Aller au contenu principal

Covid-19 : quelles différences entre les vaccins ?

Les essais cliniques des vaccins des différents laboratoires internationaux sont arrivés à terme. Sinopharm, Pfizer, AstraZeneca, Moderna, Johnson & Johnson,… tous ces laboratoires étaient à la quête du vaccin le plus efficace contre la pandémie de la Covid-19 provoquant l’enthousiasme de l’opinion publique. Aujourd’hui, les pays font des choix, si le Maroc a opté principalement pour le vaccin du laboratoire Sinopharm, le Royaume-Uni a autorisé l’inoculation du vaccin de Pfizer et BioNtech dès la semaine prochaine. Quelles sont les différences entre ces vaccins ?

Par Mohamed L., Publié le 04/12/2020, mis à jour le 06/01/2021          Temps de lecture 2 min.
Teaser Media
©REUTERS/Tatyana Makeyeva

L’arrivée du vaccin du laboratoire Sinopharm au Maroc n’est plus qu’une question de temps. En effet, le Royaume n’attend plus que l’autorisation du vaccin en Chine (demande d’autorisation faite le 25 novembre) avant de recevoir les premiers lots du vaccin et fixer une date pour le lancement officiel de la campagne de vaccination. Mais quelles sont les caractéristiques de ce vaccin chinois et quels sont ses points de divergence avec les différents vaccins fabriqués par les autres laboratoires mondiaux ?

 

Les vaccins chinois, des vaccins inactivés

Les vaccins chinois se basent sur des techniques dites de virus inactivé. C’est une des plus vieilles techniques vaccinales existantes. Elle consiste à prendre un bout du virus, le rendre inoffensif puis l’injecter dans le corps du patient pour que son système immunitaire développe une réponse appropriée. Les vaccins inactivés sont exempts de tout risque infectieux. Aujourd’hui, 4 virus chinois sont dans l’étape III des tests, cette dernière étape du processus consiste à examiner la molécule sur le plus de volontaires possible avant son approbation et sa distribution.

 

Pfizer-Modern a: vaccins à ARN

Efficaces à 95% selon ces laboratoires, les vaccins de Pfizer et de Moderna utilisent la technique de l’ARN messager, ou acide ribonucléique (ARN). Cette technique dont les caractéristiques immunogènes n’ont été découvertes que dans les années 90 n’a à ce jour jamais été commercialisée pour un usage humain, elle a seulement été testée sur les animaux, les porcs précisément.

Le principe général de ce vaccin est d’entraîner le système immunitaire à reconnaître les agents infectieux, dans des conditions inoffensives. En cas d’infection ultérieure, l’organisme est alors prêt à réagir immédiatement, empêchant la survenue de la maladie. Le vaccin de Moderna contre la Covid-19 a produit des anticorps persistant 90 jours après la vaccination, mais la durée de protection est sans doute plus longue puisqu’il s’agit des premières données sur une période de plusieurs mois, validées indépendamment par une revue scientifique.

Rappelons que le Royaume-Uni a donné cette semaine son autorisation pour l’utilisation massive du vaccin Pfizer-BioNtech. C’est d’ailleurs le premier pays au monde à autoriser ce vaccin.

 

Astrazeneca, Johnson & Johnson, Spoutnik : des virus modifiés pour être atténués

Ces laboratoires développent des virus modifiés appelés également des virus recombinants. Pour la Covid-19, ce sont des adénovirus et le virus de la rougeole qui ont été utilisés. Ils servent en quelque sorte de "cheval de Troie" pour coder le spicule du SARS-CoV-2, souligne le site online de France 3. La même source indique que AstraZeneca utilise un adénovirus de chimpanzé tandis que le vaccin de Johnson & Johnson utilise un adénovirus humain.

Le point commun entre les différents vaccins est qu’à priori, ils ne représentent pas un grand danger pour leurs utilisateurs. En effet, durant la phase test, aucun effet secondaire n’a été détecté chez les personnes bénévoles à part une légère fièvre et des rougeurs temporaires sur le lieu d’injection.

Le Maroc a fait son choix et espère pouvoir démarrer sa campagne avant la fin de l’année. L’objectif étant de vacciner la totalité de la population avant mi-2021 pour voir enfin la vie revenir progressivement à son cours normal.

Terrorisme : le Maroc a contribué à l’élimination d’Oussama Ben Laden

Ce dimanche 24 janvier, Cherkaoui Habboub, le nouveau directeur du Bureau central d’investigation judiciaire (BCIJ), a déclaré que «le Maroc a fourni des renseignements aux États-Unis pendant sa guerr...

Santé : le ras-le-bol des professionnels du secteur

Le silence du gouvernement et du ministère de la Santé face aux revendications des professionnels d...

Vacciner 33 millions de Marocains d'ici fin mai, est-ce possible ?

Alors que la vaccination de masse anti-Covid-19 a déjà commencé dans plusieurs pays, la campagne ma...

Covid-19 : Interpol met en garde contre le risque de vol des vaccins

Interpol vient de lancer une alerte mondiale adressée à ses 194 pays membres, dont le Maroc, afin de les prévenir du risque d’éventuelles attaques de réseaux criminels visant le pillage et le vol de v...

Vaccination contre la Covid-19 : les étapes à suivre

Le Maroc lance cette semaine sa campagne de vaccination. À cet effet, le portail “Liqahcorona.ma” a...

Mariage des mineures : l’accélération de l’amendement de la loi s’impose

Dans son édition de ce lundi 25 janvier, le quotidien arabophone Bayane Al-Youm rapporte que les députés aspirent à amender le Code de la famille, dont certaines dispositions sont jugées discriminatoi...