Temps de lecture : 4 minutes


Éligibilité aux indemnités CNSS, accès aux crédits, déclarations fiscales… le guide des entreprises

Temps de lecture : 4 minutes

Catégorie Économie , Gros plan

Temps de lecture : 4 minutes

Le gouvernement a adopté vendredi dernier un projet de loi fixant les critères d’octroi des indemnités de la CNSS. L’objectif étant de filtrer les entreprises et les salariés réellement impactés par la pandémie du Covid-19 et de leur venir en aide. D’un autre côté, certaines entreprises trouvent des difficultés à accéder aux dispositifs bancaires de soutien face au coronavirus. Au niveau des délcarations fiscales, la TVA, l’IR et les droits de timbre doivent être payés dans les délais légaux et ne bénéficient d’aucun report.

Temps de lecture : 4 minutes

Le gouvernement marocain verrouille les accès aux bénéficiaires des indemnités CNSS. En effet, l’Exécutif est rapidement passé à l’action en adoptant vendredi dernier un projet de loi dans ce sens au conseil de gouvernement. Le même texte devrait être définitivement adopté ce lundi en deuxième lecture à la Chambre des représentants, rapporte le journal Aujourd’hui le Maroc. Afin de faire bénéficier leurs salariés du dispositif spécial d’aides, les entreprises devront remplir quelques critères :



– être en arrêt temporaire de travail en raison du Covid-19.



– Justifier une baisse du chiffre d’affaires d’au moins 50% par rapport à la même période de l’année précédente. Pour les entreprises ayant enregistré une baisse de chiffre d’affaires entre 25 et 50%, l’octroi de l’indemnité sera conditionné par l’acceptation du dossier par une commission interministérielle, composée de fonctionnaires du ministère des Finances, de ceux de l’emploi, ainsi que de fonctionnaires du département régissant l’activité de l’entreprise en difficulté.



– Le maximum de salariés en arrêt temporaire de travail est fixé à 500 personnes, au-delà, les dossiers seront étudiés au cas par cas.



 



Accès compliqué aux crédits bancaires



Étouffées par la crise du Covid-19, un nombre important d’entreprises se tournent vers les institutions bancaires afin de bénéficier du dispositif de soutien aux entreprises touchées par la crise. Cependant, les demandes des patrons d’entreprises accusent beaucoup de retard et leurs dossiers ne sont pas tous validés. Selon l’Économiste, les entreprises qui affichent des fonds propres négatifs et celles qui accumulent des dépassements de découvert ont peu de chances de décrocher un financement. Les banquiers avaient signalé que «le financement Covid-19 n’a pas vocation à régler les difficultés structurelles des entreprises».



Dans une interview accordée à l’Économiste, Hassan Bartal, directeur régional du grand Casablanca du groupe Attijariwafabank, souligne que «le groupe a un objectif de 5 jours ouvrés maximum pour les demandes dont le montant est inférieur à 2 millions de DH et de 8 jours pour les demandes portant sur des montants supérieurs». Hassan Bartal affirme également que le taux de rejet est très faible et ne dépasse pas les 5%. «Cela concerne essentiellement les activités non concernées par un ralentissement en cette période, ainsi que les demandes non justifiées telles que le règlement des arriérés fournisseurs locaux ou internationaux datant de plusieurs mois, voire des années».



 



Déclarations fiscales : pas de report pour la TVA et l’IR



En mars dernier, le gouvernement avait décidé de reporter au 30 juin 2020 le dépôt de certaines déclarations fiscales pour les entreprises dont le chiffre d’affaires de 2018 est inférieur ou égal à 20 millions de DH hors taxe. Les déclarations fiscales concernées sont l’impôt sur les sociétés (IS), à savoir la régularisation de l’IS 2019, le premier acompte 2020 et la cotisation minimale. La TVA, l’IR et les droits de timbre doivent être payés dans les délais légaux et ne bénéficient d’aucun report.



Les sociétés dont le chiffre d’affaires est supérieur ou égal à 20 millions de dirhams et ayant déposé leur dossier avant le 31 mars dernier, peuvent solliciter le ministre des Finances ou une personne déléguée, afin de leur permettre de bénéficier d’un étalement ou d’un report du paiement de l’impôt.



Un sondage mené par la fédération du commerce et service révèle que 92,1% des entreprises ont été impactées par le Covid-19. 64% estiment avoir subi en 3 semaines une baisse de chiffres d’affaires variant entre 30 et 70%. Pire encore, 45,4% des patrons d’entreprises estiment n’avoir aucune visibilité sur le niveau de leur activité en 2021.


Agadir : bilan très positif du Salon international Halieutis

Agadir : bilan très positif du Salon international Halieutis

Le rideau est tombé, dimanche, sur la sixième édition du Salon international Halieutis, tenue à Agadir du 1er au 5 février, sous le thème : "Pêche et aquaculture durables : leviers…
Emploi au Maroc : quelle évolution en 2022 ?

Emploi au Maroc : quelle évolution en 2022 ?

Le Maroc a réalisé des progrès significatifs pour stimuler la croissance économique et créer des opportunités d’emplois. Le gouvernement de Aziz Akhannouch a adopté une stratégie a…
Finance climatique : le Maroc en tête des pays du Maghreb en matière de réglementation

Finance climatique : le Maroc en tête des pays du Maghreb en matière de réglementation

Le Maroc a réussi encore une fois à se placer à la tête des pays maghrébins en matière de préparation des systèmes financiers pour soutenir l'action climatique. Tel est le constat …
Entrepreneuriat : comment être "IPO ready" ?

Entrepreneuriat : comment être « IPO ready » ?

Une "Initial public offering" (IPO), ou introduction en bourse, définie la cotation des actions d’une société sur un marché boursier. C’est un moyen important pour les entreprises …
Maroc-Espagne : un nouveau souffle à la coopération économique

Maroc-Espagne : un nouveau souffle pour la coopération économique

C’était la première étape de la Rencontre de haut niveau (RHN) entre le Maroc et l’Espagne, qui s’étale sur deux jours, à l’initiative de la Confédération générale des entreprises …
FMI : quelle croissance économique en Afrique et dans le monde en 2023 ?

FMI : quelle croissance économique en Afrique et dans le monde en 2023 ?

Le Fonds monétaire international (FMI) a légèrement revu à la hausse ses prévisions de croissance économique mondiale pour cette année. Elles sont estimées à 2,9% pour 2023 et à 3,…
CRI

Charte de l’investissement : le soutien étatique fixé

Encourager l'acte d'investir. C'est le but ultime de la nouvelle Charte de l'investissement dont l'exécutif a amorcé la mise en œuvre à travers un premier décret d'application adop…
Viandes rouges : des mesures pour contrer la flambée des prix

Viandes rouges : des mesures pour contrer la flambée des prix

Ces deux dernières semaines, les prix de la viande rouge sont montés en flèche au Maroc. Dans les abattoirs, le prix de la viande ovine varie entre 90 et 100 DH le kilogramme (kg) …