article 4 FMI

Temps de lecture : 5 minutes


Article IV du FMI : des consultations et des recommandations

Temps de lecture : 5 minutes

Catégorie Économie , Gros plan

Temps de lecture : 5 minutes

Comme chaque année, les services du Fonds monétaire international (FMI) ont mené les entretiens relatifs aux consultations au titre de l’article IV des statuts du fonds. À cause de la pandémie du nouveau coronavirus, une équipe dirigée par Roberto Cardarelli a mené une mission à distance du 19 octobre au 2 novembre 2020 dans le cadre des consultations de 2020 avec le Maroc. Plusieurs conclusions ont été tirées par les responsables du Fonds monétaire international (FMI) et des recommandations ont été émises ce lundi 2 novembre.

Temps de lecture : 5 minutes

Le FMI effectue tous les ans des consultations avec le Maroc tel que le prévoit l’article IV de ses statuts. En pratique, ces consultations se font sous forme d’échanges de vues entre les membres de la mission de l’institution et des acteurs-clés des secteurs public et privé marocains. La situation économique et budgétaire, les réformes structurelles et la situation du secteur financier sont les trois volets qui intéressent la mission. Le ministère de l’Economie, des Finances et de la Réforme de l’administration est chargé de la préparation de cette mission à la fin de laquelle les conclusions préliminaires sont publiées.



 



Les bons points du Maroc



Plusieurs conclusions sont satisfaisantes pour le gouvernement. Tout d’abord, sur le volet du budget, le FMI estime que la politique budgétaire a été assouplie de manière appropriée en 2020. À l’heure de la crise liée à la pandémie de Covid-19, les recettes fiscales ont nettement diminué et les autorités ont accru les dépenses publiques et révisé leur composition pour réduire au minimum les répercussions économiques et sociales de la crise. Les services du FMI saluent aussi l’intention des autorités de soutenir la reprise en 2021 tout en les félicitant pour les efforts qu’elles ont engagés pour développer l’assistance sociale avec la perspective de l’élargissement de l’assurance médicale à tous les Marocains.



Au chapitre monétaire, la mission du FMI n’a pas manqué d’applaudir le travail accompli par Bank Al-Maghrib (BAM). «Les services du FMI notent avec satisfaction que BAM a décidé de demander aux banques d’accroître leurs provisions et de suspendre la distribution de dividendes cette année afin de se prémunir contre une détérioration éventuelle du portefeuille des crédits bancaires dans un avenir proche», souligne EcoActu. Dans leurs conclusions, les experts du FMI relèvent que les banques marocaines ont été relativement résilientes face à la pandémie, notamment grâce à leurs niveaux initiaux relativement élevés de fonds propres et de liquidité ainsi qu’à la riposte vigoureuse de BAM. 



 



Peut mieux faire…



Si les experts du FMI ont exprimé leur satisfecit par rapport à la politique budgétaire menée par le gouvernement, il n’en demeure pas moins qu’ils trouvent que le processus de rééquilibrage budgétaire doit être progressif et ne devrait être entrepris que lorsque la reprise économique sera solide. Autre préoccupation, celle liée à la dette. «Tout en reconnaissant l’incertitude exceptionnelle qui entoure le calendrier et le rythme de la reprise, les services du FMI recommandent dans leurs projections de référence de commencer à réduire le ratio dette publique par rapport au PIB à compter de 2022», précise Le360.



Le scénario d’une plus grande flexibilité du régime de change est également évoqué par les experts du FMI. À leurs yeux, une telle démarche ne peut que profiter à l’économie marocaine en préservant les réserves et la compétitivité et en renforçant sa capacité d’absorption des chocs externes. Sur ce sujet, «les autorités sont en train d’assurer un suivi étroit des conditions de déroulement de la transition et d’approfondir les études sur tous les volets pour juger du moment opportun pour entamer une nouvelle phase», a fait savoir le chef de la mission du Fonds chargé du Maroc, Roberto Cardarelli.



