Temps de lecture : 8 minutes


Covid-19 : les dernières informations au 28 avril

Temps de lecture : 8 minutes

Catégorie Société , Gros plan

Temps de lecture : 8 minutes

Avec 4246 contaminations, le Maroc continue de lutter contre la pandémie mondiale de Covid-19. Mobilisation de polycliniques, utilisation de nouvelles technologies de traçage, instauration de couvre-feu, protection des employés des entreprises dont l’activité est vitale…etc., font partie de la batterie de mesures adoptées par le royaume pour contenir le Covid-19. Voici les dernières informations relatives à la situation au Maroc.

Temps de lecture : 8 minutes

Le nombre de contaminations au Covid-19 continue d’augmenter au Maroc. Ce mardi 28 avril, le pays a enregistré 126 nouveaux cas, portant le total des infections à 4246, tandis que les guérisons ont atteint 739 (+44) et que les décès sont de 163 (+1). Concernant les cas exclus après des tests négatifs au coronavirus, ils sont désormais au nombre de 26122 (+988). Hier, le royaume avait accusé, pour la première fois depuis le début de cette crise sanitaire, une baisse significative du nombre de contaminations (+55) face à celui des rémissions (+102). Le nombre de cas actifs est donc en baisse. Une bonne nouvelle partagée par nos confrères de Médias24 qui espèrent que ce bilan marque une éventuelle inflexion.



 



Mobilisation de 7 polycliniques de la CNSS



Pour pallier la surcharge des établissements hospitaliers publique et privé, la Caisse nationale de la sécurité sociale (CNSS) a mis à la disposition de la Santé publique 7 de ses 13 polycliniques, dont 5 dans la région de Casablanca-Settat et 2 autres à Tanger et Marrakech. Casablanca-Settat compte à elle seule 1081 contaminations, dont de plus 80% à Casablanca, et requiert davantage de dispositifs de sécurité sanitaire, rapporte Médias24. La même source précise que sur les 7 structures mobilisées, «cinq sont dédiées aux patients atteints du Covid-19 (les polycliniques Ziraoui et Inara à Casablanca, Mohammedia, Tanger et Marrakech) et deux autres pour accueillir des patients qui ne sont pas atteints du virus, mais présentent d’autres pathologies (Settat et El Jadida)».



 



Des drones pour veiller au respect du confinement



En collaboration avec les autorités locales, le groupement des ingénieurs géomètres topographes « Beti » a lancé lundi des drones dans la ville de Témara pour assurer le respect de l’état d’urgence sanitaire. Abdelhak Essadiki, ingénieur géomètre et membre du groupe Beti, a indiqué à la MAP que son groupement a fourni l’assistance nécessaire à la détection des rassemblements et des réunions par le biais de drones déployés dans la ville. Il soutient que les appareils utilisent deux technologies, notamment des caméras visuelles de haute précision qui peuvent rapidement déceler les mouvements des personnes, les voir de près et même les dissuader de rester à l’extérieur. La deuxième technologie utilisée est celle de caméras thermiques, qui permettent de mesurer la température du corps, et donc de détecter des personnes, même dans l’obscurité totale. «Les coordonnées géographiques sont directement transférées aux autorités territoriales et à la sûreté nationale via les applications de localisation, qui peuvent à ce moment se déplacer directement à la zone du rassemblement», relève l’ingénieur.



 



Les journalistes dispensés du couvre-feu



Dans un communiqué, datant du lundi 27 avril, le Conseil national de la presse (CNP) a annoncé que les journalistes sont désormais dispensés du couvre-feu nocturne instauré au Maroc à l’occasion du mois de Ramadan. Selon Le Matin, le président du CNP avait adressé une lettre au ministre de l’Intérieur pour lui demander de revoir la liste des cas d’exception concernés par l’interdiction de déplacement entre 19h et 5h durant le mois sacré afin d’inclure les professionnels de la presse écrite et des médias électroniques privés. Ainsi, la tutelle a décidé d’autoriser les journalistes, détenteurs d’une carte de presse délivrée par le CNP, à poursuivre leur travail et à circuler librement dans le pays malgré le couvre-feu. Le quotidien ajoute que les institutions médiatiques sont appelées à dresser la liste des journalistes chargés d’exercer des missions au cours de cette période, qu’ils devront remettre aux services compétents au sein des préfectures et communes concernées, accompagnées d’une copie de la carte de presse.



 



1 million de masques par jour pour les entreprises



Alors que certaines entreprises, dont l’activité est vitale, commencent à reprendre progressivement le travail, la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) a pu négocier avec le ministère de l’Industrie et du Commerce de leur fournir un quota journalier d’un million de masques de protection. Cet accord vise à protéger les employés du coronavirus ainsi qu’à les pousser à se conformer aux mesures sanitaires en vigueur. Les chefs d’entreprises sont ainsi appelés à remplir un formulaire sur le site coronavirus.cgem.ma afin d’accéder à ces bavettes. La date de livraison/enlèvement leur sera par la suite communiquée par la société en charge de la logistique de distribution. De plus, la CGEM compte mettre à la disposition de ses membres des « Guides pratiques des mesures préventives et sanitaires Covid-19 » pour les aider à aller à l’essentiel dans l’application de ces dispositifs, indique LaQuotidienne.



