La diplomatie ouvre de nouvelles perspectives économiques pour le Maroc

Temps de lecture : 4 minutes


La diplomatie ouvre de nouvelles perspectives économiques pour le Maroc

Temps de lecture : 4 minutes

Catégorie Économie , Gros plan

Temps de lecture : 4 minutes

La reconnaissance américaine de la marocanité du Sahara et la décision du Maroc de rétablir ses relations diplomatiques avec Israël ouvrent la voie à de nouvelles coopérations et investissements pour le Royaume. L’ambassadeur américain auprès du Maroc David Fischer a déclaré que les États-Unis s’apprêtent à annoncer de nouvelles opportunités commerciales et des projets de développement économique dans le pays, tandis qu’Israël estime qu’elle peut étroitement coopérer avec le Royaume dans plusieurs domaines. De son côté, Moulay Hafid Elalamy, ministre de l’Industrie et du Commerce, a affirmé avoir été approché par de nombreux opérateurs américains et israéliens qui cherchent à investir au Maroc.

Temps de lecture : 4 minutes

Les opportunités économiques du Maroc s’étendent et se multiplient. En effet, après la décision des États-Unis de reconnaître la souveraineté du Royaume sur son Sahara et d’ouvrir une représentation diplomatique à Dakhla, le pays de l’oncle Sam envisagerait d’annoncer cette semaine de nouvelles opportunités commerciales et des projets de développement économique avec le Maroc. Selon l’ambassadeur américain auprès du Maroc David Fischer, l’objectif de l’ouverture d’un consulat américain dans le sud du pays est «de soutenir et d’encourager les projets d’investissement et de développement qui apporteront des “avantages tangibles” aux habitants de la région». Cette annonce va de pair avec la vision du roi Mohammed VI pour les provinces du Sud, qu’il souhaite transformer en «un moteur de développement régional et continental».



Les investissements étrangers dans la région, provenant de grandes puissances économiques telles que les États-Unis, permettront d’accélérer davantage la réalisation de cet objectif. Dans une déclaration prononcée le samedi 12 décembre, Fischer a salué le leadership audacieux du Souverain qui «a positionné de manière experte le Maroc comme “porte de l’Afrique économique”». L’ambassadeur a dans ce sens évoqué les accords de libre-échange (ALE) du Maroc avec les pays d’Europe, du Moyen-Orient et d’Afrique, soulignant que le Royaume est également le seul pays d’Afrique à avoir un ALE avec les États-Unis. Et de préciser : «la semaine prochaine, nous (USA) prévoyons de faire une série d’annonces qui renforceront le partenariat stratégique américano-marocain en matière de développement économique et de commerce, tout en renforçant le rôle du Maroc en tant que leader économique régional».



De son côté, Moulay Hafid Elalamy (MHE), ministre de l’Industrie, du Commerce et de l’Économie verte et numérique, assure que la décision des USA «augure une grande ouverture pour le développement des échanges et du partenariat américano-marocain sur le volet économique». D’après lui, plusieurs opérateurs américains qui cherchaient auparavant à investir dans le sud du Maroc vont enfin pouvoir profiter de cette nouvelle opportunité, les énergies renouvelables ou encore les algues marines étant les principaux secteurs convoités par ces derniers. Quant à la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), elle a qualifié la démarche américaine «d’excellence nouvelle». Le patronat a également avancé dans un communiqué «sa détermination à continuer de travailler main dans la main avec les acteurs du secteur privé américain en vue de renforcer davantage le partenariat économique bilatéral et de développer des projets à fort impact en faveur des populations des provinces du sud».



 



D’éventuels partenariats solides avec Israël



En marge de l’annonce de l’ouverture d’un consulat américain à Dakhla, le Maroc a également décidé de rétablir ses relations avec Israël. Cette initiative, estime MHE, permettrait au Royaume d’accéder aux multiples brevets d’innovation de l’État hébreu, notamment dans les domaines des télécommunications, des technologies aérospatiales ou à usage civil, des objets connectés, de la cybersécurité, des innovations médicales, etc. «Nous avons des axes économiques forts à développer avec Israël, qui dispose d’un vrai savoir-faire. Nous avons des complémentarités à faire valoir», a-t-il assuré. Il a en outre affirmé que depuis l’annonce de la reprise des relations diplomatiques, plusieurs firmes et entreprises israéliennes ont exprimé leur souhait de visiter le Maroc pour explorer les domaines de coopération possibles. Moulay Hafid Elalamy a ainsi confié à Le360 que parmi les opérateurs intéressés «se trouvent des juifs marocains qui, attachés à leur mère patrie, ont manifesté leur volonté de venir investir dans le Royaume».



