Aller au contenu principal

Covid-19 : Aït Taleb à "maux" couverts

Intervenant ce jeudi 17 septembre devant la Commission des secteurs sociaux à la Chambre des représentants, Khalid Aït Taleb, ministre de la Santé, a fait le point sur les efforts déployés par son département en cette période de crise sanitaire ainsi que sur la situation épidémiologique du Maroc. Pendant 6 heures, il a été interrogé sur les dépenses de son ministère, la disponibilité des médicaments et la recrudescence des contaminations à la Covid-19. En parallèle, la décision de la tutelle de lancer un appel à candidatures pour quelque 150 postes "vacants" sème le doute parmi ses hauts responsables.

Par Nora Jaafar, Publié le 18/09/2020 à 12:36, mis à jour le 18/09/2020 à 12:54
Teaser Media
Covid-19 : les grands maux d'Aït Taleb

Convoqué ce jeudi 17 septembre par la Commission des secteurs sociaux à la Chambre des représentants, Khalid Aït Taleb, ministre de la Santé, a répondu à toutes les questions des parlementaires liées à la pandémie du nouveau coronavirus. Pendant cette réunion, qui a duré 6 heures, le ministre a expliqué comment son département a dépensé les 2 milliards de dirhams (dh) qu’il a obtenus du Fonds spécial Covid-19. Il a également affirmé qu’il n’y a pas de pénurie de médicaments au Maroc, contrairement à certaines rumeurs de rupture de stock qui circulent. En outre, Khalid Aït Taleb a présenté un bilan assez optimiste sur l’évolution de la pandémie dans le royaume.

 

Les comptes de la lutte contre le nouveau coronavirus

Selon Médias24, sur les 2 milliards de dh affectés par le Fonds spécial Covid-19, le ministère de la Santé en a dépensé à ce jour 1,9 milliard. «45% de ces crédits ont été consacrés aux bio-équipements et 55% aux médicaments et consommables médicaux», précise la même source. Dans le détail, 25% de cette enveloppe a été consacrée à l’acquisition des équipements et fournitures médicaux techniques, 12% aux équipements relatifs aux lits, 8% aux appareils de radiographie, 0,1% aux équipements hospitaliers, 19,1% aux fournitures de laboratoire et 17% aux médicaments et fournitures médicales. Le ministre a également souligné que la somme en question a servi à l’achat «d’équipements médicaux techniques, des fournitures de laboratoire sérologique et de matériel de détection, des produits chimiques et des médicaments, en particulier la matière première pour la chloroquine et les moyens de protection individuels». Et d’ajouter qu’au total, 247 marchés ont été passés dans ce sens avec 98 sociétés marocaines et étrangères.

 

Le bilan de la situation épidémiologique actuelle

Interrogé sur l’évolution alarmante de la pandémie au Maroc, Aït Taleb a souligné que la situation épidémiologique est préoccupante, mais «elle n’a pas atteint un niveau chaotique ou un niveau qui met la pression sur les capacités de notre système national de santé», rapporte L’Opinion. Le ministre a avancé que «les cas d’infection enregistrés restent pour la plupart bénins et sans symptômes, ce qui est confirmé par l’augmentation significative ces derniers jours des cas de guérison enregistrés sous 24 heures». Affirmant que la situation est toujours contrôlable, il a cité en exemple la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima, où le nombre de contaminations à la Covid-19 s’est relativement stabilisé après l’adoption de mesures strictes pour assiéger les foyers.

De plus, Khalid Aït Taleb «a expliqué que la stabilisation de la situation épidémiologique est généralement liée au nombre de cas critiques», notant que, jusqu’à mercredi 16 septembre, ces derniers étaient au nombre de 261, dont 49 étaient sous respiration artificielle. Et de soutenir que «le taux de mortalité enregistré au Maroc est de 1,8%, soit moins que le niveau mondial de 3,4%», poursuit la même source.

