique a pour rôle de rassurer et de redonner confiance pour apaiser les esprits, notamment dans un pays où le fossé entre riches et pauvres ne cessent de s’agrandir. Or, ce n’est pas le processus qu’adopte Abdellatif Ouahbi dans la gestion de cette crise et surtout après ses déclarations au sujet des allégations de « corruption » et de « favoritisme » qui auraient entaché le concours des avocats.

Contacté par LeBrief, un expert en communication ayant préféré garder l’anonymat, estime qu’il s’agit d’un sujet délicat, parce qu’il évoque une sensibilité de l’opinion publique par rapport à cette affaire, à l’heure où rien n’échappe aux internautes.

«Chaque cas de crise est unique par sa situation et ses circonstances. L’idée générale est d’opter une réflexion, voire un cadre d’action afin d’estomper la survenue d’une crise ou d’agir par un plan d’action préventive», explique notre interlocuteur.

Pour le cas de Ouahbi qui fait face à une affaire qui secoue l’opinion publique, l’expert souligne qu’il s’agit d’une bataille perdue d’avance. «De manière générale, la raison est du côté de la foule et des victimes. À chaque prise de parole, il (Abdellatif Ouahbi, ndlr) nourrit encore plus la polémique. Il essaye en effet de dire des choses, mais cela ne passe pas. Dans ce genre de situation, le preneur de parole a de faibles chances de s’en sortir», ajoute-t-il.

Par conséquent, l’opinion publique ne voit plus sa communication pour ce qu’elle est, mais pour ce qu’elle est accusée de cacher. «Dans ce cas-là, le doute est légitime, car il n’y a rien de la communication de crise qui n’a été appliqué. Avec les bourdes qu’il cumule, il se met tout seul en difficulté. Il aurait pu donner des réponses claires, de façon calme et sereine, plutôt que d’être dans l’offensif qui ne fait qu’aggraver sa situation», détaille l’expert en communication.

Et si Abdellatif Ouahbi procède à des recadrages réguliers de ses détracteurs, la crédibilité perdue au début de cette crise continue à plomber sa communication. Les erreurs furent cette fois encore multiples, au point de pousser ses partisans à adopter la méthode du silence radio.

Cela oblige donc à un changement de cap radical de son approche et de sa stratégie, qui, pour l’instant, ne sont pas appropriées.

Grippe saisonnière : le citoyen inquiet

Grippe saisonnière : le citoyen de plus en plus inquiet

La grippe saisonnière inquiète tout le monde autant que la Covid-19. À l’échelle nationale, plusieurs citoyens ont affirmé présenter des symptômes grippaux plus sévères que d’habit…
Concours du barreau : Ouahbi entre le marteau et l’enclume

Concours d’accès au barreau : Ouahbi entre le marteau et l’enclume

Après sa déclaration provocatrice, le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, a provoqué un tollé. L’acharnement médiatique contre lui a commencé lorsqu’il a répondu à un journa…
Forum de la MAP : Ouahbi s'explique sur la polémique du concours d’accès aux barreaux

Concours d’accès aux barreaux : les explications de Ouahbi

Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, était, mardi 24 janvier, l'invité du Forum de la MAP, qui s’est tenu sous le thème "Code pénal : les enjeux de la réforme". Cette renc…
Grand froid : à la rescousse des zones enclavées

Grand froid : à la rescousse des zones enclavées

Sur instructions royales, la Fondation Mohammed V pour la solidarité a mis en place l’action solidaire "Grand Froid" dans les zones les plus touchées par la vague de froid inhabitu…
Le Maroc séduit toujours les retraités français

Le Maroc séduit toujours les retraités français

Même si la Grèce et le Portugal sont les nouvelles destinations favorites des Français à la recherche d'un supplément de qualité de vie, le Maroc conserve ses adeptes. Le Royaume a…
Stress hydrique : les dernières pluies sauveront elles la donne ?

Stress hydrique : les avantages et les inconvénients de la vague de froid

La sécheresse est l'un des principaux défis auxquels le Maroc est confronté. Ces derniers mois, la hausse des températures et la pénurie des précipitations, provoquées par le chang…
CMC : comment consolider l’économie nationale ?

CMC : comment consolider l’économie nationale ?

Le Centre marocain de conjoncture (CMC) vient de publier son Bulletin thématique intitulé "État social et développement humain". Sous le n°55-56, ce dernier rapport annuel du Centr…
NARSA : le programme d'action pour 2023 dévoilé

NARSA : le programme d’action pour 2023 dévoilé

L’Agence nationale de la sécurité routière (NARSA) a dévoilé, mardi 17 janvier à Rabat, les grandes lignes de son programme d’action au titre de l’exercice 2023. Lors d’un point de…