Aller au contenu principal

Coup d’État à Bamako : le Maroc préoccupé par la situation au Mali

Au Mali, un coup d’État, mené le mardi 18 août par des militaires, a forcé Ibrahim Boubacar Keita, président du pays, a annoncé sa démission ainsi que la dissolution de son gouvernement et du Parlement. Le Maroc, qui suit de très près l’évolution de la situation malienne, se dit très préoccupé par ces événements, qui risquent d’exacerber les tensions dans le Sahel.

Par Nora Jaafar, Publié le 19/08/2020 à 16:53, mis à jour le 19/08/2020 à 17:51
Teaser Media
Coup d’État à Bamako : le Maroc préoccupé par la situation au Mali

Rien ne va plus au Mali. Dans la soirée du mardi 18 août, le président malien, Ibrahim Boubacar Keita, a annoncé sa démission de la présidence, ainsi que la dissolution du Parlement et de son gouvernement, rapporte CNN. «Pendant sept ans, j’ai essayé avec beaucoup de joie et de bonheur de remettre ce pays sur pied», a-t-il déclaré lors d’une allocution diffusée à la télévision nationale. «Si aujourd’hui, certaines personnes des forces armées ont décidé d’y mettre fin par leur intervention, quel choix me reste-t-il ? Je devrais m’y soumettre parce que je ne veux pas que du sang soit versé», a-t-il déploré. Et de finir : «Je ne hais personne, mon amour pour mon pays ne me le permet pas. Que Dieu nous sauve».

BBC News précise que la démission de Keita fait suite à une tentative de coup d’État militaire perpétré près de Bamako. Des officiers de l’armée en poste dans une base près de la capitale, qui ont kidnappé plusieurs hauts fonctionnaires maliens, sont à l’origine de cette révolte. Cette dernière a poussé les manifestants à redescendre dans les rues du pays, pour réitérer leurs appels à l’éviction du gouvernement de Keita. La même source soutient que la frustration des Maliens s’est accrue en raison de l’échec du cabinet de leur dirigeant à contenir l’insurrection des jihadistes et à améliorer l’économie du pays.

 

Le Maroc préoccupé par la situation au Mali

Dans un communiqué de presse, daté du mardi 18 août, le ministère des Affaires étrangères a annoncé qu’il «suit avec inquiétude» ce qui se passe à Bamako. «Le royaume du Maroc, attaché à la stabilité de ce pays, appelle les différentes parties à engager un dialogue responsable, à respecter l’ordre constitutionnel et à préserver les acquis démocratiques, afin d’éviter tout retour en arrière préjudiciable au peuple malien», a déclaré la tutelle. D’après L’Économiste, un jour avant la tentative du coup d’État militaire, Tiebile Drame, ministre malien des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, a salué la contribution active du Maroc au maintien de la paix dans la région du Sahel. Il a avancé cette reconnaissance lors de sa réunion du lundi 17 août avec Hassan Naciri, ambassadeur du Maroc au Mali.

T. Drame a également souligné que le Maroc s’efforce activement de soutenir les initiatives de paix et de résoudre les problèmes sociopolitiques dans le Sahel. La préoccupation du royaume quant au «bien-être du peuple malien reflète une bonne volonté qui se manifeste souvent dans les réunions entre les fonctionnaires des deux pays», a-t-il assuré.

 

Coopération et partenariat maroco-maliens

En mars 2018, le Premier ministre Soumeylou Boubeye Maiga a dirigé une délégation malienne à Rabat, au cours de laquelle des représentants du Maroc et du Mali ont discuté des principaux problèmes de la région du Sahel. Parmi les sujets abordés figuraient la paix, la sécurité, la lutte contre le terrorisme et la migration clandestine. En mars 2019, les deux pays ont signé un accord visant à harmoniser leurs politiques migratoires et à promouvoir une politique africaine unifiée en matière de migration. Enfin, en février 2020, les deux nations africaines ont signé un accord visant à renforcer leur partenariat dans les domaines du logement et de l’urbanisme, notamment en offrant aux cadres maliens une formation basée sur l’expertise et le savoir-faire marocains en la matière.

MEN : suspension de deux circulaires portant sur les contrôles continus

Le ministère de l’Éducation nationale, du Préscolaire et des Sports a annoncé, ce lundi 29 novembre, la suspension de deux circulaires ministérielles publiées les 15 et 16 septembre, relatives aux con...

Maroc-Israël : coopération sécuritaire historique

C'est le premier accord sécuritaire d’un État arabe avec Israël. Rabat et Tel-Aviv ont conclu le 24 novembre 2021 une avancée historique en matière coopération militaire. Une avancée conclue lors du ...

Le PAM en conclave à Marrakech, lance un appel à ses militants

Le Parti authenticité et modernité (PAM) a appelé, samedi 27 novembre à Marrakech, ses membres et militants à adhérer aux différents chantiers de développement, aux stratégies majeures et à la diploma...

Le Maroc envisage d’acheter 36 hélicoptères de type Bell-412 EPI

Selon le site espagnol Defensa, spécialisé dans les questions militaires, l’armée de l’air marocaine compte acquérir 36 hélicoptères polyvalents de la société américaine Bell Textron Inc. Il s’agirait...

Le roi Mohammed VI plaide pour la restauration de la confiance entre Palestiniens et Israéliens

Le roi Mohammed VI a réitéré son appel pour la restauration de la confiance mutuelle entre Palestiniens et Israéliens, dans la perspective de trouver une issue favorable à la question palestinienne, d...

Le Maroc et l’Algérie grands absents de la réunion de l’Union pour la Méditerranée

Nasser Bourita, ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l'étranger et Ramtane Lamamra, chef de la diplomatie algérienne, ont tous deux décidé de ne pa...