 



Scénario de sortie de la crise sanitaire



Dans son édition de ce 28 avril, Al Akhbar rapporte qu’une commission du ministère de la Santé est en train d’élaborer un scénario de déconfinement et de sortie de crise du coronavirus. L’objectif de cette démarche est d’assouplir progressivement et graduellement les restrictions et les dispositions de l’état d’urgence sanitaire, dont la fin est prévue le 20 mai 2020. Le quotidien souligne que cette éventuelle stratégie repose sur la généralisation des dépistages aux citoyens, surtout ceux actifs dans des secteurs vitaux, en plus de les soumettre à un «test d’immunité» au nouveau coronavirus.



 



Quand la pandémie du Covid-19 prendra-t-elle fin ?



Le site https://ddi.sutd.edu.sg/  permet un suivi prédictif continu de l’évolution du Covid-19 dans le monde. Le modèle SIR (susceptible-infecté-récupéré) est analysé par la méthode de régression avec des données provenant de différents pays afin d’estimer les courbes du cycle de vie de la pandémie et de prédire quand elle pourrait prendre fin dans les pays du monde. Compte tenu de l’évolution rapide de la situation, les moniteurs prédictifs sont mis à jour quotidiennement avec les données les plus récentes. À titre d’exemple, les calculs du site prévoient que l’épidémie du coronavirus va prendre fin le 26 novembre dans le monde et le 4 septembre aux États-Unis.



 



Tout ce qu’il faut savoir sur le Covid-19



Interviewé par L’Économiste, Moulay Mustapha Ennaji, directeur du laboratoire de virologie de l’université Hassan II de Casablanca qui travaille sur la « grande famille » des coronavirus depuis les années 80, a apporté plusieurs précisions sur l’actuelle pandémie. Famille et origine du virus, comment il se déplace d’un humain à un autre, comment il s’infiltre et affecte l’organisme, comment s’en protéger, pourquoi touche-t-il moins les femmes que les hommes…. sont toutes des interrogations auxquelles l’expert a répondu. Enfin, il a affirmé que «pour détruire le virus, il n’y a pas mieux que l’eau», notant qu’utiliser quelques gouttes de vinaigre ou une goutte d’eau de javel reste tolérable. Toutefois, il a prévenu que l’abus de gels hydro-alcooliques est déconseillé, recommandant de l’utiliser uniquement en cas d’impossibilité de se laver les mains à l’eau.


Vague de froid : les habitants de certaines régions en difficulté

Vague de froid : les habitants de certaines régions en difficulté

Le Maroc fait face à une vague de froid intense qui touche plusieurs régions. La baisse des températures a un impact dévastateur sur les populations des zones reculées, où les rude…
Khalid Aït Taleb

Réforme de la santé : Aït Taleb rassure

Invité dimanche de l’émission "Décryptage" diffusée par la radio MFM, le ministre de la Santé et de la Protection sociale, Khalid Aït Taleb, a répondu en direct, deux heures durant…
Grippe saisonnière : le citoyen inquiet

Grippe saisonnière : le citoyen de plus en plus inquiet

La grippe saisonnière inquiète tout le monde autant que la Covid-19. À l’échelle nationale, plusieurs citoyens ont affirmé présenter des symptômes grippaux plus sévères que d’habit…
Concours du barreau : Ouahbi entre le marteau et l’enclume

Concours d’accès au barreau : Ouahbi entre le marteau et l’enclume

Après sa déclaration provocatrice, le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, a provoqué un tollé. L’acharnement médiatique contre lui a commencé lorsqu’il a répondu à un journa…
Forum de la MAP : Ouahbi s'explique sur la polémique du concours d’accès aux barreaux

Concours d’accès aux barreaux : les explications de Ouahbi

Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, était, mardi 24 janvier, l'invité du Forum de la MAP, qui s’est tenu sous le thème "Code pénal : les enjeux de la réforme". Cette renc…
Grand froid : à la rescousse des zones enclavées

Grand froid : à la rescousse des zones enclavées

Sur instructions royales, la Fondation Mohammed V pour la solidarité a mis en place l’action solidaire "Grand Froid" dans les zones les plus touchées par la vague de froid inhabitu…
Le Maroc séduit toujours les retraités français

Le Maroc séduit toujours les retraités français

Même si la Grèce et le Portugal sont les nouvelles destinations favorites des Français à la recherche d'un supplément de qualité de vie, le Maroc conserve ses adeptes. Le Royaume a…
Stress hydrique : les dernières pluies sauveront elles la donne ?

Stress hydrique : les avantages et les inconvénients de la vague de froid

La sécheresse est l'un des principaux défis auxquels le Maroc est confronté. Ces derniers mois, la hausse des températures et la pénurie des précipitations, provoquées par le chang…