Temps de lecture : 4 minutes


Coronavirus : quel est le sort des touristes marocains bloqués à l’étranger ?

Temps de lecture : 4 minutes

Catégorie Société , Gros plan

Temps de lecture : 4 minutes

Suite à la progression vertigineuse de la pandémie du coronavirus, le Maroc a suspendu, depuis le 15 mars, tous les voyages maritimes et aériens en provenance et vers son territoire. Cette démarche, qui s’inscrit dans les mesures de l’état d’urgence, vise principalement à contenir la propagation du Covid-19 dans le royaume. Toutefois, des nationaux se sont retrouvés bloqués dans leurs pays hôtes, dont certains dans des conditions très précaires.

Temps de lecture : 4 minutes

La pandémie du Coronavirus a paralysé le monde entier. En effet, le virus a poussé plusieurs pays, dont le Maroc, à suspendre tous les voyages en provenance et vers leurs territoires afin de mieux contenir sa propagation. Cette mesure préventive se conforme aux recommandations de l’Organisation mondiale de la santé, ainsi qu’aux dispositifs mis en place par plusieurs nations pour lutter contre le Covid-19. Toutefois, plusieurs touristes se sont retrouvés bloqués dans leurs pays hôtes, loin de leurs patries et de leurs familles. C’est d’ailleurs le cas de plusieurs Marocains qui sont actuellement bloqués à l’étranger.



 



Prise en charge des touristes Marocains



Dans son édition du jour, le journal Al Ahdath Al Maghribya révèle que le royaume a pris les dispositions nécessaires pour prendre en charge ses ressortissants coincés en Europe. Le quotidien affirme que depuis le 15 mars, date de la fermeture des canaux de liaisons avec le Maroc, les consulats du royaume en Belgique assurent le logement et les repas des touristes marocains, et ce dans des hôtels situés à Liège, Anvers et Bruxelles. Ce dispositif a profité aux personnes détenant un visa touristique et qui n’ont pas pu rejoindre à temps leur pays. De plus, les services consulaires à Algésiras ont accueilli plus de 400 Marocains provenant d’Italie, de France et d’Espagne. Ces derniers cherchaient à regagner le Maroc avant la fermeture des frontières, mais ont été retenus à Algésiras. Ils ont par la suite été reconduits vers leurs précédents lieux de résidence, et les leurs frais de logements et d’alimentation ont été assurés par les services marocains compétents. 160 personnes parmi eux sont restées à Algésiras dans des hôtels qui leur ont été réservés, ajoute la même source. Par ailleurs, Le360 ajoute que les consulats du Maroc à l’étranger ont tous exhorté les Marocains remplissant les conditions requises (détention d’un visa touristique) à contacter les services consulaires afin de s’inscrire et de bénéficier de leur soutien.



 



Responsabilité de l’État



Cependant, malgré les efforts déployés par l’État pour venir en aide aux touristes marocains, Médias24 juge que ce soutien n’est pas suffisant. Selon le support digital, la prise en charge, au cas par cas, l’hébergement et les formalités administratives dans les cas de visas expirés ne répondent pas à la simple demande des concernés et qui est de retourner chez eux. Nos confrères de Médias24 s’interrogent sur la possibilité de rapatrier ces nationaux ainsi que sur la responsabilité de l’État vis-à-vis d’eux. Maître Mohamed El Haini, avocat au barreau de Tétouan, a répondu à leurs questions en précisant que «toute personne ayant subi un préjudice occasionné directement par la fermeture des frontières, peut faire valoir son droit à un dédommagement».



Notons que l’état d’urgence sanitaire ne prendra pas fin avant le 20 avril, et risquerait d’être prolongé davantage si la propagation de la pandémie ne ralentit pas d’ici là. En attendant que de nouvelles mesures soient prises pour les rapatrier, les touristes marocains resteront pour le moment dans leurs pays hôtes.


Grippe saisonnière : le citoyen inquiet

Grippe saisonnière : le citoyen de plus en plus inquiet

La grippe saisonnière inquiète tout le monde autant que la Covid-19. À l’échelle nationale, plusieurs citoyens ont affirmé présenter des symptômes grippaux plus sévères que d’habit…
Concours du barreau : Ouahbi entre le marteau et l’enclume

Concours d’accès au barreau : Ouahbi entre le marteau et l’enclume

Après sa déclaration provocatrice, le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, a provoqué un tollé. L’acharnement médiatique contre lui a commencé lorsqu’il a répondu à un journa…
Forum de la MAP : Ouahbi s'explique sur la polémique du concours d’accès aux barreaux

Concours d’accès aux barreaux : les explications de Ouahbi

Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, était, mardi 24 janvier, l'invité du Forum de la MAP, qui s’est tenu sous le thème "Code pénal : les enjeux de la réforme". Cette renc…
Grand froid : à la rescousse des zones enclavées

Grand froid : à la rescousse des zones enclavées

Sur instructions royales, la Fondation Mohammed V pour la solidarité a mis en place l’action solidaire "Grand Froid" dans les zones les plus touchées par la vague de froid inhabitu…
Le Maroc séduit toujours les retraités français

Le Maroc séduit toujours les retraités français

Même si la Grèce et le Portugal sont les nouvelles destinations favorites des Français à la recherche d'un supplément de qualité de vie, le Maroc conserve ses adeptes. Le Royaume a…
Stress hydrique : les dernières pluies sauveront elles la donne ?

Stress hydrique : les avantages et les inconvénients de la vague de froid

La sécheresse est l'un des principaux défis auxquels le Maroc est confronté. Ces derniers mois, la hausse des températures et la pénurie des précipitations, provoquées par le chang…
CMC : comment consolider l’économie nationale ?

CMC : comment consolider l’économie nationale ?

Le Centre marocain de conjoncture (CMC) vient de publier son Bulletin thématique intitulé "État social et développement humain". Sous le n°55-56, ce dernier rapport annuel du Centr…
NARSA : le programme d'action pour 2023 dévoilé

NARSA : le programme d’action pour 2023 dévoilé

L’Agence nationale de la sécurité routière (NARSA) a dévoilé, mardi 17 janvier à Rabat, les grandes lignes de son programme d’action au titre de l’exercice 2023. Lors d’un point de…