Aller au contenu principal

Tourisme : le grand naufrage

L’Organisation mondiale du tourisme (OMT) a publié un bilan catastrophique portant sur la situation du tourisme mondial. À fin 2020, le secteur accuse une perte de 1.300 milliards de dollars, en raison des restrictions de déplacements imposées par les pays pour lutter contre la Covid-19. Aussi, 100 à 120 millions d’emplois touristiques sont désormais menacés. Au Maroc, où le tourisme a connu une baisse de revenu de 51% entre janvier et novembre 2020, le ministère du Tourisme multiplie les signatures de conventions et les conclusions de partenariats pour sauver le secteur et le préparer à l'après-coronavirus.

Par Nora Jaafar, Publié le 29/01/2021 à 13:12, mis à jour le 29/01/2021 à 19:41
         Temps de lecture 6 min.
Teaser Media
Tourisme : le grand naufrage

2020 a été une très mauvaise année pour le tourisme mondial. Ce jeudi 28 janvier, l’Organisation mondiale du tourisme (OMT) a annoncé que le secteur affiche une perte de 1.300 milliards de dollars à fin 2020, et ce en raison des restrictions de déplacements imposées par les pays pour contrer la propagation de la pandémie de la Covid-19. L’agence onusienne basée à Madrid déplore que ce chiffre représente «plus de 11 fois la perte enregistrée pendant la crise économique mondiale de 2009, et correspond à une chute de 74% des arrivées de touristes dans le monde par rapport à 2019». Selon le rapport de l’OMT, «2020 aura été la pire année de l’histoire du tourisme avec 1 milliard d’arrivées internationales en moins par rapport à 2019», alors que durant la crise de 2008-2009, le nombre de voyageurs n’avait chuté que de 4%.

 

Lire aussi : Covid-19 : le tourisme mondial est en crise

 

Désormais, la crise sanitaire menace 100 à 120 millions d'emplois dans le tourisme, en particulier ceux des très petites, petites et moyennes entreprises (TPME). Les auteurs de cette étude soulignent aussi «une dégradation des perspectives globales de rebond en 2021», les opérateurs touristiques estimant qu’«il faudra de deux ans et demi à quatre ans au tourisme international pour retrouver les niveaux de 2019». Zurab Pololikashvili, le secrétaire général de l’OMT, avance : «Nous sommes conscients que la crise est loin d’être terminée». Cependant, il juge que «l’harmonisation, la coordination et la numérisation des mesures de réduction des risques liés à la Covid-19 au niveau des voyages, notamment le dépistage, le traçage et les certificats de vaccination, seraient fondamentales pour promouvoir des voyages sûrs et pour préparer le redressement du tourisme quand les conditions le permettront».

 

Lire aussi : Tourisme : entre relance et agonie

 

D’après le rapport de l’organisation, la région qui a connu la plus forte baisse des arrivées en 2020 est l’Asie-Pacifique (-84% sur un an). Cette dernière a été la première à succomber à la pandémie et maintient encore les plus fortes restrictions sur les voyages au monde. En Europe, la chute des arrivées a atteint 70%, et «le continent a connu la plus forte chute en chiffres absolus, avec 500 millions d’arrivées en moins», poursuit la même source. S’agissant du Moyen-Orient et de l’Afrique, ces derniers ont connu une baisse de 75%, tandis que les Amériques affichent un recul de 69%.

 

Lire aussi : Tourisme : une reprise progressive et prometteuse

 

Qu’en est-il du Maroc ?

Comme dans le reste du monde, le tourisme marocain a bien souffert de la pandémie du nouveau coronavirus et de ses répercussions. En effet, le secteur a connu une baisse de revenu de 51% entre janvier et novembre 2020. Au cours de ces mois, le pays n’a enregistré que 142.000 arrivées de touristes, soit une chute de 82% par rapport à la même période l’année précédente, indique le ministère des Finances. Et, selon Bladi.net, la majorité de ces voyeurs étaient des Marocains résidents à l’étranger. La même source déplore aussi que le Royaume a affiché une baisse dramatique de 98% des arrivées d’étrangers et de 56% des citoyens marocains pendant la haute saison estivale.

Pire encore, la pandémie a également entrainé des pertes massives d’emploi dans le tourisme, dont 35% des travailleurs sont désormais au chômage. De plus, les revenus des entreprises de ce secteur ont connu une baisse de 80% en moyenne. L’accès à espace aérien marocain est quant à lui encore très limité, à part pour quelques vols exceptionnels auxquels sont admis les touristes disposant d’une réservation d’hôtel.

En outre, le Département d’études et de prévisions financières du Maroc (DEPF) a souligné dans un rapport que pendant les six premiers mois de 2020, les recettes touristiques du Maroc ont chuté de 33,2% (environ 11,1 milliards de DH), alors que la valeur ajoutée du tourisme a enregistré une chute de 7% au premier trimestre de cette même année. Enfin, au second trimestre 2020, le pays a accusé d’une perte de 11,8 milliards de DH, soit une baisse de  71,7% de ses recettes touristiques.

