Aller au contenu principal

Un biomarqueur capable de prévenir du suicide

Des chercheurs de l’Université de Yale ont découvert un nouveau marqueur présent dans toutes les régions du cerveau, Nommé mGluR5, et qui permettrait de prévenir du suicide.

Par Khansaa B., Publié le 15/05/2019, mis à jour le 30/12/2019
Teaser Media

Les études conduites par l'équipe des scientifiques à Yale ont révélé que les personnes qui présenteraient un taux élevé de ce marqueur pourraient être plus enclines au suicide.

 

Nommé mGluR5, ce capteur est un récepteur de glutamate (ou neurotransmetteur) qui joue un rôle important dans diverses fonctions cérébrales telles que le sommeil ou la mémoire.

 

Selon cette étude, ce biomarqueur pourrait être très utile pour venir en aide aux personnes atteintes du trouble de stress post-traumatique (SSPT). Le risque de suicide chez ces personnes est beaucoup plus élevé, mais il est difficile à identifier.

 

"Des personnes qui souffrent d’hypertension artérielle peuvent réduire ce problème immédiatement. Mais nous n’avons pas cette option avec le SSPT", indique Irira Esterlis, professeure agrégée de psychiatrie à Yale et auteur de l’étude.

 

Dans le cadre de cette étude, l'équipe a réuni un groupe d’individus analysant cinq zones différentes du cerveau à l’aide de la tomographie par émission de positions (TEP).

 

En classant les individus en trois groupes de 29 personnes (patients atteints de syndrome de stress post-traumatique, patients présentant un trouble dépressif majeur et patients ne présentant ni signes ni symptômes de ces troubles), les chercheurs ont alors découvert que les récepteurs du glutamate avaient tendance à s’accumuler à l’extérieur des cellules du cerveau qui normalement, se regroupent à l’intérieur lorsqu’on est en bonne santé. Ils ont également découvert que 30% de ces récepteurs se rassemblaient à l’intérieur même de la cellule chez les individus à tendances suicidaires.

 

Les seuls traitements possibles pour ces patients atteints de TPST actuellement sont les antidépresseurs. Selon Irina Esterlis, les chercheurs pourraient un jour tester le mGluR5 sur ces personnes, ce qui permettrait de bénéficier d’une évaluation bien plus claire et plus exhaustive.


  • Partagez

Covid-19 : Fine Hygienic et Dislog font don de 150.000 unités de produit d’hygiène

"Fine Hygienic Holding", l’un des groupes mondiaux leaders dans la fabrication des produits hygiéniques et de solutions de stérilisation innovantes et "Dislog Group" leader marocain de la distribution...

Coronavirus : le Maroc prévoit-il un dépistage massif ?

Avec 560000 infections et 25300 décès, la pandémie du coronavirus se propage encore dans le monde. ...

Coronavirus : le bilan s'alourdit au Maroc

Le bilan des personnes infectées par le coronavirus continue de s’alourdir au Maroc. 58 nouveaux cas ont été enregistrés ce vendredi 27 mars. Ces derniers ont tous été pris en charge par des équi...

Premiers résultats encourageants du traitement par la chloroquine

À Rabat, un premier cas atteint du coronavirus a été guéri en six jours grâce à la chloroquine, une...

Covid-19 : les médecins du privé en renfort

Les derniers chiffres de la pandémie font état de 333 personnes infectées et de 21 décès au Maroc. ...

La police mobilisée face à la pénurie de sang

Ce mercredi 25 mars, les policiers de Rabat ont participé à une campagne de collecte de sang. Les policiers de Casablanca ont rejoint cet élan de solidarité et se sont également mobilisés, jeudi matin...