Aller au contenu principal

Élections 2021: de grosses attentes autour des lois électorales

Plus que quelques mois nous séparent des prochaines élections législatives, communales et régionales. L’occasion pour nous de dresser un tour d’horizon sur le calendrier, les préparatifs des différents partis politiques pour ce grand rendez-vous ainsi que les retards enregistrés au niveau de l’adoption des lois électorales.

Par Mohamed Laabi, Publié le 29/01/2021 à 17:21, mis à jour le 29/01/2021 à 18:04
         Temps de lecture 3 min.
Teaser Media
Les élections de 2021 approchent © DR

L’année 2021 est une année électorale par excellence. Une fois n’est pas coutume, les élections régionales, communales et législatives auront lieu en même temps, soit en juin 2021. Pour cette année, l’enjeu est évidemment de taille. Le budget réservé par le ministère de l’Intérieur est conséquent. En effet, une enveloppe budgétaire de 1,5 milliard de dirhams sera destinée au financement des campagnes électorales, à l’aménagement des bureaux de vote et à la mobilisation des ressources humaines. Chacune des élections à un rôle et un objectif particulier. Les élections municipales et régionales déterminent les partis politiques qui dirigeront les conseils locaux et régionaux, tandis que les élections législatives déterminent la composition de la Chambre des représentants et le futur Chef du gouvernement.

Le site «Maroc Hebdo» estime dans une chronique que «Dans tous ses discours, le Roi Mohammed VI a insisté sur le rôle décisif des élections pour l’avenir du Maroc, ainsi que sur l’implication des citoyens pour faire le bon choix». Le site souligne que «le rendez-vous électoral de 2021 ne peut être que le point de départ d’un nouveau modèle de développement et d’un mode de gouvernance mené par des élus ayant à cœur de servir leur pays».

Lire aussi: Elections 2021 : un budget et des divisions

Justement, c’est là où réside le problème. Une crise de confiance s’est installée depuis quelques décennies. Le taux d’abstinence est élevé. Les Marocains n’ont pour la majorité pas confiance en leurs élus. Un rapport réalisé par le Think Thank Al Mountada a confirmé cette tendance. Le sondage réalisé par des cercles de travail de 310 personnes répartis en 16 provinces et qui a concerné 1001 participants indique que 83% des sondés ne font pas confiance aux partis politiques. Certains politologues prévoient même que le taux de participation lors de ces élections de 2021 soit le plus bas de l’histoire politique du royaume (taux plus bas enregistré en 2007, 37%).

 

Blocage dans l’adoption des prochaines lois électorales

Les formations politiques ont alerté le gouvernement sur le retard enregistré dans la réforme des prochaines lois électorales. Lors de sa dernière réunion, le comité exécutif de l’Istiqlal «appelle le gouvernement à accélérer l’achèvement de la formulation des réformes politiques et électorales et des projets de loi y afférents, d’y inclure toutes les dispositions convenues entre les partis politiques et de soulever les questions controversées au Parlement pour règlement».

Lire aussi: les propositions des partis de l’opposition pour les élections de 2021

Le RNI a également appelé à la présentation des textes juridiques devant encadrer les prochaines échéances électorales. «Ces textes constituent un préalable essentiel pour renforcer la confiance des citoyens s’agissant de l’édification démocratique dans notre pays ainsi que pour la sensibilisation à la participation aux élections sur le plan local et national. Ce qui est à même de se refléter positivement au niveau de la vie politique».

Les reproches ont également émané du PPS et du PAM. Cependant, le Parti de la justice et du développement (PJD) a eu une réflexion différente lors de la dernière réunion de son conseil national. Le PJD a critiqué l’attitude de certains partis politiques qui veulent renoncer «aux acquis démocratiques en relation avec les lois électorales».

Lire aussi: l’Istiqlal appelle à la révision du système électoral

Le parti dirigé par Saad Dine El Otmani fait référence aux propositions des autres formations et qui consistent à apporter un changement au mode de calcul du quotient électoral et au seuil électoral. Un processus qui n’arrange en rien le parti islamiste. L’attente est donc le mot d’ordre de ce début d’année 2021. Le début tardif de la campagne de vaccination contre la Covid-19 risque aussi de retarder la date des élections surtout si le Maroc ne réussit pas à atteindre l’immunité collective à fin mai 2021.

DGSN : suspension de quatre responsables pour manquements dans l’exercice de leurs fonctions

Ce jeudi 16 septembre, la direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) a publié un communiqué annonçant avoir suspendu quatre responsables de leurs postes de responsabilité et provisoirement de le...

Formation du gouvernement : la semaine prochaine sera décisive

Le Chef de gouvernement désigné, Aziz Akhannouch, a conclu mercredi le premier round des consultati...

Les dépouilles des deux Marocains tués au Mali vont être rapatriées

Les proches des deux chauffeurs routiers marocains tués au Mali auront enfin la possibilité d’enterrer leurs morts. Hassan Naciri, l’ambassadeur du Maroc au Mali, a publié une déclaration sur Twitter ...

MEN : de nouvelles mesures concernant le système du contrôle continu

Ce jeudi 16 septembre, le ministère de l’Éducation nationale, de la formation professionnelle et de l’enseignement supérieur a annoncé avoir publié une note relative aux nouveautés du système du contr...

Le jeûne intermittent est-il bon pour la santé ?

Le jeûne intermittent, une pratique très tendance de nos jours, consiste à se priver de nourriture pendant 12 à 16 heures maximum. De nombreuses personnes essaient ce régime afin de perdre du poids. R...

Covid-19 : une situation épidémiologique qui s’améliore

La baisse des cas de contamination à la Covid-19 se poursuit. 2.642 cas ont été enregistrés entre m...