Temps de lecture : 6 minutes


Covid-19 : Donald Trump tourne le dos à l’OMS

Temps de lecture : 6 minutes

Catégorie Monde , Gros plan

Temps de lecture : 6 minutes

Donald Trump, président des États unis, a décidé ce mardi de suspendre le financement destiné à l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Pour justifier sa démarche, il a accusé l’organisation onusienne d’avoir mal géré la pandémie du coronavirus. Plusieurs dirigeants mondiaux ont exprimé par la suite leur indignation ainsi que leur mécontentement quant à la décision de Trump.

Temps de lecture : 6 minutes

Donald Trump, le président américain, impute l’évolution ainsi que l’impact de la pandémie du coronavirus sur le monde à l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Dans la soirée du mardi 14 avril, il a ainsi annoncé la suspension du financement destiné à l’OMS, dénonçant la mauvaise gestion de l’organisation quant à la crise sanitaire actuelle, rapporte Reuters. «L’OMS a manqué à son devoir fondamental et doit être tenue responsable», a-t-il lancé. Il a ajouté qu’elle avait encouragé la «désinformation» de la Chine sur le virus, «ce qui a probablement conduit à l’aggravation de l’épidémie». La même source explique que les États-Unis sont le plus grand donateur de l’agence onusienne, et que le pays lui a fait don en 2019 de plus de 400 millions de dollars, soit environ 15 % de son budget. Selon France24, Trump cherche à blâmer l’OMS alors que lui-même croule sous les critiques qui accusent son administration d’avoir tardé à se mobiliser face au Covid-19.



 



L’indignation de l’ONU



En réponse au gel des fonds destinés à l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur de l’organisation, a déploré que le monde n’a plus de temps à perdre et que son instance n’a aujourd’hui pour seul et unique objectif que «de travailler au service de tous pour sauver des vies et mettre fin à la pandémie du Covid-19», rapporte Al Jazeera. De son côté, Antonio Guterres, secrétaire général des Nations unies (ONU), a lancé que le président américain a très mal choisi le moment de réduire les ressources de l’OMS. Et de souligner qu’il est temps que toutes les nations du monde s’unifient et œuvrent de concert pour éradiquer le virus et amortir ses conséquences dévastatrices.



 



Cette décision affaiblit la capacité de l’OMS



Interrogé sur la possibilité que la Chine intervienne pour combler le déficit engendré par la décision de Trump, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Zhao Lijiang, a affirmé que son pays «examinera les questions pertinentes en fonction des besoins de la situation». Il a condamné à son tour la démarche de Washington, qui selon lui affectera tous les pays du monde, indique BBC News. «Cette décision affaiblit la capacité de l’OMS et nuit à la coopération internationale visant à se prémunir contre l’épidémie. Tous les pays du monde sont touchés, y compris les États-Unis et surtout ceux dont les ressources sont fragiles», a-t-il précisé. Le porte-parole chinois a ainsi exigé que «les États-Unis remplissent sérieusement leurs devoirs et obligations» vis-à-vis de l’OMS et de la planète entière.



Pour sa part, l’Union européenne (UE) soutient que la décision de Trump est déplacée en ce moment de crise. Josep Borrell, chef de la politique étrangère de l’UE, assure qu’en raison de cette pandémie qui sévit dans le monde, les efforts et le travail de l’OMS sont plus que jamais nécessaires. Il estime que le renforcement et la consolidation de l’organisation mondiale sont le meilleur investissement que les pays puissent faire en ce moment. Faisant écho à Borrell, Heiko Maas, ministre allemand des Affaires étrangères, dénonce que chercher un bouc-émissaire alors que des gens sont en train de mourir ne résout aucun problème, notant que «le virus ne connaît pas de frontières».



En Russie, Sergei Ryabkov, le vice-ministre des Affaires étrangères, a déclaré que l’annonce des États-Unis était «très alarmante». «C’est un exemple d’approche très égoïste des autorités américaines face à ce qui se passe dans le monde», a-t-il martelé ce mercredi.



Outre l’UE, la Russie et la Chine, le groupe américain de défense de la santé, Protect Our Care, s’emporte en jugeant que la décision de Trump est une tentative « transparente » visant à minimiser la gravité de la crise du coronavirus et l’échec de son administration à protéger la nation (USA). «Il est certain que l’Organisation mondiale de la santé n’est pas sans faute, mais il est plus qu’irresponsable de réduire son financement au plus fort d’une pandémie mondiale», a dénoncé Leslie Dach, présidente de Protect Our Care.



Enfin, il est sûr que la démarche de Trump menace d’impacter les systèmes de santé mondiaux, en particulier ceux des pays les plus pauvres. En effet, l’OMS, en plus des études qu’elle mène pour endiguer et analyser nombre de virus et de maladie dans le monde, elle soutient également plusieurs nations, dont le secteur de santé est défaillant. Avec l’exacerbation de la pandémie du coronavirus, ces derniers risquent d’être les premiers à payer le prix de la suspension des fonds de l’OMS. Notons qu’à ce jour, le Covid-19 a infecté plus de 2 millions de personnes dans le monde et a couté la vie à plus de 130.000 autres, depuis son apparition en Chine à la fin de l’année dernière.


Turquie-Syrie : les dégâts d’un séisme mortel

Turquie-Syrie : les dégâts d’un séisme mortel

Un autre drame a secoué le sud de Turquie et la Syrie. Après le séisme du dimanche 5 au lundi 6 février (magnitude 7,8), une deuxième secousse s'est produite au petit matin ce 7 fé…
ONU : la croissance économique mondiale devrait ralentir à 1,9% en 2023

ONU : décroissance de l’économie mondiale en 2023 ?

La croissance de la production mondiale devrait ralentir à 1,9% en 2023, soit l'un de ses taux les plus faibles de ces dernières décennies. Tel est le constat établi par l’Organisa…
Biodiversité : ce qu’il faut retenir de la COP 15 !

Biodiversité : ce qu’il faut retenir de la COP 15

La 15ᵉ Conférence des parties de la Convention sur la diversité biologique des Nations unies (COP15) s'est achevée sur une note positive. Après quatre ans de négociations, 195 État…
L’OMS recense les agents pathogènes susceptibles de causer des pandémies

OMS : comment éviter de nouvelles pandémies ?

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a indiqué, lundi 21 novembre, avoir réuni plusieurs experts pour dresser une nouvelle liste d'agents pathogènes susceptibles de causer des…
COP27 : les attentes sont à moitié comblées

COP27 : et la montagne accoucha d’une souris

La 27ᵉ Conférence des parties à la convention cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (COP27) s’est achevée sur un accord historique. Ce dernier prévoit l'aide aux …
COP27 : la grand-messe des promesses !

COP27 : la grand-messe des promesses !

Le dérèglement climatique se fait de plus en plus sentir. Sauver la planète n’est plus un choix, mais une responsabilité partagée. Après six ans et quatre conférences consécutives …
COP27 : la grand-messe des promesses !

COP27 : la Conférence de la dernière chance

L'Égypte accueille des délégations de haut niveau représentant tous les pays. Chefs d'états et de gouvernements, dirigeants d'organisations régionales et internationales concernées…
ONU : la situation de l’emploi à l’échelle mondiale est inquiétante

ONU : la situation de l’emploi à l’échelle mondiale est inquiétante

Au quatrième trimestre 2022, la croissance mondiale de l'emploi se dégradera de manière significative, et ce, selon les tendances actuelles, avertit dans un nouveau rapport l'Organ…



Pavé parallax 1