 

Lire aussi : Covid-19 : 18 MMDH de pertes pour le tourisme

 

Le Royaume ne désespère pas

Malgré l’effondrement de son tourisme, le Royaume fait des mains et des pieds pour sauver le secteur et ses travailleurs. Ainsi, le Maroc et la Suisse ont officiellement lancé le mercredi 27 janvier un programme conjoint qui vise à développer les conditions d’un tourisme durable dans la région de Béni Mellal-Khénifra. La ministre de tutelle Nadia Fettah Allaoui a tenu à cet effet une réunion avec l’ambassadeur suisse Guillaume Scheurer pour discuter plus amplement de l’accord maroco-suisse, qui a été signé le 8 juin dernier. Ce dernier fait partie d’un traité bilatéral entre le gouvernement et la Confédération suisse portant sur la promotion du développement social et économique du pays. Le programme quinquennal vise à développer la chaîne de valeur du tourisme durable afin de contribuer à renforcer l’économie, à créer des emplois, en particulier pour les jeunes et les femmes, et à réduire la pauvreté. Le budget alloué à ce chantier s’élève à 38,5 millions de dirhams. Il est financé à 90% par le Secrétariat d’État suisse à l’économie (SECO) avec une contribution de 10% du ministère marocain du Tourisme et de la Société marocaine d’ingénierie touristique (SMIT).

De plus, la région de Béni Mellal-Khénifra connaît un développement régional important dans de multiples secteurs, notamment l’économie, le social et le secteur vital du tourisme local. Ce jeudi 28 janvier, les États-Unis et le Maroc ont lancé un programme de 18 millions de dollars dans l’objectif de promouvoir le développement régional dans ladite province. En collaboration avec la Wilaya et le Conseil régional de la région, l’Agence américaine pour le développement international (USAID) a lancé ce programme afin de créer des opportunités économiques pour les femmes, les jeunes, les personnes ayant des besoins spéciaux et les populations rurales.

 

Lire aussi : Tourisme : une réelle ouverture dans les prochaines semaines ?

 

Par ailleurs, le ministère du Tourisme, la Wilaya de la région Marrakech-Safi, la SMIT et le Centre régional d’investissement (CRI) de Marrakech-Safi ont signé cette semaine une convention de partenariat pour la redynamisation de l’investissement touristique dans ladite région. Cette dernière s’inscrit dans le cadre des efforts de relance de l’activité socio-économique prévue pour l’après Covid-19. Yassine Mseffer, directeur général du CRI Marrakech-Safi, a expliqué à la MAP : «À travers cette convention, nous entreprendrons une veille économique et une planification stratégique au plus près des territoires, ce qui nous permettra notamment d’établir une banque de projets touristiques afin de mieux informer sur les différentes opportunités d’investissement dans chacune des provinces de la région». Et de conclure que ce partenariat profitera à l’ensemble du tissu économique de la région ainsi qu’à ses différents secteurs, tels que l’artisanat, les produits du terroir et le transport, et entraînera une création d’emplois stables et pérennes.

HCP : amélioration des indicateurs industriels

Le Haut Commissariat au Plan (HCP) a publié ce lundi une note de conjoncture sur les résultats des ...

Imperium : plus d’un Marocain sur deux s'intéresse au label "Made in"

Imperium, acteur majeur du traitement de l'information au Maroc, a récemment dévoilé les résultats de son étude "Les Marocains et le Made In Morocco : Préférence et implication". Ladite étude a été ré...

Tasbiq Tasdir : le nouveau produit de Crédit Agricole du Maroc

Le nouveau produit de Crédit Agricole du Maroc (CAM), "Tasbiq Tasdir", est un crédit de trésorerie qui permet de préfinancer la campagne d’exportation en dirhams ou en devises et couvre toutes les opé...

Maroc/Royaume-Uni : le plus long câble électrique sous-marin du monde reliera bientôt les deux pays

La société britannique Xlinks, spécialisée dans les solutions d’énergie renouvelable, a révélé qu’elle prévoit de construire entre le Maroc et le Royaume-Uni le plus long câble électrique sous-marin d...

Rand Merchant Bank : l’Égypte et le Maroc sont les pays les plus attractifs pour l’investissement en Afrique

L’Égypte est la destination la plus attrayante pour les investisseurs en Afrique, suivie du Maroc et de l’Afrique du Sud, selon un récent rapport de la Rand Merchant Bank (RMB). L’étude "Où investir e...

Secteur privé marocain, un véritable outil de sortie de crise

Un rapport portant sur le développement du secteur privé au Maroc vient d'être présenter. Il s'agit...