Par ailleurs le site Internet Israel Valley a lui aussi expliqué que Rabat et Tel-Aviv disposent d’«un éventail de domaines économiques qui pourraient faire l’objet d’une coopération étroite entre les deux pays», rapporte Hespress Fr. La même source suggère qu’une large place sera consacrée en 2021 aux relations Maroc- Israël lors de la conférence « TransTech » (une conférence internationale sur le transfert de technologie et la coopération technologique qui réunit chaque année des sociétés, start-up, experts et spécialistes de l’innovation). Le média israélien ajoute que 300 unités industrielles dans le domaine de l’électronique comptent s’implanter au Maroc, en offrant plus de 7.000 opportunités d’emploi. Soulignant que le Royaume figure parmi les cinq plus grands partenaires économiques d’Israël en Afrique, notamment aux côtés de l’Égypte, la Mauritanie, l’Éthiopie, l’Ouganda et le Ghana, le média digital indique que le Maroc dispose d’une économie nationale «capable de réaliser une croissance durable et de réduire les déséquilibres sociaux, dont la pauvreté et le chômage».



Enfin, bien que la reconnaissance américaine et la reprise des relations entre Israël et le Maroc ne fassent pas l’unanimité, il est sûr qu’elles marqueront un tournant majeur pour le pays tant au niveau politique qu’économique.



Recommandé pour vous

L’économie bleue, quelles perspectives pour le Maroc ?

Temps de lecture : 3 minutes

Ces dernières années, la communauté internationale a pris conscience de l’important relais de croissance qu’offre l’économie bleu. Une nouvell…

Flambée des prix du carburant : la guerre en Ukraine, les solutions et les recommandations

Temps de lecture : 3 minutes

Alors que la tendance était plutôt à la baisse ces dernières semaines, voilà que les prix des carburants augmentent de nouveau. D’habitude, il…

EMEC Expo 2022 : comme si vous y étiez !

Temps de lecture : 3 minutes

Hier, jeudi 19 mai, s’est clos le salon EMEC Expo, qui a duré deux jours. Cette édition tant attendue fut l’occasion pour les participants de …

CMC : une publication spéciale sur « l’instabilité des marchés »

Temps de lecture : 4 minutes

Le Centre marocain de conjoncture (CMC) a annoncé la parution de sa dernière publication mensuelle « Maroc Conjoncture » (n° 345). Il s’agit d…

EMEC EXPO est de retour sous le thème «La transformation digitale de l’entreprise»

Temps de lecture : 2 minutes

La transformation digitale révolutionne l’ensemble des organisations. Aujourd’hui, les entreprises n’ont d’autres choix que d’embrasser ce cha…

Flambée des prix : les explications de Fouzi Lekjaa

Temps de lecture : 4 minutes

Lors de la séance des questions orales à la Chambre des représentants, le ministre délégué chargé du Budget, Fouzi Lekjaa, est revenu sur les …

Blé : l’interdiction d’exportation de l’Inde secoue les marchés internationaux

Temps de lecture : 3 minutes

Les prix du blé ont augmenté de plus de 60% cette année, en raison des effets de l’invasion de l’Ukraine par la Russie. À eux seuls, ces deux …

Tourisme : le Maroc face au manque de ressources humaines qualifiées

Temps de lecture : 4 minutes

L’ouverture des frontières avec plusieurs pays, ainsi que celles avec l’Espagne, Sebta et Melilia, marque la relance officielle du secteur tou…

Location de voitures : difficile reprise pour les professionnels

Temps de lecture : 3 minutes

Si la réouverture des frontières, l’allègement de certaines restrictions sanitaires et le retour de l’opération Marhaba donnent de bonnes pers…

Saison estivale : 2022, l’année de la relance ?

Temps de lecture : 3 minutes

Après deux saisons estivales, partiellement percutées par la crise sanitaire de la Covid-19, l’été 2022 s’annonce radieux. À fin 2…

Emploi au Maroc : entre baisse de chômage et recours à l’entrepreneuriat

Temps de lecture : 1 minute

Les dernières données publiées par le Haut-Commissariat au plan (HCP) relatives à l’emploi montrent une légère baisse du taux de chôma…

Le climat des affaires « normal » pour 57% des patrons

Temps de lecture : 2 minutes

Les résultats de l’édition trimestrielle (T1-2022) de Bank Al-Maghrib sur le climat général des affaires révèlent une légère baisse par rap…