 

Rumeurs concernant la pénurie de médicaments

À l’issue de sa réunion avec la Commission des secteurs sociaux à la Chambre des représentants, le ministre de tutelle a rassuré les citoyens, les professionnels de la santé et les patients quant à la disponibilité des médicaments utilisés dans le cadre du traitement Covid-19. Dans un communiqué, cité par Aujourd’hui le Maroc, il a déclaré que le stock national actuel est suffisant pour couvrir les besoins du pays dans les prochains mois. Cette affirmation vient ainsi réfuter les fausses informations qui soutiennent que le pays risque de souffrir d’une imminente rupture de stock de médicaments. La tutelle ajoute qu’il n’y aura pas de changement dans l’approvisionnement du marché des médicaments, et que ce dernier «sera approvisionné avec les quantités régulières nécessaires, à condition que tout le monde adhère à l’utilisation rationnelle des médicaments». Le communiqué a en outre exhorté tous les acteurs concernés à s’engager à respecter les mesures visant à garantir la disponibilité du traitement à tous les patients.

 

De nouvelles nominations au ministère de la Santé

Une ordonnance, portant sur 6 conventions, approuvés et signée par Khalid Aït Taleb a bouleversé les délégations provinciales, les directeurs des hôpitaux régionaux et les directeurs des services auprès des collectivités locales, rapporte Assabah dans son édition du vendredi 18 septembre. L’ordonnance en question annonce un appel à candidatures pour 150 postes, que la tutelle estime "vacants". Intervenant alors que le Royaume fait face à une augmentation exponentielle du nombre d’infections à la Covid-19, cette décision «menace la structure hiérarchique du secteur de la santé» et «suscite une polémique dans le milieu médical, qui s’interroge sur son timing». Ce nouveau "séisme" ministériel, déplore le journal, risque d’affecter «la cadence de travail des cadres présupposés “menacés” par cette nouvelle vague de recrutement», précisant que désormais la majorité de ces derniers va travailler «à moitié de sa capacité en attendant la remise de postes prévue fin octobre prochain».

Le quotidien juge enfin qu’effectuer un tel remaniement en pleine période de crise sanitaire est inopportun. Et prévoit l’annonce de plusieurs mises à pied dans les prochains jours, notamment chez les hauts responsables chargés de la gestion de la pandémie du coronavirus, afin d’accueillir du sang neuf dans le département.

MEN : suspension de deux circulaires portant sur les contrôles continus

Le ministère de l’Éducation nationale, du Préscolaire et des Sports a annoncé, ce lundi 29 novembre, la suspension de deux circulaires ministérielles publiées les 15 et 16 septembre, relatives aux con...

Maroc-Israël : coopération sécuritaire historique

C'est le premier accord sécuritaire d’un État arabe avec Israël. Rabat et Tel-Aviv ont conclu le 24 novembre 2021 une avancée historique en matière coopération militaire. Une avancée conclue lors du ...

Le PAM en conclave à Marrakech, lance un appel à ses militants

Le Parti authenticité et modernité (PAM) a appelé, samedi 27 novembre à Marrakech, ses membres et militants à adhérer aux différents chantiers de développement, aux stratégies majeures et à la diploma...

Le Maroc envisage d’acheter 36 hélicoptères de type Bell-412 EPI

Selon le site espagnol Defensa, spécialisé dans les questions militaires, l’armée de l’air marocaine compte acquérir 36 hélicoptères polyvalents de la société américaine Bell Textron Inc. Il s’agirait...

Le roi Mohammed VI plaide pour la restauration de la confiance entre Palestiniens et Israéliens

Le roi Mohammed VI a réitéré son appel pour la restauration de la confiance mutuelle entre Palestiniens et Israéliens, dans la perspective de trouver une issue favorable à la question palestinienne, d...

Le Maroc et l’Algérie grands absents de la réunion de l’Union pour la Méditerranée

Nasser Bourita, ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l'étranger et Ramtane Lamamra, chef de la diplomatie algérienne, ont tous deux décidé de ne pa...