RAM

Temps de lecture : 3 minutes


Covid-19 : les États à la rescousse du secteur aérien

Temps de lecture : 3 minutes

Catégorie Économie , Gros plan

Temps de lecture : 3 minutes

Les transporteurs aériens traversent une zone de fortes turbulences avec des avions cloués au sol depuis plusieurs semaines en raison de la pandémie du coronavirus. C’est le cas de la RAM. Son actionnaire principal, l’État marocain, devra sans doute y injecter beaucoup de liquidités pour assurer sa pérennité. Même les «stars mondiales» appellent leurs États pour traverser la crise. Air France-KLM a décroché une aide de 7 milliards d’euros et Lufthansa négocie une aide publique de 9 milliards d’euros auprès du gouvernement allemand.

Temps de lecture : 3 minutes

135000 entreprises en arrêt temporaire et 6300 ayant définitivement fermées. C’est l’un des principaux enseignements qui ressort de l’enquête du HCP sur l’effet du Covid-19 sur les entreprises. Pratiquement aucun secteur n’est épargné. Cependant, l’ampleur de la crise varie selon les secteurs. L’aérien est l’un des plus durement touchés avec des avions cloués au sol depuis plusieurs semaines. L’actionnaire principal du transporteur national (RAM), l’État, devra sans doute y injecter beaucoup de liquidités pour assurer sa pérennité. Même les «stars mondiales» appellent leurs États à la rescousse.



Vendredi dernier, Air France-KLM a décroché une aide de 7 milliards d’euros auprès d’un consortium de banques françaises et étrangères (4 milliards d’euros) et un prêt d’actionnaire de l’État français (3 milliards d’euros). Le transporteur pourrait bénéficier prochainement d’une aide de 2 à 4 milliards d’euros du gouvernement néerlandais. De son côté, Lufthansa négocie une aide publique de 9 milliards d’euros auprès du gouvernement allemand selon Les Echos. Emirates va bénéficier du soutien des Émirats arabes unis. Pour faire face à la crise, la compagnie a dû baisser significativement les salaires de la plupart de ses employés. La RAM a également eu recours à cette solution.



Les résultats trimestriels donnent une idée des dégâts occasionnés par la pandémie dans le secteur aérien. Si les transporteurs sont lourdement touchés, les avionneurs ne sont pas en reste puisque personne ne passe commande en ce moment. Au premier trimestre Boeing a vu son chiffre d’affaires dévisser de 26% et a accusé une perte nette de 1,6 milliard d’euros. Airbus limite la casse avec une perte de 481 millions d’euros.



La fin du confinement et la réouverture des frontières ne signifieront pas le retour à la normale dans le secteur. «Il faudra des années pour que le secteur aérien retrouve les niveaux de trafic que nous connaissions il y a seulement quelques mois. Nous devons nous préparer à cela», a déclaré Dave Calhoun, PDG de Boeing dans une lettre adressée aux salariés mercredi. L’avionneur va réduire ses effectifs de 10%.



Recommandé pour vous

10 août : le Maroc célèbre la Journée nationale du migrant

Temps de lecture : 4 minutes

Le 10 août marque la Journée nationale du migrant. Cette année, le thème de cette célébration concerne la contribution des Marocains résidant …

Les orientations du NMD au cœur de la Stratégie nationale de développement durable

Temps de lecture : 4 minutes

Le développement durable est devenu un réel projet de société au Maroc. Le Royaume s’est engagé à mettre en place divers chantiers liés à ce d…

Made in Morocco : pour la valorisation du savoir-faire marocain

Temps de lecture : 5 minutes

Faire du Made In Morocco une véritable marque de fabrique, sur les plans national et international, ainsi qu’un véritable moteur de développem…

PLF 2023 : ce qu’il faut retenir de la note de cadrage de Aziz Akhannouch

Temps de lecture : 5 minutes

Dans sa note de cadrage du projet de loi de Finances (PLF), Aziz Akhannouch réitère la détermination du gouvernement à continuer de mener en 2…

Forbes : le Maroc, un modèle de transition énergétique

Temps de lecture : 3 minutes

Le magazine économique Forbes vante le grand potentiel du Maroc à produire de l’énergie propre grâce à la richesse de ses ressources naturelle…

DTFE : la dette publique s’est établie à 388,1 MMDH à fin mars 2022

Temps de lecture : 2 minutes

Selon le bulletin de la direction du Trésor et des finances extérieures (DTFE), la dette publique s’établit à 388,1 milliards de DH (MMDH) en …

Emploi : le taux de chômage au Maroc est passé de 12,8% à 11,2%

Temps de lecture : 4 minutes

Depuis le début de la crise économique liée à la pandémie de la Covid-19, l’accès à l’emploi est devenu de plus en plus compliqué. Au Maroc, c…

Balance commerciale : le tourisme et l’OCP en tête de liste

Temps de lecture : 3 minutes

«La hausse des importations de biens concerne la quasi-totalité des groupes de produits», révèle le dernier rapport de l’Office des changes. O…

Étude : 75% des Marocains n’utilisent pas les applications de livraison de repas

Temps de lecture : 4 minutes

La crise sanitaire a entraîné des changements considérables dans la façon de consommer les repas hors domicile. La fermeture des restaurants a…

Ce qu’il faut retenir du rapport annuel de Bank Al-Maghrib

Temps de lecture : 6 minutes

Durant l’année 2021, l’économie marocaine a connu une croissance exceptionnelle de 7,9%, soit la plus forte depuis 1997. Plusieurs facteurs ex…

DGI : les recettes fiscales en 2021 ont atteint 153 MMDH

Temps de lecture : 4 minutes

Au Maroc, l’activité économique en 2021 a connu une nette reprise après le ralentissement économique enregistré en 2020 en raison de la pandém…

Maroc : la croissance prévue à 1,5% en 2022 et à 4,5% en 2023

Temps de lecture : 6 minutes

Nadia Fettah Alaoui, ministre de l’Économie et des finances, a présenté, mercredi 27 juillet, devant la Commission des finances et du développ…