Aller au contenu principal

Moody’s dégrade la perspective du secteur bancaire

Les banques sont très sollicitées dans la mesure où elles sont appelées à accompagner leurs clients à traverser cette crise. En dépit des mesures de soutien à l’économie, Moody’s craint une augmentation des créances en souffrance des banques. D’un autre côté, la baisse de la demande de crédits classiques va impacter la rentabilité des banques. Pour le deuxième trimestre, le HCP prévoit une baisse de 6,8% du PIB. L’économie devrait afficher une perte de l’ordre de 29,7 milliards de DH au premier semestre.

Par J.R.Y, Publié le 28/04/2020 à 16:28, mis à jour le 28/04/2020 à 18:05
Teaser Media
Moody’s dégrade la perspective du secteur bancaire

Comme un peu partout en Europe, l’agence de notation financière vient d’abaisser de stable à négative la perspective du secteur bancaire en raison de la pandémie coronavirus et de la sécheresse.

 

Plus de risques, moins de marges

Les banques sont très sollicitées dans cette crise dans la mesure où elles sont appelées à accompagner leurs clients, les entreprises, les ménages et les professionnels à traverser cette conjoncture. Au dernier pointage, 132000 entreprises ont déclaré auprès de la CNSS être affectées par la pandémie et ont mis à l’arrêt 800000 salariés. Par ailleurs, des millions de ménages se retrouvent sans revenus en raison de l’arrêt d’activité dans plusieurs secteurs. Toutes ces personnes vont bénéficier d’aides publiques dont un premier bilan a été présenté par le ministre des Finances devant les députés.  

En dépit des mesures de soutien à l’économie, Moody’s craint une augmentation des créances en souffrance des banques. D’un autre côté, la baisse de la demande de crédits classiques va réduire la marge d’intérêt, sachant que cette rubrique représente en moyenne 2/3 du chiffre d’affaires du secteur. Ainsi donc, la rentabilité des banques pourrait baisser. L’ampleur de la baisse dépendra de la durée de la crise et de la capacité de l’économie à se relever rapidement de la pandémie. Néanmoins, au Maroc, les banques bénéficient d’un bon accès au financement et à la liquidité, ce qui contribuera à amortir l’impact du choc économique, note Moody’s. D’un autre côté, elles peuvent bénéficier du soutien du gouvernement si nécessaire. Toutefois, ce dernier a une marge de manœuvre budgétaire limitée, relève l’agence de notation.

 

Les prévisions de croissance revues à la baisse

Il y a quelques semaines, l’agence de notation américaine avait prévu pour le Maroc une croissance de 2% en 2020. Le HCP vient d’annoncer ces nouvelles prévisions et table sur une baisse de 6,8% du PIB au 2e trimestre. Il a aussi réduit la croissance du 1er trimestre à 0,7%. Pour le HCP, cela représenterait une perte globale potentielle d’environ 29,7 milliards de DH pour le premier semestre 2020.

Augmentation importante de la charge de compensation à fin mai

Dans une note récemment publiée, la Trésorerie générale du royaume (TGR) a indiqué, qu’à fin mai 2020, le montant de la charge de compensation s’élève à 6,3 milliards de DH (MMDH) au lieu de 3,07 MMDH...

Risques en finance : une histoire de casino ?

Les marchés financiers sont souvent comparés à des casinos. Ce parallèle a été fait pour la première fois par John Maynard Keynes et est encore aujourd’hui repris dans les médias. L’effet casino a une...

Finances publiques : un déficit budgétaire de 24,6 MMDH à fin mai

La situation des charges et ressources du Trésor dégage un déficit budgétaire de 24,6 milliards de DH (MMDH) pour les cinq premiers mois de cette année, contre un déficit de 23,3 MMDH à fin mai 2020. ...

Marché financier international : l'OCP lève avec succès 1,5 milliard de dollars

Dans un communiqué récemment publié, l’Office chérifien des phosphates (OCP) a annoncé avoir réuni une émission obligataire sur les marchés internationaux. Ainsi, conformément à l’autorisation de son ...

La Banque mondiale révise la croissance du Maroc à la hausse

La croissance du PIB du Maroc devrait atteindre 4,6% en 2021, selon les dernières projections de la Banque mondiale. «Au Maroc, la production devrait rebondir à 4,6% en 2021 sous l'effet de plusieu...

Innovation et entrepreneuriat : le CAM et l'UM6P partenaires

Le groupe Crédit Agricole du Maroc (CAM) et l'Université Mohammed VI Polytechnique (UM6P) ont signé, mercredi, deux conventions de partenariat pour développer l'innovation et l'entrepreneuriat au Maro...