Temps de lecture : 5 minutes


Le PLFR mis en examen par les députés parlementaires

Temps de lecture : 5 minutes

Catégorie Économie , Gros plan

Temps de lecture : 5 minutes

Après avoir passé les étapes du Conseil des ministres, présidé par le roi Mohammed VI, et le Conseil de gouvernement, le Projet de loi de finances rectificative (PLFR) arrive désormais au Parlement. Le texte de loi apporte plusieurs nouveautés, notamment sur le registre fiscal.

Temps de lecture : 5 minutes

Le Projet de loi de finances rectificative 2020 (PLFR) est arrivé ce mercredi entre les mains des députés. Le texte de loi a été présenté devant les deux Chambres du Parlement. Ce texte prévoit plusieurs mesures fiscales qui visent à assurer l’accompagnement de la reprise de l’activité économique, la préservation de l’emploi et l’accélération de la mise en œuvre des réformes de l’administration, rapporte le quotidien Le Matin dans son édition du jeudi 9 juillet 2020.



Parmi les mesures fiscales proposées, la réduction de 50% sur les droits d’enregistrement des acquisitions de biens immeubles à usage d’habitation, la hausse des droits d’importation, et le prolongement du délai de souscription de la déclaration et du paiement de la contribution libératoire jusqu’au 31 décembre 2020.



 



Réduction des droits d’enregistrement de bien immeuble à usage d’habitation



Une mesure qui fera certainement plaisir aux promoteurs immobiliers. Cette mesure prévoit une réduction de 50% des droits d’enregistrement en faveur des actes établis durant la période allant de la date de publication de la présente loi de finances rectificative au Bulletin officiel, jusqu’au 31 décembre 2020, rapporte Médias24. Elle concerne également les actes portant acquisition desdits locaux par les établissements de crédit ou organismes assimilés, objet d’opérations commerciales ou financières, dans le cadre d’un contrat « Mourabaha », « Ijara Mountahia Bitamlik » ou « Moucharaka Moutanakissa ».



Il est également proposé de proroger de six mois les délais des conventions conclues entre l’État et les promoteurs immobiliers, qui ont des difficultés à achever dans le délai de 5 ans leurs programmes de construction de logements sociaux.



D’après le journal Aujourd’hui le Maroc, cette nouvelle mesure s’applique aux conventions des programmes de construction de logements sociaux, dont le délai expire durant la période allant de la date du début de l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 31 décembre 2020.



 



Hausse des droits d’importation à 40%



Afin de promouvoir la production locale et atténuer le déficit commercial, le gouvernement veut opérer un relèvement du droit d’importation de 30 à 40%. Le ministère des Finances explique que «la pression exercée sur les réserves nationales de change impose de prendre des mesures pour encourager la substitution de la production locale aux importations».



 



Prolongation des délais pour la contribution libératoire



La loi de Finances 2020 avait accordé aux contribuables n’ayant pas souscrit leurs déclarations de revenu global, la possibilité de régulariser leur situation fiscale en souscrivant une déclaration à ce titre avant le 1er juillet 2020. Compte tenu de la situation actuelle, il est proposé de reporter le délai jusqu’au 31 décembre 2020.



 



Développement du paiement mobile



Par ailleurs, le Projet de loi de finances rectificative prévoit également une mesure fiscale qui concerne le paiement mobile. En effet, afin d’inciter à ce mode de transactions, et donc l’inclusion financière, le PLFR propose un abattement fiscal de 25% sur le chiffre d’affaires réalisé. Il est également proposé de ne pas prendre en considération le montant du chiffre d’affaires réalisé par paiement mobile pendant cinq années consécutives, pour la détermination de la base imposable de l’impôt sur le revenu (IR) et de ses seuils d’imposition.



Pour rappel, le Projet de loi de finances rectificative prévoit une récession de 5%. Le ministère des Finances table également sur un déficit budgétaire de 7,5% pour cette année 2020. Par ailleurs, le gouvernement compte augmenter les investissements prévus dans le budget général de l’État de 15 milliards pour atteindre 86 milliards de dirhams. Aussi, et dans le cadre de la préservation d’emploi, l’Exécutif s’est fixé comme objectif de sauvegarder plus de 80% des salariés déclarés à la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) et de régulariser la situation des employés non déclarés. Pour cela, Saad Dine El Otmani & co vont devoir de nouveau piocher dans les ressources du Fonds spécial de gestion de la pandémie.


Emploi au Maroc : quelle évolution en 2022 ?

Emploi au Maroc : quelle évolution en 2022 ?

Le Maroc a réalisé des progrès significatifs pour stimuler la croissance économique et créer des opportunités d’emplois. Le gouvernement de Aziz Akhannouch a adopté une stratégie a…
Finance climatique : le Maroc en tête des pays du Maghreb en matière de réglementation

Finance climatique : le Maroc en tête des pays du Maghreb en matière de réglementation

Le Maroc a réussi encore une fois à se placer à la tête des pays maghrébins en matière de préparation des systèmes financiers pour soutenir l'action climatique. Tel est le constat …
Entrepreneuriat : comment être "IPO ready" ?

Entrepreneuriat : comment être « IPO ready » ?

Une "Initial public offering" (IPO), ou introduction en bourse, définie la cotation des actions d’une société sur un marché boursier. C’est un moyen important pour les entreprises …
Maroc-Espagne : un nouveau souffle à la coopération économique

Maroc-Espagne : un nouveau souffle pour la coopération économique

C’était la première étape de la Rencontre de haut niveau (RHN) entre le Maroc et l’Espagne, qui s’étale sur deux jours, à l’initiative de la Confédération générale des entreprises …
FMI : quelle croissance économique en Afrique et dans le monde en 2023 ?

FMI : quelle croissance économique en Afrique et dans le monde en 2023 ?

Le Fonds monétaire international (FMI) a légèrement revu à la hausse ses prévisions de croissance économique mondiale pour cette année. Elles sont estimées à 2,9% pour 2023 et à 3,…
CRI

Charte de l’investissement : le soutien étatique fixé

Encourager l'acte d'investir. C'est le but ultime de la nouvelle Charte de l'investissement dont l'exécutif a amorcé la mise en œuvre à travers un premier décret d'application adop…
Viandes rouges : des mesures pour contrer la flambée des prix

Viandes rouges : des mesures pour contrer la flambée des prix

Ces deux dernières semaines, les prix de la viande rouge sont montés en flèche au Maroc. Dans les abattoirs, le prix de la viande ovine varie entre 90 et 100 DH le kilogramme (kg) …
Crise économique : le FMI évalue la performance du Maroc

Crise économique : le FMI évalue la performance du Maroc

La sécheresse et les conséquences économiques de l'invasion russe en Ukraine ont affecté l'économie marocaine en 2022. Malgré les efforts déployés par le gouvernement pour remédier…