Et pour finir, la mission du FMI considère qu’il est essentiel de faire avancer le programme de réformes structurelles pour in fine améliorer le niveau de vie de l’ensemble des Marocains. Tout est dit.



 




Les prévisions du FMI

Pour l’exercice 2020, il va sans dire que la sécheresse et la pandémie de Covid-19 ont plombé la croissance. Selon le FMI, le PIB devrait se contracter dans une fourchette de 6 à 7% en 2020. Aussi, les déficits budgétaire et extérieur devraient se creuser, du fait de la baisse des recettes fiscales et le recul des recettes en devises tirées du tourisme. Le salut vient de la résilience des transferts des Marocains résidant à l’étranger et la baisse des importations. Ces deux facteurs ont permis de limiter les besoins de financement extérieur du Maroc. Autre élément salvateur : les réserves internationales qui restent largement supérieures à leur niveau de l’an dernier notamment grâce au tirage des 3 milliards de dollars de la Ligne de précaution et de liquidité (LPL) en avril dernier et aux sorties à l’international. Enfin, selon les projections de l’institution de Bretton Woods, la croissance du Produit intérieur brut (PIB) devrait rebondir à 4,5% en 2021, à condition que les effets de la sécheresse et de la pandémie s’estompent.




Recommandé pour vous

Le Maroc et l’Arabie saoudite visent un volume commercial de 5 milliards de dollars

Temps de lecture : 5 minutes

Conduite par le ministre saoudien du Commerce, Majid bin Abdullah Al-Qasabi, une importante dé…

Échanges extérieurs : hausse des importations et des exportations

Temps de lecture : 4 minutes

À fin août 2022, le déficit commercial au Maroc a augmenté de 56,1%, pour s’établir à 214,76 m…

Politique commerciale : les recommendations du Policy Center for the New South

Temps de lecture : 4 minutes

C’est un policy paper qui met en exergue les voies d’amélioration de la politique commerciale …

Baisse de l’IR : les négociations sont en cours

Temps de lecture : 4 minutes

Les réunions entre les centrales syndicales et le ministre délégué chargé du Budget, Fouzi Lek…

11 ans d’exercice : le CESE dresse son bilan

Temps de lecture : 4 minutes

Le Conseil économique, social et environnemental (CESE) a organisé, mardi 27 septembre à Rabat…

Réunion trimestrielle de BAM : ce qu’il faut retenir

Temps de lecture : 3 minutes

Le Conseil de Bank Al-Maghrib (BAM) a décidé d’élever le taux directeur (TR), le passant de 1,…

Journée mondiale du tourisme : repenser le secteur pour un avenir meilleur

Temps de lecture : 5 minutes

L’ensemble du secteur du tourisme célèbre, ce mardi 27 septembre, la journée mondiale du secte…

Hydrocarbures : ce que préconise le Conseil de la concurrence dans son nouvel avis

Temps de lecture : 6 minutes

Le Conseil de la concurrence a publié, lundi 26 septembre, son avis n°A/3/22 sur « la flambée …

Conseil de BAM : faut-il s’attendre à une hausse du taux directeur ?

Temps de lecture : 5 minutes

Bank Al-Maghrib (BAM) tiendra, mardi 27 septembre, sa troisième réunion de politique monétaire…

Politique monétaire : Bank Al-Maghrib à un tournant

Temps de lecture : 3 minutes

Garantes de la stabilité des prix à moyen terme, les banques centrales sont engagées dans un c…

Impériales : les médias, une force et une influence

Temps de lecture : 4 minutes

“Les Impériales” est de retour cette année, avec une nouvelle vision, de nouvelles perspective…

Les Impériales 2022 : le nation branding s’invite au débat

Temps de lecture : 4 minutes

Le lancement officiel de la cinquième édition « Les Impériales 2022 », rendez-vous annuel des …