Aller au contenu principal

Apple : feu vert aux utilisateurs pour l'attaquer en Justice

Les magistrats de la Cour suprême américaine viennent d'autoriser des poursuites contre Apple. Des utilisateurs de l'iPhone reprochent à la firme de Cupertino de forcer l'acquisition d'application via sa plateforme App Store. Applications sur lesquelles elle prélève une commission de 30%. De quoi affecter significativement les prix pratiqués. Les juges ouvrent la porte à des actions en Justice. Mais, ce n'est pas une assurance d'avoir gain de cause.

Par J.R.Y, Publié le 15/05/2019, mis à jour le 30/12/2019
Teaser Media

La Cour suprême américaine vient d'autoriser des poursuites contre Apple pour pratiques anticoncurrentielles. Des utilisateurs des produits (iPad, smartphone) de la marque à la pomme avaient déposé une plainte collective auprès d'une juridiction inférieure pour dénoncer une situation de monopole sur la vente des applications mobiles. La Cour suprême va dans le même sens que cette juridiction. Mais, le sujet divise puisque la décision a été confirmée par cinq voix contre quatre. Cela veut dire que les utilisateurs des produits Apple pourront mettre la pression sur l'entreprise afin qu'elle revoie son commissionnement sur les applications. Mais ce n'est pas une assurance d'avoir gain de cause.

 

En réaction à la décision de la Cour suprême, le titre en Bourse de Apple a baissé après l'annonce de sa décision, mais s'est ressaisi après. Avec la baisse de régime des ventes de iPhone, la firme de Cupertino mise sur les services comme relais de croissance. Les ventes de iPhone ont baissé de 3% à 209 millions d'unités en 2018. La part de marché de Apple s'élève à 13,4%. Elle souffre comme Samsung de la montée en puissance de Huawei (13% de part de marché en 2018). Cette porte ouverte par les magistrats de la Cour à des actions en Justice pourrait avoir des incidences sur les revenus futurs de Apple.

 

Les fans sont les premières cibles de la marque

La plainte des propriétaires de iPhone remonte à 2011. Dans cette affaire, Apple a estimé qu'il n'est qu'un simple intermédiaire et que ce sont les développeurs d'applications qui fixent les prix et versent une commission au groupe. Ces explications n'ont vraisemblablement pas convaincu les juges. De leur décision, il faut déduire que c'est Apple qui fixe les règles. La commission de 30% prélevée a une incidence significative sur le prix des applications proposées dans l'App Store, qui reste un environnement bien particulier.

 

Par ailleurs, le positionnement de la marque à la pomme peut en partie expliquer ces pratiques. À 800 dollars le prix moyen de l'iPhone, il n'est pas donné à tout le monde. Mais, la sortie de chaque nouveau modèle crée l'hystérie un peu partout dans le monde. Les fans de la marque sont nombreux à se masser devant les boutiques de la firme pour être parmi les premiers à se servir du nouveau produit. Pour Apple, les acheteurs de ces terminaux seraient plus disposés à télécharger des applications payantes. La plupart des développeurs ont une préférence pour l'App Store parce que les applications génèrent plus de revenus. Les développeurs d'applications pour iPhone ont vu leur chiffre d'affaires augmenter de 30% en 2017 à 26 milliards de dollars.


  • Partagez

Haut-Karabakh : les combats se poursuivent malgré les appels internationaux

Ce jeudi 1er octobre, le président russe Vladimir Poutine, son homologue français Emmanuel Macron ainsi que le locataire de la Maison-Blanche Donald Trump ont appelé à un cessez-le-feu immédiat dans l...

Santé de l'enfant : appel au retour à l’enseignement présentiel

Ce mercredi 30 septembre, plusieurs associations nationales et régionales de la santé de l’enfant ont adressé une lettre à Saïd Amzazi, ministre de l’Éducation nationale. Dans cette correspondance, el...

Présidentielle américaine : premier débat entre Donald Trump et Joe Biden

Ce mardi 29 septembre, à cinq semaines de la présidentielle américaine du 3 novembre, Donald Trump et Joe Biden se sont affrontés pour la première fois dans le cadre de la course à la Maison-Blanche. ...

L’émir du Koweït est mort à l’âge de 91 ans

Ce mardi 29 septembre, l’émir du Koweït Sabah al-Ahmed al-Jabir est décédé à l’âge de 91 ans. Cette annonce a été faite par Cheikh Ali Jarrah al-Sabah, ministre chargé des Affaires royales dans un enr...

Liban : Moustapha Adib jette l’éponge

Samedi 26 septembre, vingt-cinq jours seulement après sa nomination, Moustapha Adib, Premier ministre libanais, a jeté l’éponge. L’ancien ambassadeur de Beyrouth en Allemagne a annoncé qu’il renonçait...

Paris : une attaque à l’arme blanche potentiellement liée à celle de Charlie Hebdo

Ce vendredi 25 septembre, une attaque à l’arme blanche a eu lieu dans le 11e arrondissement à Paris. Selon la police, un individu armé d’une machette a attaqué plusieurs personnes, blessant au moins q...